AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Dim 29 Avr - 18:40


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


Bon, je dois bien l’avouer, je n’avais jamais été totalement clair dans mes intentions envers Aylin ou même envers le bébé, mais à mon sens, c’était évident, non ? Je passais la plupart de mon temps chez elle, à me préoccuper de ce qu’elle mangeait, de comment elle allait ou de comment le bébé, allait. C’était donc évident, que je ne voulais pas disparaitre de leur vie du jour au lendemain, et ce, encore plus si Aylin décidée de dire à vérité à Christopher ou même de le quitter. Mais je n’avais jamais su si Aylin l’avait vraiment compris ou non, même si je lui avais dit, que je serais là pour elle, malgré tout. Je pouvais même comprendre qu’elle ait par la suite un peu perdu confiance en moi, vu que j’avais fini, par réellement, la laisser tomber, et ça, je m’en voulais, vraiment beaucoup, car tout ça ne serait peut-être pas arrivé si j’étais resté près d’elle, ou si j’avais fait quelque chose.

flashback

Il y avait de l’agitation, là dessous, je l’entendais. Aylin criait, et Christopher aussi. J’étais assis dans mon canapé, un bouquin en main, et je ne savais pas du tout quoi faire. J’avais envie d’aller voir si tout allait bien, mais cela faisait des semaines que je n’avais pas adressé un seul mot à Aylin, ça aurait fait très certainement con d’aller lui demander des nouvelles maintenant, sachant qu’elle se disputait apparemment avec son homme. Au bout de quelques minutes, je soupirais et je décidais d’en avoir le cœur net, descendant les escaliers pour arriver à son étage. J’entendais alors une porte claquer, et quelqu’un descendre rapidement les escaliers, puis, une autre personne qui la suivait : je reconnaissais immédiatement la voix de Christopher. Je me penchais légèrement dans le vide, pour voir la cage d’escalier et j’aperçus au loin Aylin, qui descendait les marches comme une furie, visiblement en larmes. Elle avait dû lui dire. Je fronçais un peu les sourcils et je soupirais décidant de ne pas m’en mêler. Je remontais alors les escaliers pour retourner à mon appartement, finissant par m’endormir sur mon livre, jusqu’à ce que tard dans la soirée, l’hôpital appelle.


Ce sourire. J’avais tellement envie, de la faire sourire comme ça, encore et encore, tous les jours jusqu’à ce que je ne sois plus sur cette terre. J’avais envie de l’entendre m’appeler Noah encore et encore, j’avais envie de plonger mon regard dans le sien, et lui murmurer à l’oreille que je l’aimais, et que je l’aimerais toujours au creux de l’oreille alors que je lui ferais l’amour, encore et encore. « Je t'aime tellement ... », murmura Aylin alors que je me penchais un peu plus vers elle, glissant mes lèvres dans son cou le plus calmement possible, alors que mon envie elle, grandissait plus les minutes, plus les secondes passaient. Je sentais ses jambes se redresser un peu plus alors que je m’étais glissé entre ses cuisses, commençant ce dont nous avions envie depuis plusieurs minutes, depuis la minute même où elle avait commencée à me déshabiller dans le couloir vers sa chambre. J’aurais bien aimé lui dire que je l’aimais aussi, mais j’avais l’impression qu’aucun son semblable à des paroles ne voulait sortir de ma bouche. Je commençais alors mes mouvements de bassin, frémissant en l’entendant gémir une première fois alors que j’échappais un soupire, ma respiration devenant de plus en plus rapide, de plus en plus bruyante. Je fermais les yeux quand elle prit mon visage entre ses mains pour coller ses lèvres contre les miennes avec ardeur, me faisant frémir encore une fois sous ce contact, essayant de garder ma concentration sur mes coups de bassin. Un soupire s’échappa à nouveau de mes lèvres quand le baiser prit fin, la chaleur était insupportable, mais délicieuse à la fois et le pire, c’est que je n’avais même pas fait attention au fait que nous ne nous étions même pas protégés, certainement trop occuper à vouloir céder à ce désir qui nous consumait. Je me pinçais la lèvre quand elle se mit à embrasser encore une fois mon cou, descendant à mon torse. Je me redressais un peu, m’appuyant de chaque côté de son visage pour pouvoir donner des coups plus rapides, ne la quittant pas du regard, me mordillant légèrement la lèvre inférieure. Qui aurait-pu croire que j’aurais aimé faire l’amour à Aylin Blackwood un jour ?


_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Dim 29 Avr - 20:08



I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit



flashback
J'avais à peine seize ans, et des activités dignes de ces filles débauchées de vingt ans. Je dansais jusqu'au bout de la nuit, prétextant avoir une simple soirée pyjama avec une copine, et nous allions en boite, rembourrant nos décolletés, enfilant des robes toujours plus osées, nous maquillant comme si nous étions déjà majeures depuis longtemps. Je voulais grandir, et cela trop vite. Plus vite que les autres, passer à l'étape adulte que je n'ai pas encore eu la présence d'esprit d'atteindre. Je ne voulais dépendre de personne, gagner mon indépendance bien plus vite. Je savais quels sourires faire, comment exactement m'appuyer contre le bar et jouer de mes charmes pour obtenir les boissons que je voulais, taxer une cigarette à un homme. C'est moi, Aylin Blackwood. Ce petit monstre impertinent et sans cesse en train de désobéir à l'ordre parental pour leur prouver que je peux être au centre des attentions sans leur aide. Pauvre sotte. Ce soir là, les choses avaient mal tourné. J'avais trop bu, beaucoup trop bu. Mes amies ont décidé de me raccompagner chez moi, et mes parents, trop occuper à diner en compagnie des Stevens, ne remarquèrent même pas mon entrée. Je montais lourdement les escaliers, ma tête me tournais, mon coeur cognait contre ma poitrine douloureusement. Je passais le pas de la porte de ma chambre, la claquant avec mon dos grossièrement, sans avoir le courage d'utiliser mes mains. « T'es pas sensée être chez une copine Blackwood? » Demanda Noah en se redressant sur mon lit, retirant ses écouteurs. Je le regardais vaguement, jusqu'à ce que tout devienne flou. Je m'écrasais alors lourdement sur le sol, inconsciente. Le noir total, jusqu'à ce que j'émerge, allongée dans mon lit. Penché au dessus de moi, Noah m'observait, les traits marqués par l'inquiétude. Je l'ai poussé brusquement avant de me lever, vacillante, pour balancer, encore sous l'effet de l'alcool, tout ce que j'avais sur le coeur « Qu'est ce que tu me veux Stevens ? Faire le gentil garçon qui s'occupe d'Aylin la dépraver, pour ensuite passer pour le héros auprès de mes parents? Mais c'est DEJA FAIT, Stevens, tu es la lumière de ta famille, mais aussi de la mienne, tu veux pas leur demander de t'adopter ? Comme ça ils auront plus qu'à me jeter ! J'ai pas besoin de toi Stevens. J'aurais jamais besoin de toi, ni de ta pitié. J'ai personne, et j'ai besoin de personne de toutes façons. » Le visage de Noah s'est empourpré, et j'avais l'impression de l'avoir ... Blessé ? Ridicule, il ne tenait pas à moi. « Rien ne pourra jamais te changer Aylin, tu es égocentrique, et en plus de ça une grande malade. Oublies moi. » Dit-il avant de quitter ma chambre, furieux. Je m'effondrais en larmes. Les nerfs lâchaient, et je me jetais sur mon lit. Je ne voulais plus jamais entendre parler de Noah, ou même juste entendre son prénom.


Je pouvais répéter ce prénom inlassablement. Lui répéter combien je l'aime aussi, jusqu'à épuisement. Comme quoi de la haine à l'amour, il n'y a vraiment qu'un pas tout comme dans l'autre sens c'était possible. Mais plus jamais je ne serais en mesure de détester Noah. Il était tout ce que j'avais, incarnait l'homme que j'aurais du aimer dès le début. Tendre, doux, compréhensif, attentionné. J'avais côtoyé le plus incroyable des garçons durant des années en le considérant comme "ennuyant à mourir". Encore une de mes nombreuses erreurs, erreur que je ne voudrais plus jamais reproduire. Nos deux corps enlacés, j'avais l'impression de me sentir revivre rien que par la collision de nos bassins et de nos lèvres. Ses soupirs alors qu'il commençait ses mouvements me firent tressaillir, et je plongeais alors mon visage dans son cou que je recouvrais de baisers. Mon bas ventre était totalement enflammé, chaque pression du corps de Noah contre le mien, chaque frottement de sa peau contre la mienne, était un pur délice. Noah se redressa un peu, et mon visage lui fit face de nouveau, plongeant mon regard à la fois sombre et brillant dans le sien. Je remontais mes mains dans le haut de son dos, ne pouvant retenir un nouveau soupir qui m'échappa lorsqu'il se mit à accélérer ses coups de bassin. Ses lèvres m'appelaient littéralement, incarnant tout ce que je désirais. M'appuyant sur un coude pour me rehausser à peine, je plaquais à nouveau mes lèvres contre celles de Noah avec fièvre et envie. Mon souffle en lui même tremblait, tant j'étais animée par une passion dévorante en ce moment même. Jamais je n'ai eu envie de faire l'amour à un homme comme maintenant. Jamais je n'ai été aussi dépendante d'un simple toucher, d'un simple souffle me parvenant jusqu'aux oreilles... Je soulevais légèrement mon bassin en rythme avec Noah, incapable de rester de glace face à ses assauts. J'avais enfin accès à tout ce que j'ai toujours voulu dans mon existence : La joie, l'amour, la sensation de vivre réellement et pas simplement comme un automate.


_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 30 Avr - 9:17


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


Durant toute notre enfance, et une bonne partie de mon adolescence, j’avais pris l’habitude, d’être blessé par Aylin. Car même si je ne le montrais pas, à chaque fois qu’elle me faisait un coup bas ou quand elle me reprochait d’être ennuyeux, cela me touchait plus ou moins. Mes parents, étaient presque désespérés de voir à quel point je détestais sortir comme tous les enfants de mon âge pour aller jouer dehors, me rouler dans la neige et toutes ses absurdités. Même si ils étaient fier de moi que j’étais intelligent, et que j’aimais me cultivé, je crois qu’ils auraient toujours aimé que je sorte un peu plus et que je vive ma vie, que je fasse des bêtises. Car les seules bêtises que je faisais, je les faisaient avec Aylin, enfin, plutôt contre Aylin. Et c’est seulement l’année dernière, lorsque j’ai commencé à la fréquenter, que je me suis mis à mettre mon nez dehors plus souvent, surtout faire les boutiques, car plus la jeune femme avançait dans sa grossesse, plus elle devait considérer à faire la chambre du bébé, à lui acheter des affaires et j’étais toujours partant pour l’aider.

flashback

« Hors de question que je sorte ! », lança Aylin alors que je me levais du petit canapé face à la cabine d’essayage. J’avais réussi à la convaincre d’entrer dans un magasin de vêtements pour femmes enceinte : la jeune femme ne cessait de grogner à dire qu’elle n’entrait plus dans ses vêtements, qu’elle se sentait grosse alors la seule solution, était d’acheter des vêtement adéquat, non ? « Laisse-moi regarder au moins… », murmurais-je en m’approchant du rideau. N’entendant aucune protestation de la part d’Aylin, je me risquais d’attraper le rideau, le tirant un peu pour pouvoir entrer dans la cabine d’essayage avec elle. Je la regardais, de haut en bas, soudainement horriblement gêné d’être entré comme ça, sans aucune hésitation. C’était une jolie petite robe, qu’elle pourrait porter avec des collants en laine les jours de grand froid. J’haussais les épaules, « Bah alors, t’es parfaite dans cette robe Aylin », lançais-je en lui souriant. La jeune femme baissa la tête et passa sa main sur son ventre en soupirant, « Oui mais…il ne cache pas mon ventre… », murmura-t-elle d’un air presque gêné. Je soupirais et je glissais ma main sur son petit ventre rond – geste qui était devenu étrangement habituel avec le temps – et je relevais son menton pour qu’elle me regarde de ma main libre. « Hey…tu vas pas cacher ta grossesse encore longtemps Aylin…va falloir que tu prennes vite une décision, tu ne peux pas continuer comme ça… » Je fronçais un peu les sourcils et je sortais immédiatement de la cabine d’essayage. Une décision, une décision à propos de quoi Noah ? A propos d’elle et moi ? Quel idiot.


Plus rien, n’avait d’importance. Le passé que nous avions vécu, et qui était à la fois plein de bons souvenirs, mais aussi douloureux. Ça avait été dur de lui redonner goût à la vie après son accident, et j’avais toujours eu la désagréable impression, que je n’avais jamais entièrement réussi à lui redonner le goût de vivre pleinement. J’avais tellement souvent eu l’envie de lui dire, que je serais là pour elle, et qu’il suffisait qu’elle me dise deux petits mots, sept petites lettres, pour que je sois à elle, lui promettre de la rendre heureuse et de lui faire tous les enfants qu’elle voudra. Aujourd’hui, je ne pensais même pas à mon âge, je savais que je voulais des enfants avec elle car si elle avait perdu son bébé, ce soir-là, c’était comme si j’avais perdu le mien également. J’avais tellement été proche d’eux, que j’en étais venu à penser, inconstamment, que ce bébé était le mien, peut-être pas biologiquement, mais il était aussi le mien : il reconnaissait ma voix, et donnait des coups quand je lui parlais, ou que je posais ma main sur son ventre. J’avais vu sa petite bouille à l’échographie, j’avais commencé à penser à un prénom avec Aylin. J’avais eu hâte, de pouvoir le tenir dans mes bras un jour, de le voir sourire. Alors moi aussi, j’avais l’impression d’avoir perdu ce bébé, et ça avait été aussi douloureux, surtout avec le poids de la culpabilité sur mes épaules. Un sourire se dessina sur mes lèvres quand je vis la jeune femme se redresser légèrement afin de pouvoir atteindre mes lèvres. Je prolongeais le baiser comme je le pouvais, mêlant mon souffle, irrégulier, bruyant au sien. Je finis par séparer nos lèvres pour reprendre mon souffle, gardant le même rythme dans mes coups de bassins, encore meilleurs quand Aylin y mit du sien, se mettant en mouvement comme elle le pouvait, ondulant son corps au même rythme que le mien. J’avais vraiment chaud, et même si ça ne cessait de se répéter dans mon esprit, c’était indéniable et j’avais l’impression que ma température corporelle ne cesserait jamais d’augmenter, ou même de retrouver une chaleur normale. Je brûlais sous ses mains, je brûlais sous ses lèvres, sous son regard et jamais je n’avais autant aimé faire l’amour à une femme, j’avais je n’aurais pensé autant aimer lui faire l’amour, même si j’y avais pensé, plus d’une fois depuis un an. Je me penchais un peu plus vers elle, gardant mes lèvres à quelques millimètres de siennes, passant ma langue entre celles-ci, j’avais la gorge sèche et j’avais l’impression que mes lèvres l’étaient aussi. Je lui adressais un sourire, ne pouvant m’empêcher de lâcher quelques râles de plaisir, respirer aussi mal était insupportable mais dans le contexte, tellement délicieux à la fois. Je ne voulais que rien de tout ça ne change jamais, je voulais pouvoir raconter à nos enfants, dans quelques années, comment nous nous étions rencontrés et tous les coups bas que nous avions pu nous faire étant enfants. C’était tout de même une belle leçon de vie, n’est-ce pas ? Nos ennemis, ne sont pas forcément des ennemis à vie et Aylin et moi en étions la preuve.


_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 30 Avr - 13:44



I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


Un an dans notre vie, ça peut paraître infime, ridicule, trois fois rien lorsqu'on sait qu'on a encore l'horizon d'une longue existence à seulement 20 ans. Et pourtant, à l'instant précis, j'avais la sensation de n'avoir perdu que trop de temps. J'ai gâché une année entière de ma vie, à désirer dissimuler mes sentiments, désirer dissimuler ma grossesse. Je voulais cacher la femme que je devenais, et peut-être que si j'avais accepté la vérité dès le départ, aujourd'hui les choses seraient différentes. Si j'avais accepté directement la réalité que je suis enceinte, le bébé serait peut-être toujours là, et si j'avais directement accepté la réalité, l'intensité de mes sentiments pour Noah, peut-être qu'aujourd'hui, nous formerions une famille, loin de Christopher et de tous les soucis qu'il a pu me causer. Et aujourd'hui bien plus qu'avant, j'étais décidée à vivre, vraiment. Sans me poser de questions, sans me torturer l'esprit sans cesse avec mes questions existentielles sur l'avenir et ce qu'il me réservait. On pouvait bien tout m'enlever, maintenant tant que j'avais Noah près de moi, plus rien n'avait d'importance. J'avais trouvé ma raison de sourire, ma raison de vivre.

flashback

Sixième fois que mon téléphone se mettait à sonner depuis ce matin, et le même prénom apparaissait sans cesse sur l'écran : Christopher. Je ne savais pas combien de temps encore je pourrais le fuir. J'étais seule, toute seule, rien que moi et moi même depuis quelques semaines maintenant. Ma main vint se poser sur mon ventre, désormais quasiment impossible à dissimuler. J'étais déjà à mon septième mois de grossesse, et j'étais pour ainsi dire énorme. Vêtue de la robe que, quelques semaines auparavant, Noah m'avait convaincue d'acheter même si je n'aimais pas exposer mes rondeurs. Pour rester à la maison, cela m'importait peu, et je refusais obstinément de sortir. Je me levais, et me plaçais de profil face au miroir, détaillant du regard ce ventre qui abritait tout ce que j'avais ici bas : Mon bébé. Noah me manquait terriblement. L'entendre avec moi débattre sur le sexe du bébé, choisir un prénom, essayer de converser avec mon ventre, une main dessus pour guetter une quelconque réaction, un mouvement ne serait-ce qu'infime. Je n'avais plus rien de tout ça. Et jamais je n'aurais cru dire il y a un an encore, que Noah Stevens me manquerait tant. Plongée dans mes pensées, une goutte d'eau qui roulait sur ma joue me tira de ma rêverie. inconsciemment, je commençais à pleurer. Je secouais la tête, et essuyait cette larme, jusqu'à ce que j'entende des rires par ma fenêtre. Je m'approchais, attrapant au passage mon plaid dont je recouvrais mes épaules, frigorifiée. Mon sang se glaça lorsque je vis Noah qui rentrait de cours en compagnie d'une belle jeune fille, café en main, souriant. Il était passé à autre chose, et il me l'a dit : Il a une vie. Et je devais le comprendre, après tout ce n'est pas le père du bébé. Alors pourquoi ? Pourquoi est ce que mon coeur se serrait à l'instant précis, et pourquoi une nouvelle larme venait rouler sur ma joue? Pourquoi ai-je si mal alors que je tente de me convaincre que les choses sont mieux ainsi?


Je n'avais pas la moindre idée de la façon dont se dérouleraient les choses après aujourd’hui. Maintenant que nos sentiments étaient enfin dévoilés l'un pour l'autre, allions nous donc nous considérer comme un couple ? Faire des sorties à deux en se tenant la main, s'embrasser dans la rue ... Mais plus encore, est ce que nous allions fonder une famille, un jour porter le même nom ? Peut-être que je me projetais un peu loin après tout, si mon instinct maternel s'était réveillé l'an dernier avec ma grossesse, en revanche nous étions encore jeunes .. Noah est encore jeune. Bien que nous soyons désormais surs de nos sentiments l'un pour l'autre, je ne pouvais pas enlever de ma tête cette phrase qu'il m'avait balancée des mois plus tôt, me disant qu'il avait une vie. Est ce qu'il a voulu dire là qu'il était trop jeune pour penser à des choses si sérieuses, qu'il voulait profiter d'abord de sa jeunesse avant de se lancer dans une vraie vie de couple engagé ? Je demeurais dans l'incertitude la plus totale, et je ne me voyais vraiment pas lui poser la question. Mais l'heure n'était pas aux interrogations mais plutôt à l'action, et je me délectais de l'instant présent, mon corps enlacé à celui de Noah après une année entière d'attente interminable, douloureuse, une véritable torture. Nous sommes jeunes, au delà de l'attirance morale, il y a aussi l'attirance physique, et dieu sait combien je trouve Noah beau. Et de le voir nu, sous mes yeux, ne faisait qu'accroitre mon envie de lui. Nos deux souffles étaient bruyants, entremêlés lors de nos baisers passionnés, et je devais rassembler tout mon courage pour trouver la force de me séparer de lui à chaque bouffée d'oxygène nécessaire. Légèrement décollé du matelas alors que j'ondulais légèrement du bassin pour aider Noah dans ses mouvements, je sentais déjà mon dos humidifié par la chaleur environnante, tout comme le reste de mon corps et de celui de Noah. Je reculais légèrement lorsque Noah se pencha près de moi, tentée par ses lèvres qui se trouvaient à la fois si proches des miennes, et trop lointaines en même temps. Je rassemblais toutes mes forces pour que mes mouvements soient les plus précis possibles, les accentuant à mesure que j'entendais des réactions de Noah. L'entendre soupirer contre ma peau me provoquait toujours une vague de frissons et accentuait mon plaisir, voyant que nous étions tous les deux autant animés par cette soif l'un de l'autre. Je refusais de le quitter du regard, désirant garder ces images dans mon esprit jusqu'à la fin de mes jours. J'avais l'impression de commencer à vivre seulement maintenant. Mes mains parcouraient son corps, en caressant la moindre parcelle : Ses bras, sa nuque, son dos, descendant le long de ses fesses, de ses cuisses ... Je détaillais du bout des doigts chaque partie de son corps que je n'avais jamais osé parcourir auparavant. Un nouveau gémissement m'échappa, plus puissant, et je cachais mon visage dans le cou de Noah en fermant les yeux, balbutiant son prénom entre deux souffles courts. J'avais cette sensation que mon coeur circulait dans tout mon être et faisait le métronome, frappant en rythme contre ma poitrine à chacun des coups de bassin de Noah, et je remontais ma main dans son dos en me laissant retomber contre le matelas, mes forces m'abandonnant dans mon bras, sans pour autant que je cesse de bouger plus bas.


_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Mar 1 Mai - 10:47


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


J’avais regretté, d’avoir dit à Aylin que j’avais dit une vie, moi aussi. Parce que ce que j’avais dit, je ne l’avais pensé que à moitié : car ma vie était rythmée par mes visites chez Aylin, par mes débats avec elle sur le prénom, ou les paris quant au sexe du bébé. Ça ne me dérangeait absolument pas, que je sois là pour elle, car si je l’étais, c’était de mon plein gré et parce que je le voulais bien. Mais je crois que ce que Aylin ne savait pas, c’était que si j’avais fini par couper les ponts avec elle, c’était parce que cette situation, me faisait quand même souffrir. Car j’étais là pour elle, et j’avais peur que le jour où Christopher serait au courant pour le bébé, que je passe complètement à la trappe. De n’avoir été qu’un ami de substitution, voir même un père de substitution Je crois que c’était ma plus grande hantise, en fait : voir ce bébé grandir, sans avoir aucune reconnaissance à ses yeux, en étant personne alors que j’avais fini, au bout de six mois, par m’attacher à l’idée de voir sa petite bouille. Car au fond, je ne savais pas, que Aylin pourrait avoir des sentiments pour moi et je n’aurais jamais pu croire qu’elle pourrait quitter Christopher, pour moi.

flashback

« Bordel mais qu’est-ce que tu fous encore là toi ?! », lança Christopher en forçant l’entrée dans l’appartement d’Aylin, alors que celle-ci lui avait demandé de partir. Je soupirais, me levant du canapé en laissant mon livre posé sur la petite table de salon. Aylin suivait Christopher, tirant encore un peu sur son t-shirt pour cacher son ventre, car même à 4 mois, celui-ci était déjà un peu arrondi. « Je passe du temps avec ma meilleure amie, où est le problème ? », répondais-je calmement à Christopher en croisant mes bras à mon torse. Aylin se plaça automatiquement entre le jeune homme et moi, déplaçant son regard sur chacun d’entre nous régulièrement. « Ce qui est ironique dans cette histoire, c’est que tu passes plus de temps avec ton supposé meilleur ami qu’avec ton petit ami ! », grogna Christopher en regardant Aylin. Je fronçais les sourcils et j’allais répondre mais Aylin me devança, « Je… Christopher, tes crises de jalousie mal placées on s’en passerait bien ! ». Je soupirais et j’allais chercher ma veste, agacée. « Bon, tu viens avec moi faire un tour ou tu restes avec ce fou furieux ? », lançais-je à Aylin en enfilant ma veste. Christopher lança un regard noir à la demoiselle, qui avait l’air tiraillée entre l’idée de rester ou de partir. Rien que de la voir hésitée de cette manière, ça me rendait fou et je fini par sortir de l’appartement sans dire un mot, refermant la porte derrière moi avec une assurance qui m’étonnait presque.



Aujourd’hui, Christopher n’était plus qu’un souvenir et je n’avais plus aucune envie de repenser à cet abrutit. Je ne savais même pas combien de fois j’avais faillis me battre avec cet abrutit, et je m’étais demandé, mainte et mainte fois qu’est-ce que Aylin avait bien pu trouver à ce type. On pouvait lire, rien que dans son regard, qu’il était dangereux. Et je m’en voulais tellement, de l’avoir laissée tomber, de l’avoir laissée entre les mains de ce mec. Comment est-ce que j’aurais pu croire, que Christopher aurait eu envie de cet enfant ? Je n’arrivais même pas à l’imaginer s’occuper d’un bébé. Je n’arrivais pas à détacher mon regard du sien, je pinçais la lèvre. La chaleur était horrible, plus nous continuions nos mouvements : je savais bien que les draps n’arrangeaient pas les choses, mais dans un sens, c’était une des choses que je préférais le plus, quand je faisais l’amour : la chaleur. Pourtant, ça n’était pas monnaie courante en Alaska d’avoir de la chaleur. Chacun de ses mouvements, étaient précis et mesurés, et surtout, de moins en moins timides, comme si nous avions fait ça toute notre vie ou du moins, comme si ça n’était pas la première fois que ça arrivait. Et je n’avais surtout pas envie, que ça soit la dernière fois, j’avais envie de pouvoir me réveiller avec elle tous les jours, de voir son sourire, de l’entendre encore soupirer de plaisir, murmurer mon prénom. C’était un pur délice, c’était encore mieux que dans mes rêves les plus fous. Je frissonnais alors que ses doigts se glissaient sur ma peau, sur chaque parcelle de mon corps, me faisant encore plus vite perdre la tête. Alors qu’elle enfouissait son visage dans mon cou, gémissant encore un peu plus, je me pinçais la lèvre pour tenter d’accélérer mes mouvements, les intensifiant un peu plus, ne prêtant même pas attention au lit qui commençait à grincer, me concentrant uniquement sur elle, sur ses mains, sur sa respiration. Je souris en la voyant retomber sur le matelas, et j’attrapais ses deux mains dans les miennes, serrant ses doigts entre les miens en les plaçant de chaque côté de son visage sur le matelas, me penchant pour taquiner la peau de son cou, bouillante, en remontant petit à petit au lobe de son oreille. J’avais l’impression que ma respiration ne retrouverait plus jamais un rythme normal, comme les battements de mon corps ou la température de mon coeur.



_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Mar 1 Mai - 13:39



I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


Je ne sais pas ce qui m'a poussé à tomber dans les bras de Christopher. Sans doute était-ce qu'à l'époque, je cherchais encore à être au centre du monde, et qu'avec lui je me sentais avant tout désirée. C'était purement physique entre lui et moi, et soyons honnêtes, il était rare que nous entretenions des conversations sensées, ou très philosophiques. Mais le soir, je ne sortais certainement pas dans les bars dans le but de parler sérieusement. Une fois dans ces lieux je changeais du tout au tout, je n'avais rien de l'Aylin sage et cultivée, qui parlait de vieux films et de mode. Je dansais jusqu'à en avoir mal aux pieds, je dansais jusqu'à ne plus tenir debout, et surtout, je terminais toujours dans le lit d'un type. Au bout d'un moment, j'ai arrêté de changer tous les soirs, trouvant une certaine alchimie avec Christopher. Tous les deux deux âmes esseulées, ayant plus besoin d'action que d'affection. Sauf qu'à partir du moment ou je suis tombée enceinte, j'ai changé, et lui non, ce qui a fait que nous avions de nombreux conflits.

flashback

Je regardais, atterrée, Noah qui claquait la porte de mon appartement en partant. Je savais que j'attirerais les foudres de Chris envers Noah si je le suivais, je le voyais déjà serrer les poings depuis qu'il venait de le traiter de fou furieux. Voyant mon petit ami s'élancer jusqu'à la porte, en panique, je me plaquais devant, faisant rempart de mon corps. « Parce que tu le défends, en plus ? »me demanda-t-il incrédule. S'il savait ... Je tirais un peu sur mon pull, et m'approchais de lui, forçant mon expression à devenir joueuse, taquine. Je priais pour qu'il ne remarque pas trop que mon ventre s'arrondissait, car à quatre mois de grossesse, on commençait à noter un léger arrondissement. « Le plus important c'est que je ne l'aie pas suivi, non ? A moins que tu préfères lui courir après plutôt que de t'occuper de moi... » Dis-je en haussant les épaules, me dégageant ainsi de devant la porte avec assurance, sachant déjà que j'avais gagné la partie. Je me dirigeais vers ma chambre, où les volets étaient fermés. Il me regardait, surpris, jusqu'à ce que je retire mon haut dans l'obscurité. De dos, mes formes apparaissaient toujours comme parfaites. Il allait falloir que je m'emploie à me protéger, et à l'occuper pour protéger Noah. Et vu le temps depuis lequel Christopher attendait un signe de ma part, j'aurais de quoi l'occuper pendant quelques heures ... Dans l'obscurité, je fis un sourire triste, songeant à Noah qui devait m'en vouloir d'être restée. La porte de ma chambre se referma, et je devinais que Chris était rentré. Feignant un nouveau sourire enjoué, je me retournais, prête à jouer la carte de la séduction.. Comme avant.



Le nom de Christopher n'existait désormais plus à mes yeux. Je n'éprouvais que de la peur et de la haine envers lui, quand bien même il aurait toujours été en vie. Mais j'étais libre depuis l'accident, jamais je ne l'ai revu, et jamais je ne voudrais le revoir même s'il avait survécu. Je n'avais plus que le prénom de Noah qui me brûlait les lèvres. D'ailleurs il ne me brûlait pas seulement les lèvres, mais mon corps tout entier se consumait près de Noah. Si j'ai couché avec de nombreux hommes, pour la première fois à mes yeux, je faisais l'amour à un homme. Et pas n'importe lequel, puisqu'il s'agissait de Noah. Je voulais maitriser le moindre de mes mouvements, le voir sourire comme moi je souris, l'entendre soupirer contre ma peau. Lorsqu'il accéléra ses mouvements, je sentis mes forces dans mes bras m'abandonner, retombant grossièrement contre le matelas alors que je capturais les lèvres de Noah contre les miennes avec fièvre. Je remontais un peu mes jambes qui étaient descendues de sa taille, alors qu'il attrapait mes mains dans les siennes, les plaquant contre le matelas de chaque côté de ma tête. Je remuais légèrement les doigts, mes mains bloquées sous la force des bras de Noah, mais je ne me concentrais pas là dessus bien longtemps puisqu'il vint taquiner du bout des lèvres la peau de mon cou. Je penchais la tête sur le côté, lâchant un long soupir lorsque ses lèvres remontèrent jusqu'à atteindre le lobe de mon oreille. Je fis une légère poussée au niveau de mes mains, en vain, incapable de tenir en place entre les baisers de Noah et ses mouvements. Je me cambrais pour coller d'avantage mon corps à celui de Noah, accentuant les ondulations de mon bassin ainsi que mes soupirs, resserrant mes doigts autour des siens avant de susurrer au niveau de son oreille, le souffle court : « Tu vas finir ... Par me faire perdre la tête .. »



_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Mar 1 Mai - 14:27


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


C’était ce jour-là, que j’avais réellement pris conscience qu’au fond, je n’étais peut-être pas grand-chose, pour elle. Je n’étais pas le père de son enfant, je n’étais pas son petit ami, et je trouvais même encore bizarre, de dire que j’étais son meilleur ami, vu la haine qui nous avait animés l’un pour l’autre pendant des années et des années. Le pire, c’était qu’en partant de cet appartement, j’y avais cru : qu’elle me suivre. Je suis même resté planté dans le couloir, près de sa porte, pendant plusieurs minutes, peinant à la voir sortir à tout instant en disant à Christopher d’aller se faire voir. Mais ça n’arriva pas. Et j’étais fou furieux, parce que nous étions en train de passer un moment ensemble, et qu’il avait fallu que monsieur le taré arrive, pour que ça soit à moi, à partir. C’était injuste, mais j’aurais dû m’y attendre.

flashback

Le problème, c’était que j’avais laissé ce livre sur la petite table face au canapé, et que j’en avais besoin pour la fac. Cela faisait une dizaine de minutes que j’attendais dans le couloir, il fallait que je me fasse une raison : elle ne me rejoindra pas, elle avait choisi son camp. Je toquais calmement à la porte, dans l’espoir que je puisse au moins récupérer mon livre, mais aucune réponse. Je pris une grande inspiration, et j’ouvrais la porte : personne dans le salon, personne dans la cuisine. J’arquais les sourcils, étonné mais je ne me posais pas plus de questions et je décidais d’entrer rapidement récupérer mes affaires. C’est alors sur la pointe des pieds, que je m’avançais dans le salon pour récupérer rapidement mon livre et je fis tout de suite demi-tour dans le but du partir. Je passais alors devant la chambre d’Aylin, et je m’arrêtais tout de suite devant la porte, fronçant les sourcils en constatant qu’ils étaient là-dedans, et que Christopher ne lui lisait certainement pas du Shakespeare. Je déglutis, resserrant mes doigts autour du livre dans mes mains, je sentais mon estomac se nouer dans tous les sens. Je me dépêchais alors de sortir de l’appartement, toujours dans le silence, essayant de chasser tout ce qui s’était passé de mon esprit. J’étais à la fois en colère, mais aussi horriblement triste et pour la première fois de ma vie, j’étais mort de jalousie et je compris alors, que moi, Noah Stevens, j’étais amoureux d’Aylin Blackwood.


A chacun de ses murmures, mon cœur se remettait à accélérer ses battements. A chaque frottement de ma peau contre la sienne, la chaleur augmentait encore plus, j’en finissais à croire que j’allais finir ma brûler sur place tellement j’avais de plus en plus chaud. Ses doigts se remuaient un peu, enlacés avec les miens, et je crus que jamais je n’aurais la force de les séparer. Je voulais qu’elle soit entièrement mienne, qu’elle soit entièrement à ma merci. C’était de plus en plus difficile, de rester concentrer sur mes mouvements de bassin, avec tout ce qui se passait autour, chaque réaction d’Aylin me déconcentrait un peu plus, mais me donner, parallèlement, l’envie de continuer, encore et encore. Je la sentais se cambrer un peu plus, et je la comprenais, trouvant nos corps trop espacés l’un de l’autre et je finis alors par lâcher une de ses mains, afin de pouvoir m’appuyer sur un coude, et pouvoir diminuer l’espace entre nos deux peaux bouillantes, glissant ma main libre dans son dos. J’avais l’impression que sa peau glissait sur la mienne sans aucune difficulté avec l’humidité que dégageaient nos deux corps en mouvement. Son souffle venait se claquer contre ma peau, me faisant frissonner, resserrant un peu plus sa main dans la mienne, essayant de couper mon souffle pour pouvoir l’entendre me murmurer à l’oreille, dans un souffle à peine audible, « Tu vas finir ... Par me faire perdre la tête .. ». Je souris, me pinçant la lèvre en expirant un peu plus fort et je reculais mon visage pour pouvoir poser mon front contre le sien, fermant les yeux quelques secondes pour pouvoir retourner ma concentration sur mes mouvements, légèrement moins rapides, mais beaucoup plus brusques, me coupant ma respiration à chacun coup de bassin. Je finis par ouvrir les yeux pour la regarder, observer sa réaction quant à ce changement de rythme et j’approchais mes lèvres de siennes, pour attraper sa lèvre inférieure entre mes dents, murmurant à mon tour entre plusieurs souffles, « Tu me rends…déjà dingue…Aylin… »




_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Mar 1 Mai - 15:29



I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


Cette fameuse fin de journée ou j'avais terminé dans une chambre avec Christopher, j'étais absente, dans l'obscurité, totalement ailleurs. En réalité, je n'avais qu'une seule et unique personne en tête pendant que je couchais avec Chris : Noah. Je m'en étais voulu terriblement de l'avoir laissé, me demandant s'il m'avait attendue, s'il s'était même inquiété pour moi, pour le bébé. Au final, j'étais restée inactive, et il ne l'a même pas remarqué, trop occupé à profiter des bienfaits de mon corps, que je lui avais empêché d'avoir durant des mois et des mois. Aujourd'hui, je me disais que j'aurais mieux fait de quitter cet appartement, d'aller me réfugier dans les bras de Noah. Qui sait, j'avais peur que Christopher ne le frappe, mais je n'ai jamais émis l'hypothèse que Noah aurait pu se défendre? Désormais il était trop tard, certes, mais je ne cessais cependant d'éprouver des remords, quand les images du lendemain de cette journée me revenaient en mémoire.

flashback

J'étais dans mon canapé, en train de regarder la neige par la fenêtre. J'entendais des bruits de pas au plafond, et je jetais un regard vers le réveil. Ordinairement, il serait déjà là pour le petit déjeuner. Des bruits de talons se firent également entendre, et je déglutis : A moins que Stevens n'ait décidé de se travestir, il y avait une femme dans son appartement. Mon coeur se serra, et je me levais, me dirigeant jusqu'à ma chaine pour mettre de la musique. Je ne voulais plus entendre ses pas, ni ceux de Noah, rien qui ne me laisse imaginer ce qui se passait là haut. Après tout .. C'était normal, j'ai passé la soirée avec avec Christopher, il était donc tout à fait logique que Noah fasse de même avec une femme, peu importe qui elle était. Et puis après tout nous ne sommes que des amis, et il me soutient parce que je suis enceinte, et parce qu'il m'aime bien, et que je l'aime bien aussi ... C'est tout. N'est ce pas ? Mon téléphone vibra, et je me jetais dessus. Non, je ne le considère pas que comme un ami. Je le sentais rien qu'à sentir mon coeur battre et mon sourire s'agrandir en lisant son sms : « Il est encore chez toi? » Il a du deviner la suite de la soirée, et immédiatement mon sourire se fana. je déglutis, avant de répondre que non, Christopher n'avait pas passé la nuit ici. Dès que c'était terminé, j'avais prétexté avoir quelque chose de prévu pour qu'il s'en aille.


Je ne tenais plus en place, et Noah le sentis lorsque je me soulevais quelque peu pour coller mon buste au sien. Une de ses mains lâcha la mienne pour qu'il s'appuie sur un de ses coudes, se rapprochant d'avantage de moi, et accentuant par la même occasion les battements irréguliers de mon coeur. Sa main passa dans mon dos, légèrement décollé du matelas, et je profitais d'avoir ma main à nouveau libre pour la passer dans les cheveux de Noah, en bataille. J'eus l'impression de rassembler toute mes forces pour parvenir à glisser à l'oreille de Noah qu'il allait finir par me rendre littéralement folle. Je sentis Noah remuer légèrement, venant me faire face de nouveau pour coller son front contre le mien. Je le regardais tendrement, les yeux fermés, j'écoutais son souffle court, le sentant petit à petit ralentir mais intensifier la violence de ses mouvements, me faisant me courber d'avantage automatiquement. Je me sentais comme une poupée sous ses doigts, sous sa bouche, totalement à la merci du moindre de ses gestes. Comment décrire cette vague en moi, à cet instant précis? Comment parler de cette fougue, de ce creux dans mon ventre, de ce bonheur que je ressentais à l'idée de ne faire qu'un avec Noah? Il ouvrit les yeux au moment ou un nouveau gémissement plus puissant encore m'échappa. Sa bouche, si proche de la mienne, mais qui gardais la distance, m'appelait littéralement. « Tu me rends…déjà dingue…Aylin… » murmura-t-il alors après avoir attrapé ma lèvre inférieure entre ses dents. Il n'y a, à nouveau, plus rien autour, rien que nos souffles et nos peaux. Rien que de l'entendre dire ça, que de songer à nouveau que nous étions enfin réunis, je sentais presque des larmes de joie me venir, le regard brillant d'amour. Je caressais sa joue du bout des doigts de ma main libre, harmonisant mes mouvements avec les siens pour les rendre aussi brusques. Pour la première fois depuis longtemps, je me sentais complète, heureuse, vraiment.




_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Mer 2 Mai - 10:01


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


Cela faisait longtemps, que je n’avais pas vu Aylin les yeux brillants, pour autre chose, que pleurer la perte de son bébé. Je crois que je ne pourrais même pas compter le nombre de fois, où elle s’était écroulée dans mes bras en repensant au bébé. Après sa sortie de l’hôpital, tout était suspicieux de pouvoir la faire pleurer. Je me rappelais, la première fois que nous étions sortis après son accident, et que nous étions passé devant le magasin de vêtements pour femmes enceintes. Rien que de voir le magasin, elle avait voulu rentrer chez elle et elle s’était mise à pleurer tout le reste de l’après-midi. Quand elle tombait sur les petites chaussures que j’avais acheté au bébé pour son anniversaire aussi. Mais là, c’était différent, j’avais l’impression de la rendre heureuse, et je me sentais tellement, tellement fier d’être celui qui arrivait à la faire sourire, après toutes les fois où je l’avais vu complètement dévastée. Je me pinçais la lèvre en sentant ses doigts caresser ma joue, j’en avais tellement rêvé, des gestes attentionnés de sa part car si j’avais très vite été tactile avec Aylin, celle-ci avait toujours été un peu gênée au fond. A l’époque, je pensais que c’était parce qu’elle avait Christopher mais aussi parce que pas plus tôt qu'hier, nous nous détestions. Et aujourd’hui, je comprenais que c’était peut-être parce qu’elle m’aimait, et qu’elle n’avait jamais osée paraitre trop affective. Nos soupires se mêlaient encore quelques temps, et nos mouvements étaient presque synchronisés, comme si nous étions exactement sur la même longueur d’onde. Je n’aurais jamais pu rêver mieux pour notre première fois, et je ne regrettais pas d’avoir attendu, d’avoir été patient, car les choses auraient peut-être été moins intenses ? Et le plus important, c’est que nous nous étions trouvés, car ça n’était vraiment pas gagné d’avance.

flashback

« Maman, sérieusement ?! », lançais-je à ma mère en sortant de la salle de bain. Ma mère éclata de rire, c’est sûr que ça devait bien la faire rire. Ce soir, les Blackwood étaient venu dîner à la maison, mais une tempête de neige avait bloqué l’entrée de notre maison, et résultat : ils allaient dormir ici et ma mère avait dit à Aylin qu’elle pourrait dormir dans mon lit….avec moi. Cette idée avait été très loin de faire l’unanimité auprès d’Aylin, mais aussi de mon côté, mais ça, nos parents s’en fichaient. J’étais donc contraint à partager mon lit avec cette peste. Celle-ci était déjà allongée sous mes draps. Je soupirais, éteignant la lumière et je l’allongeais, restant au bord du lit pour être sûr d’être le plus loin possible d’elle. Nous avions environ 14 ans, et c’était vraiment, très gênant. A ce moment précis, je détestais mes parents pour m’avoir fait ce coup là. Je tirais sur la couette, et je sentais qu’Aylin faisait de même, grognant « Stevens tu prends toute la couette bordel ! » Je soupirais, continuant de la tirer vers moi, « Ouais, mais c’est MA couette alors prend pas tout rien que pour toi ! » Je fermais les yeux, tentant de m’endormir pour être plus vite le lendemain et pouvoir enfin oublier cette nuit d’horreur assurée jusqu’à ce que je sente le pied d’Aylin contre le mien. Je bougeais immédiatement mon pied en grimaçant, « Aylin c’était mon pied ! », lançais-je en soupirant. Aylin éclata de rire, est-ce que cette situation la faisait rire ?! « C’est bon Stevens j’ai pas la peste », lança-t-elle en se redressant dans le lit pour s’asseoir, me regardant avec ce petit sourire que je haïssais plus que tout au monde et qui voudrait dire qu’elle allait me faire chier. « Quoi, t’a peur de toucher les filles ? », murmura-t-elle en étouffant un petit rire. Je levais les yeux en ciel, sans répondre et Aylin se recoucha, dos à moi, à l’autre extrémité du lit. « ça m’étonne pas, quelle fille voudrait te toucher d’ailleurs », lança-t-elle quelques minutes plus tard, alors que le sommeil me gagnait petit à petit.


Je ne saurais pas dire combien de temps nous avions continué comme ça, c’était difficile de pouvoir se repérer, avec ce noir constant dehors. J’aurais aimé continuer, encore et encore, mais malheureusement pour moi, je n’étais pas un supe héros, ni le mec le plus endurant du monde. Je fini par me détacher d’elle, me laissant tomber grossièrement à côté d’Aylin. J’avais le souffle court, et même l’impression que mon cœur continuer de battre à s’en détacher de ma poitrine. J’avais chaud, horriblement chaud, je crois même que jamais je n’avais eu autant chaud de toute ma vie. Regardant le plafond, j’inspirais et j’expirais le plus calmement possible pour reprendre une respiration plus ou moins correcte. Je repensais à cette fois, où nous avions dormi ensemble il y a quelques années, et où il était interdit de se toucher ne serait-ce que de se frôler même, sous les draps et aujourd’hui, j’avais envie de la sentir encore contre moi. Je me tournais vers Aylin, posant ma main au niveau de ma tête pour m’appuyer sur mon coude et j’approchais mes lèves de son épaule pour y déposer des petits baisers avant de lancer, en riant presque. « C’est vrai…quelle fille voudrait me toucher d’ailleurs ? » Je ne savais pas si elle se souviendrait de ce qu’elle m’avait dit ce soir-là, en fait, je ne savais même pas si elle se souviendrait de ce soir-là. Je lui lançais un petit sourire taquin, ne la quittant pas des yeux, me rendant compte à quel point elle était belle. Mon cœur ne cessait pas de battre, et il trahissait, encore une fois, les sentiments que j’avais pour elle.


_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Mer 2 Mai - 10:53



I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


La différence était nette entre aujourd'hui, et la dernière fois que nous étions passés dans le même lit, avec Noah. Si la dernière fois nous nous fuyions le plus possible, aujourd'hui il semblait difficile de nous détacher. A devoir nous supporter tous les week ends, c'était déjà un supplice l'espace d'une soirée, alors je vous laisse imaginer le résultat lorsqu'on a du passer une nuit dans le même lit. Qui plus est, à l'adolescence, je crois qu'il s'agissait bien de la période durant laquelle je suis devenue la plus insupportable. Un rien m'amusait, et surtout, j'adorais faire enrager Noah, peut importe de quelle façon. Je lui faisais toutes les crasses possibles, et cette nuit là, si au départ j'étais folle de rage après mes parents et ceux de Noah, après, j'avais compris l'immense possibilité que j'avais de l'embêter. Aujourd'hui, ça n'avait plus rien à voir, je ne cherchais plus à l'embêter, bien au contraire. Je suis devenue totalement dépendante de la seule et unique personne que je jurais détester au plus haut point. Combien de fois ai-je répété à nos quelques rares amis en commun combien je haïssais "Stevens", et combien plus tard je voudrais quitter l'Alaska pour vivre loin de lui ? Quelle belle bêtise que j'ai pu dire à l'époque, si j'avais seulement su comment les choses tourneraient entre nous ... Personne n'aurait pu prévoir que nos sentiments changeraient à ce point. Qui se ressemble s'assemble, mais ne dit-on pas également que les opposés s'attirent ? La preuve était là : Depuis un an, je suis folle amoureuse de Noah Stevens, et il est aujourd'hui le seul capable de me faire sourire sincèrement, et de me rendre heureuse. Et je n'échangerais cela pour rien au monde.

Est ce qu'il était toujours censé faire jour, ou étions nous désormais réellement en pleine nuit ? Je ne me concentrais plus que sur Noah désormais, sur son regard rivé sur moi, sur ses sourires, ses soupirs, ses caresses. Au bout d'un certain temps dont je n'avais absolument aucune notion, la fatigue eut raison de nous, et je me détachais à regret de Noah, le laissant retomber près de moi. J'attrapais du bout des doigts les draps que je remontais sur son corps bouillant, ainsi que le mien. Je passais une main dans mes cheveux bruns pour les tirer en arrière, totalement essoufflée, épuisée, mais bel et bien éveillée. Je refusais même de fermer les yeux, de peur de me réveiller et de me rendre compte que je devais revenir à une réalité toute autre. Je me tournais alors légèrement de profil, attrapant un oreiller pour y caler ma tête correctement, je regardais silencieusement Noah, qui, sur le dos, tentait de retrouver un souffle régulier et calme. Un sourire doux étira mes lèvres. Jamais je ne m'étais sentie plus proche de lui qu'à cet instant précis. Il semblait perdu dans ses pensées, et je fronçais à peine les sourcils, curieuse. Quelque chose me dit que je ne tarderais pas à le savoir, quand il se tourna vers moi, me faisant face en s'appuyer sur son coude. Je ne disais toujours rien, le regardant s'approcher de moi pour déposer quelques baisers sur mon épaule, me faisant sourire. « C’est vrai…quelle fille voudrait me toucher d’ailleurs ? » murmura-t-il dans un léger rire alors. Sa phrase m'interpella, et je me demandais un moment ou est ce que j'avais bien pu l'entendre. C'est alors que tout me revenait : Cette nuit que nous avions passé ensemble. Enfin ... Ensemble, si on peut appeler ça comme ça. J'approchais mon corps du sien, entrelaçant nos jambes en posant mon pied contre le sien, comme des années plus tôt. J'esquissais un sourire avant de hausser les épaules, et je portais une main à sa joue, remontant près de son front ou je dégageais quelques cheveux. « On a tous le droit de se tromper ... Moi la première.. » soufflais-je avec un petit sourire. Des erreurs j'en ai fait plus d'une, et pas seulement celle de dire qu'aucune fille ne voudrait passer par son lit. Mais aujourd'hui, j'étais bel et bien décidée à changer la donne, et à me rattraper. Je posais mes lèvres délicatement sur les siennes, avant d'aller poser ma tête contre son torse, écoutant les battements de son coeur. « Je veux plus jamais quitter ce lit ... » Dis-je dans un murmure, avant d'ajouter : « Rectification ... Je ne veux plus jamais te quitter . » J'attrapais sa main, entrelaçant à nouveau nos doigts.


_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Jeu 3 Mai - 8:49


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


Je n’arrivais pas à ne pas retirer toutes ses questions qui trottaient dans ma tête, et la principale, était : et maintenant ? J’avais encore du mal à réaliser, que je venais de lui dire, de lui avouer, que je l’aimais, comme un dingue et que j’aurais été prêt à n’importe quoi, pour elle. C’est marrant, le sentiment que l’on ressent, quand on tombe amoureux de la fille que l’on a le plus détesté de sa vie. D’abord, on se sent bête, et Dieu seul sait à quel point je m’étais senti stupide ce jour-là, quand j’ai pris conscience que j’étais amoureux d’Aylin. Est-ce que je serais tombé amoureux d’elle si elle n’était pas tombée enceinte ? Si elle ne m’avait pas montré sa vulnérabilité ? Car il était clair, que la Aylin qui se tenait près de moi, depuis un an, n’était pas celle que j’avais pu côtoyer dans le passé. Elle avait un côté beaucoup plus….humain. Le fait de la voir à fleur de peau, de la voir me dévoiler ses sentiments et de ne plus être cette fille froide et insupportable. Je crois que si je n’avais pas vu tout ça, je ne serais jamais tombé amoureux d’elle. Parce que si j’étais un fan de littérature, j’étais aussi, au fond, un grand romantique. J’aimais à croire que nous pouvions découvrir des choses l’un de l’autre et ce soir, avait été un exemple de ce que nous pouvions nous apporter. Je me sentais enfin complet, je n’avais plus ce poids trop lourds de mes sentiments pour elle sur les épaules. Ça n’était plus un secret, j’allais enfin pouvoir dire à mes parents que je l’aimais – même si ils semblaient l’avoir compris depuis un petit bout de temps – elle allait pouvoir le dire à ses parents, à nos amis. Même si, dans un sens, cette vie de couple me faisait un peu peur, n’ayant jamais eu de vraie petite amie, je ne savais pas trop comment on doit se comporter. Enfin…peut-être comme je m’étais comporté avec elle depuis un an ? M’occuper d’elle, me préoccuper de ses besoins, ses envies, son bonheur ? Car si c’était ça, c’était plus facile que ce que j’aurais pu penser.

Aylin remonta le draps sur nous, je sentais son regard rivé sur moi, ce qui avait tendance à me rendre particulièrement mal à l’aise. Etant quelqu’un d’assez discret, je détestais attirer l’attention sur moi, et je ne supportais pas de sentir le regard de quelqu’un fixé sur moi. Et c’était quelque chose que, étant enfants, Aylin avait très vite compris, et faisait exprès de me fixer pour me faire chier. Surtout pendant les repas, et quand je relevais le regard vers elle, les sourcils froncés, je voyais ce petit sourire satisfait collé sur ses lèvres, qui avait le don de me rendre dingue. Au bout d’un moment, je finis par me tourner vers elle, calant également ma tête sur un oreille, la regardant attentivement. A mon tour de la taquiner un peu, et je ne pus m’empêcher de lui ressortir cette phrase qu’elle m’avait balancée des années plus tôt. Je savais qu’elle ne le prendrait pas mal, et j’avais eu raison. La jeune femme s’approcha de moi, entrelaçant nos jambes en posant son front contre le sien me faisant frissonner à ce nouveau contact corporel avec elle, décidément, pas habitué à ça. Mon cœur ( oui, mon cœur pas mon CORPS (a)) se remit à battre à cent à l’heure quand sa main caressa ma joue doucement, me faisant frissonner de la tête aux pieds. Je fermais les yeux quelques secondes alors qu’elle rangeait mes cheveux en batailles. « On a tous le droit de se tromper ... Moi la première.. » Je souris à mon tour, ouvrant les yeux pour la regarder en glissant une main sur sa hanche, que je glissais doucement jusque dans le bas de son dos, caressant sa peau calmement avec mon pouce. J’accueillais ses lèvres avec douceur, posant mon menton sur le haut de sa tête alors qu’elle posait celle-ci au niveau de mon torse. « Je veux plus jamais quitter ce lit ... » Je remontais ma main dans le haut de son dos, fermant les yeux. « Rectification ... Je ne veux plus jamais te quitter . » Je ris légèrement, serrant sa main dans la mienne alors que je l’amenais à mes lèves pour déposer un baiser sur le dos de celle-ci, doucement. Je soupirais, je me sentais un peu fatigué, mais dans un sens, je n’avais pas envie de m’endormir, car j’avais peur de ce qui se passerait demain. Peut-être qu’elle regretterait ce qui s’était passé ? Il fallait vraiment que j’arrête de me poser des questions, et que je me laisse porter, mais c’était difficile. « Je ne te quitterai plus jamais… » , murmurais-je en sentant mon estomac se nouer, en pensant soudainement au fait que si tout se serait passé comme prévu, le bébé serait né depuis plus de six mois. Je secouais légèrement la tête pour chasser cette pensée de mon esprit. « Demain je risque de partir tôt pour aller en cours…alors t’inquiète pas si je ne suis pas là quand tu te réveilleras, d’accord ? » Je ne voulais pas qu’elle pense qu’elle n’était qu’un coup d’un soir comme la plupart des filles qui étaient passé dans mon lit. Avec elle, c’était différent. Elle était, différente.



_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Ven 4 Mai - 14:47



I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


Hier, Ever était venue me voir à l'appartement, prendre de mes nouvelles, me harceler pour savoir si j'avais dit à Noah que je le considérais comme bien plus qu'un ami. Ma meilleure amie était l'une des rares personnes au courant de mes sentiments vis à vis du jeune homme, et elle était convaincue que cela allait dans les deux sens. Bornée, je me suis tuée à lui dire que c'était ridicule, et que non, je ne lui dirais pas que je l'aimais. Bon sang ... Comment allait-elle réagir lorsque je lui avouerais que je suis bel et bien en couple avec Noah, et qu'elle avait raison depuis le début ? Je l'entendais déjà crier victoire d'ici, et me répéter qu'elle avait raison depuis le début durant des semaines et des semaines. Nous avions bien changé depuis un an, à tel point que nos sentiments avaient changé avec. Dans le fond, nous étions toujours ces enfants, le petit Noah et la petite Aylin, qui se taquinent, se cherchent, connaissent leurs points forts, et leurs faiblesses. Mais nous les exploitions tellement différemment désormais ... En fait, à bien y réfléchir, depuis des mois déjà nous nous comportions tous les deux comme un couple : Calins, soirées télé, il me lisait des bouquins, je lui faisais du pop corn quand je savais qu'il venait, ou ses plats préférés... Oui, maintenant que j'y réfléchissais, en dehors du côté .. Charnel de la chose, Noah et moi nous pouvions déjà être considérés comme étant un couple. Et pourtant j'ai fermé les yeux sur la réalité de mes sentiments – et des siens - pendant tellement longtemps ... Je me sentais stupide d'avoir voulu nier une vérité si éclatante qu'elle brûlait aux yeux de tous nos proches, en dehors de nous même. Ma stupidité m'étonnera toujours. Mais à partir de maintenant, j'aurais l'occasion de me rattraper auprès de lui, puisque je ne comptais pas le quitter de sitôt.

J'ai toujours été comme ça, à regarder intensément les gens, presque à épier : Certains y éprouvaient même une certaine gêne, un malaise, alors que je ne faisais pas toujours exprès. Il m'arrivait certes comme souvent d'embêter simplement Noah, ou d'autres personnes que je n'aimais pas, mais dans d'autres circonstances, j'étais tout simplement perdue dans mes pensées, ou dans ma contemplation, comme maintenant. Je n'avais pu m'empêcher de sourire en l'entendant parler de notre enfance, et de cette nuit que nous avions passé à nous embêter pour changer. Je me rapprochais de lui doucement, collant mon corps contre le sien, ainsi que mon front face à son visage aux traits dont je ne pourrais, j'en étais convaincue, jamais me lasser. Je guettais chaque réaction à l'un de mes touchers, quand je remontais mes jambes le long des siennes, lorsque ma main caressait sa joue. Je me délectais de la situation, et j'en profitais au maximum avant de m'endormir, observant que cela soit le contact de sa main le long de ma hanche, ou de ses lèvres contre les miennes. Je logeais mon visage dans son cou, au niveau de son torse, alors qu'il déposais doucement son menton sur le sommet de ma tête. Non, je ne voulais plus le quitter, plus jamais. Parce que la vérité c'est qu'on a toujours appartenu l'un à l'autre, depuis l'enfance, ça a toujours été Noah et Aylin, Aylin et Noah. Sans l'un ou l'autre, nous devenions amorphes, nous n'étions tout simplement plus nous, et j'en ai fait l'objet dès l'instant ou j'ai quitté le domicile familial des Blackwood. Manifestant mon envie de rester toujours avec Noah, et non pas avec ce lit comme dit plus tôt, je l'entendis rire, remontant doucement sa main dans mon dos. Je ris à mon tour, et reculais à nouveau mon visage alors que Noah portait ma main à ses lèvres, en embrassant le dos. Je souriais légèrement, frémissant à ce contact pourtant si simple. Un contact qui n'était je l'espère pas le dernier d'une longue série, celle de notre vie. « Je ne te quitterai plus jamais… » murmura-t-il alors, agrandissant immédiatement mon sourire. Je resserrais mes doigts autour des siens, et retournais me blottir dans ses bras, fermant doucement les yeux. J'étais épuisée, mais je refusais d'être la première à m'endormir. Je voulais profiter de chaque instant jusqu'au bout, au cas ou demain matin je me réveillerais dans mon canapé, à m'être endormie seule devant la télé et à avoir encore rêvé. « Demain je risque de partir tôt pour aller en cours…alors t’inquiète pas si je ne suis pas là quand tu te réveilleras, d’accord ? » Je hochais doucement la tête de haut en bas. « D'accord ... » Je sentais la fatigue me gagner progressivement. Les yeux clos, je balbutiais enfin : « Je t'aime Noah ... » Juste avant de sentir la fatigue me gagner définitivement, me poussant à me taire. Quelques minutes à peines plus tard, nous nous endormions, toujours enlacés.


FIN DU RP

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you

welcome on barrow
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot]

Revenir en haut Aller en bas

NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SNOW FALLS :: IT'S A BRAVE NEW WORLD. :: quartiers résidentiels. :: eben hopson.-