AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 13:17


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


Le réveil sonna, me faisant grogner, soulant à travers mon lit pour l’éteindre, d’un coup violent et agacé. J’ouvrais difficilement les yeux, mon regard directement dirigé vers la fenêtre de ma chambre, celle-ci étant toujours aussi sombre que lorsque je m’étais couché, quelques heures plus tôt. Je fermais les yeux encore quelques minutes, m’étirant doucement en soupirant. Je n’avais vraiment, mais vraiment pas envie de sortir de mon lit. J’aimais les trente jours de nuit : c’était peut-être mon moment préféré de l’année, mais le seul inconvénient, c’était que ça ne me donnait vraiment pas envie d’aller en cours. Heureusement pour moi, je n’avais que quelques heures de cours ce matin, et j’avais mon après-midi de libre. Après-midi, que je comptais bien passer à la bibliothèque : j’avais quelques livres à lire pour les cours que je n’avais pas chez moi et que j’allais emprunter. C’est donc en trainant les pieds, que j’allais à la fac ce matin-là. Il y avait beaucoup de neige dehors, cette nuit avait dû être encore très froid, je me demandais si un jour, nous allions avoir un hiver un peu moins froid et j’avais déjà hâte de rentrer chez moi. Deux heures de littérature et deux heures d’écriture dirigée, c’était vraiment long. Nous étions tous un peu à côté de la plaque, et c’était comme ça tous les ans durant les trente jours de nuit à Barrow. Midi, la délivrance et pendant que tous les gens de ma licence quittaient la fac pour aller s’amuser, je me dirigeais vers la bibliothèque quand mon portable vibra. Un sourire se dessina sur mon visage lorsque je vis le nom d’Aylin apparaître sur mon téléphone. Je devinais déjà ce qu’elle me voulait, nous étions la période que la demoiselle aimait le moins et ça, depuis notre plus tendre enfance. Je dirais même que la période des trente jours de nuit était la période où Aylin Blackwood était la plus insupportable avec moi. Enfin…à l’époque, bien sûr.

flashback

« Mamaaaaaaan ! », hurla Aylin en se précipitant vers l’intérieur de la maison, alors que nos parents prenaient l’apéritif dans le salon de chez la petite fille, tranquillement. Je soupirais, suivant la brunette à l’intérieur en éteignant les lumières du jardin. Il était environ midi, et le ciel était noir, aussi noir qu’il y a quelques heures. En fait, cela faisait une semaine, qu’il faisait nuit vingt-quatre heures sur vingt-quatre et cela rendait Aylin d’une humeur encore plus peste que d’habitude. Arrivant dans le salon en tapotant mes chaussures pleines de neiges sur le paillasson à l’entrée, Aylin était, quant à elle, déjà dans le salon, face à sa mère en pleurs. « Noah m’a poussé dans la neige, et il l’a fait exprès, je le sais ! » Cria-t-elle alors que j’arrivais dans le salon, subissant le regard foudroyant de mes parents. J’haussais les épaules, et j’ajoutais d’une voix calme, en adressant à Aylin un petit sourire provocateur, « On jouait, elle est tombée, c’est tout ». Ma mère se leva, et me demanda d’enlever mes chaussures pour aller dans la chambre d’Aylin et de m’excuser. La petite fille me sourit, satisfaite et elle accourue dans sa chambre après avoir retiré ses chaussures pleines de neige. Je montais les escaliers, toujours aussi calmement et j’entrais dans sa chambre, alors qu’Aylin était assise sur son lit. « Allez, excuse toi ! », lança-t-elle en me souriant. Je ris légèrement en hochant la tête, « Jamais d’la vie ».


Un petit sourire se dessina sur mon visage en repensant à tout ça, et dire que maintenant, Aylin et moi étions presque inséparables. J’avais abandonné l’idée d’aller à la bibliothèque, puisque la jeune femme m’avait demandée de passer l’après-midi avec elle. Et même si avant, c’était tout le contraire, aujourd’hui, il m’était impossible de dire non à Aylin. Je passais d’abord chez moi, pour poser mes affaires de cours et me défaire de mon gros mentaux. Aylin habitait l’appartement juste à côté du mien, c’était pratique quand on savait, que nous passions, une bonne partie de notre temps libre ensemble et ça l’avait été encore plus, quelques mois plus tôt, lorsque la jeune femme n’acceptait aucune visite, à part la mienne. Je n’essayais de pas trop y penser, mais je savais que notre relation n’était pas totalement fixée. De mon côté, en tout cas, c’était certains que je ne le considérais pas comme une simple amie mais ça, je le gardais pour moi. Je ne voulais pas l’effrayer et qu’elle décide de s’éloigner de moi, comme ce qui c’était passé un an et des brouettes plus tôt, lorsqu’elle était enceinte. A peu près une heure après qu’elle m’eut envoyer le sms, j’étais donc devant chez elle, toquant à la porte, un dvd en main avec un sachet de pop-corn, que je cachais derrière mon dos. Je toquais, et une fois qu’elle ouvrit, un immense sourire se dessina sur mon visage, je me sentais soudainement très content de la voir. « Vous avez de la chance, aujourd’hui il y avait une réduction, pour un Noah acheté et livré, un dvd et du pop-corn sont offerts ! », lançais-je en riant légèrement, montrant le dvd et le sachet de pop-corn.

_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.


Dernière édition par W. Noah Stevens le Mar 24 Avr - 21:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 14:17


I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


Comment pouvais-je savoir quand je devais me lever, quand le soleil n'était pas présent pour traverser ma fenêtre ? S'il y a bien une chose que je déteste, c'est le côté sombre, presque glauque, de la nuit. Alors comment voulez vous que je me porte bien quand, pendant un mois, je ne peux plus voir le soleil ? Les trente jours de nuit... Une chose que j'ai toujours eu en horreur, depuis ma plus tendre enfance. J'ai toujours eu peur, seule, la nuit. On me racontait à l'école des histoires d'ours qui attaquaient les passant, et j'en était arrivée à un point tel que, durant mon enfance, je pleurais pour ne pas avoir à sortir de chez moi. Noah, comme toujours, était mon inverse total à propos de cela. Au contraire, il a toujours été de bien meilleure humeur quand il faisait constamment nuit, et je ne le comprendrais peut-être jamais. Si cela m'agaçait fortement durant mon enfance, aujourd'hui, c'était bien quelque chose qui m'arrangeait. Noah sait toujours m'apaiser quand je suis stressée à cette période de l'année. Enfin, c'était seulement la deuxième fois que nous passions cette période sans s'entre-tuer comme pendant notre enfance, mais déjà l'an dernier il avait exactement su comment canaliser mes angoisses, alors que j'étais déjà enceinte depuis peu.

flashback

« S'il te plait reste . » Avais-je dit d'une voix presque désespérée, alors que le jeune homme s'apprêtait à passer la porte de sortie de mon appartement. Il s'était retourné pour me regarder longuement, sourcils froncés. J'étais assise sur mon canapé, les genoux regroupés contre ma poitrine, mes bras englobant ses derniers. Je grelotais, et je ne saurais dire si c'était la peur de la nuit, dehors, ou le froid. « Je ... J'ai jamais aimé rester seule pendant les trente jours de nuit ... » Avais-je confessé timidement, n'ayant pas encore l'habitude de parler de mes faiblesses à Noah. Ordinairement, jamais je ne lui aurais dit ce genre de chose, car j'aurais su qu'il l'utiliserait contre moi. Il referma la porte, et reposa sa veste sur le fauteuil avant de se poser auprès de moi, m'attirant contre lui. Il recouvrit mes épaules de mon plaid, posé juste à côté. « Je l'avais déjà remarqué qu'on avait même pas dix ans, Aylin ... ». Je rougit, et posait délicatement ma tête contre lui, alors qu'il passait après une longue hésitation ses bras autour de ma taille. Je me suis endormie, comme ça, apaisée par la chaleur de ses bras. Difficile de croire qu'il nous avait fallu dix-neuf ans pour enfin s'entendre.


Je n'ai jamais été fan des trente jours de nuit, mais avec du recul, et j'avais encore du mal à me l'avouer même à moi-même, c'était tout de même aujourd'hui le prétexte idéal pour demander à Noah de venir me voir. Je m'étirais dans mon lit, et attrapais mon téléphone portable, en me mordant la lèvre inférieure. Oui, non, oui ... Je craquais. J'ouvris ma boite de réception, et cliquait sur le prénom de mon ami - puis-je encore l'appeler ami quand je sais les sentiments qui m'animent à son égard cependant ? -avant de commencer à écrire, calmement. « Hey, Stevens, je bosse pas aujourd'hui, tu as prévu quelque chose ...? La trouillarde que je suis ne veut pas rester toute seule aujourd'hui ... Humpf, aujourd'hui, bizarre à dire quand on sait que je regarde la lune là! » Je reposais mon téléphone sur ma table de chevet avec un petit sourire amusé, puis me tournais vers ma fenêtre. La lune était toujours haut dans le ciel, et elle n'avait certainement pas l'intention de redescendre de sitôt. Je finis par me décider à me lever, me trainant tant bien que mal jusque la salle de bain. Une demie heure plus tard, j'étais douchée, habillée, et je domptait tant bien que mal ma longue et épaisse chevelure brune. Alors que j'étais en train de faire la vaisselle du café que j'avais bu pour me réveiller, on frappa à la porte, et j'ouvris avec le sourire, avec un Noah qui avait répondu à mon appel, pop corn et film en main. « Vous avez de la chance, aujourd’hui il y avait une réduction, pour un Noah acheté et livré, un dvd et du pop-corn sont offerts ! » dit-il en riant, me faisant éclater de rire à mon tour. Je lui laissais le champ libre pour entrer avant de refermer la porte derrière moi, et retournait essuyer ma tasse pour la ranger dans le placard. « Tu es génial, décidément tu sais exactement ce dont j'avais besoin aujourd'hui ! » A vraie dire, le film et le pop corn, c'était un supplément. Tout ce dont j'avais vraiment besoin, c'était de lui. Mais je ne me vois vraiment pas lui dire ça. J'attrapais sa veste qu'il venait de retirer et l'accrochait au porte manteau avant de sauter sur mon canapé, en regardant par la fenêtre. Je grimaçais. « J'ai besoin de soleil, bon sang ! Et dire que ça vient de commencer ... »

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 14:53


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


Mon père, m’avait très souvent taquiné à propos de ma relation « naissante » avec Aylin. Nos parents, avaient fini par comprendre, au fil du temps, que nous nous détestions et ils nous avaient demandés plus d’une fois, de faire des efforts. C’était plutôt ironique d’ailleurs, que leurs enfants se haïssaient à ce point, alors que tous les quatre, étaient très amis. J’irais même jusqu’à dire, qu’ils n’avaient pas eu de chance, car même si ils nous demandaient de faire un effort l’un envers l’autre, nous n’exécutions pas forcément leurs ordres et nous continuions à nous vouer une guerre sans merci. C’est ainsi qu’au fils du temps, nos parents avaient abandonné toute idée de nous réconcilier ou de nous voir amis un jour. Quelle ne fut pas leur surprise, quand ils constatèrent ce rapprochement entre la jeune femme et moi, alors que celle-ci était enceinte. Surpris, mais pas mécontents, même si Aylin avait, à l’époque, un petit ami et qu’il m’arrivait souvent de fréquenter quelques filles. Je parlais souvent à mon père, de tout et de rien, et lorsque je lui avais appris qu’Aylin et moi avions arrêté de nous voir, il a tout de suite compris, la raison pour laquelle nous étions venus à arriver là, alors que nous étions aussi complices…peut-être trop complices, en fait.

flashback
Les nausées, lui étaient insupportable, surtout le matin et je venais la voir tous les matins, pour prendre le petit déjeuner avec elle avant d’aller à la fac. C’était une sorte de tradition, que nous avions pris l’habitude de faire avec Aylin, alors qu’elle était enceinte. Posant ma tasse de café sur le comptoir de sa cuisine, je me tournais vers la jeune femme qui semblait avoir une petite mine. « J’arrive pas à croire qu’il ne voit rien », lançais-je en soupirant, faisant allusion à son petit ami qui n’avait pas l’air de se douter qu’Aylin était différente, depuis quelque temps. Aylin haussa les épaules, posant son bol de céréales dans l’évier avant de se tourner vers moi, un léger sourire sur les lèvres. « Tu devrais vraiment lui dire….ou…tu devrais pas rester avec lui… », ajoutais-je en fronçant les sourcils et en ajoutant ma tasse, maintenant vide près de son bol dans l’évier. « Pour me retrouver mère célibataire ? », demanda-t-elle en haussant un sourcil. J’haussais les épaules, attrapant sa main dans la mienne sans même prendre conscience du geste que je venais de faire. « J’serais là, moi… », murmurais-je doucement avant de prendre conscience de ce qui venait de se passer. Je lâchais sa main immédiatement, sentant mon cœur s’emballer et je m’éloignais d’elle, attrapant ma veste. « Je…désolé, j’vais être en retard… » , barbouillais-je avant de quitter l’appartement au plus vite…

Ça avait toujours été une victoire, de la faire rire. Moi qui la faisait, par le passé, soit crier, soit pleurer, la faire rire, cela changeait pas mal. La jeune femme se recula, afin de me laisser passer et j’entrais dans l’appartement où j’avais passé beaucoup de temps un an plus tôt. « Tu es génial, décidément tu sais exactement ce dont j'avais besoin aujourd'hui ! » Je souris, retirant mes chaussures à l’entrée, afin d’éviter de salir son parquet et je me défis de mon manteau qu’elle attrapa au passage pour le pendre sur le porte manteau. Je la suivais jusque dans le salon et la regardais se laisser tomber sur le canapé, regardant par la fenêtre. « J'ai besoin de soleil, bon sang ! Et dire que ça vient de commencer ... » Je posais le dvd et le sachet de pop-corn sur la petite table basse, m’avançant vers la fenêtre pour regarder à travers. La ville était couverte de la neige et il y avait très peu de gens dehors : c’était toujours comme ça, pendant les trente jours de nuit, les rues étaient souvent désertes, surtout que le froid parfois, faisait bugger les installations électriques. Comme aujourd’hui, apparemment puisque les lampadaires dehors clignotaient. « Prie pour que l’électricité nous lâche pas plutôt, parce que dehors les lampadaires ont pas l’air de tenir le coup…», murmurais-je en tournant mon regard vers elle, avant de me décider à contourner le canapé pour venir m’asseoir près d’elle. « Alors…comment ça va… ? », lui demandais-je calmement. Cette question, je m’étais résigner à lui poser depuis plusieurs mois, sachant qu’elle allait mal. Mais aujourd’hui, elle avait l’air de remonter un peu la pente et d’arriver à oublier, en tout cas, elle avait une belle mine, elle était vraiment très belle..


_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 16:32


I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


Je me rappellerais encore longtemps du jour où ma mère m'avait appelé, me disant en riant qu'elle aurait juré me voir au loin dans la rue en compagnie de Noah. Lorsque je lui ai confirmé les faits, je me souviens avoir fait un rire gêné en entendant son long silence. J'aurais presque pu voir de chez moi son expression, et sa mâchoire décrochée. J'avais été très évasive sur les circonstances qui nous avaient poussés à nous rapprocher après ces longues années de silence, étant donné le fait que j'avais caché ma grossesse à mes parents. En dehors de Noah, je ne voulais que personne sache, et il avait gardé ce secret jusqu'au bout ... Jusqu'à ce que je perde le bébé. Encore parfois il m'arrivait de porter ma main à mon ventre par automatisme, le retrouvant plat comme si je n'avais jamais rien porté en moi. J'avais perdu le bébé alors que j'approchais des six mois de grossesse, alors autant vous dire que je m'étais plutôt bien arrondie, cachant mes formes sous des pulls amples, et mes nausées en voyant le moins possible Christopher. Seul Noah assistait à mes mauvaises mines, mes crampes à l'estomac, mes rendez vous chez le médecin, et surtout, mes angoisses ... J'ai gravé dans ma mémoire ce jour ou il avait tenté de me convaincre de parler de ma grossesse à Christopher. Ses yeux lorsqu'il m'avait prit la main en me disant qu'il serait là même si je devais terminer seule avec mon enfant. Je n'avais pas su comment réagir, et souvent, je me demandais comment aurait été la suite si j'avais réagit avant qu'il ne quitte mon appartement en trombes, gêné par son geste. Et je n'ai jamais su interpréter la situation. Aujourd'hui, je ne pouvais plus que regretter, et me dire que nous étions passés à autre chose ... Même si ça avait été dur pour moi de le regarder s'éloigner comme ça, aussi brutalement. Je sentais presque encore la chaleur de sa main dans la mienne, la portant à mon visage, bouche bée. Il m'avait fallu quelques minutes pour me reprendre, et foncer vers la salle de bain après une énième nausée. Aujourd'hui, fini les nausées, fini les hésitations, Noah et moi étions juste deux amis, et il m'aidait lors de mes moments de faiblesse... Même si les images de notre proximité il y a un peu moins d'un an étaient encore gravées dans ma mémoire, dissimulées parmi mes sentiments. Il m'arrivait parfois de m'interroger moi-même. Et si j'avais rattrapé Noah ? Si j'avais quitté Christopher pour élever mon enfant avec lui ? Peut-être qu'aujourd'hui tout serait différent ... Je sais déjà que Noah ne m'aurait jamais laissé tombé, au vu de son attention pendant ma grossesse..

flashback

« Noah, vite, vite, viens dans le salon ! » Je venais de m'époumoner en traversant le couloir en courant, la main pressée sur mon ventre. Noah quittait la cuisine pour me rejoindre au salon, apeuré. « Quoi, quoi, qu'est ce qui se passe ? » Il s'est rapproché de moi et j'ai attraper son bras d'un coup pour plaquer sa main sur mon ventre. S'en suivit un long moment de silence, durant lequel Noah m'observa, sourcils froncés. Puis, une secousse. « Je ... Rêve ou il vient de bouger ? » « Ouiii ! C'est la première fois ! On m'avait bien dit que ça arriverait aux alentours des quatre-cinq mois ! » Avais-je répondu, les yeux brillant. Il n'y avait qu'avec lui que je pouvais partager ça ... Et que je voulais partager ça. Ca faisait tellement étrange de sentir ces remuements à l'intérieur de mon ventre, pendant un bon quart d'heure nous étions restés allongés sur mon canapé, à guetter un quelconque autre mouvement avec le sourire.



Assise sur le canapé avec un air bougon, je me tortillais pour atteindre la télécommande sans avoir à me déplacer. Noah, de son côté, se trouvait par la fenêtre pour regarder dehors. « Prie pour que l’électricité nous lâche pas plutôt, parce que dehors les lampadaires ont pas l’air de tenir le coup…» Je haussais les épaules avec un air blasé, et allumais la télévision alors qu'il se dirigeait vers moi. « Au pire, on fera à l'ancienne : On jouera aux cartes à la lueur de bougies. J'ai fait le plein au cas ou, ça arrive tellement souvent à cette période, avec ce froid de canard ! » Enfin bon, j'allais pas me plaindre, c'était pas comme si je vivais en Alaska depuis ... 18 ans. «« Alors…comment ça va… ? » me demanda-t-il alors, comme toujours. Je baissais les yeux, puis les relevais vers lui avec un léger sourire. Mon accident datait déjà bientôt d'il y a six mois. Et je pense que je serais encore au fond du gouffre si Noah n'avait pas été présent pour me tendre la main et me soutenir. « Ca va, ca va ... Comme d'habitude, hein, même si ce sale temps me met le moral à zéro. » dis-je en grimaçant, avant de me lever pour attraper le sachet de pop corn, me dirigeant à grand pas vers le micro ondes. J'enfournais le paquet au chaud, avant de me retourner vers Noah en me pinçant les lèvres. « Et toi, ça va ...? Au fait, merci d'être venu, je sais que tu as pas que ça à faire de me supporter .. » J'esquissais un sourire, avant de récupérer le paquet de pop corn pour le renverser dans un saladier, et l'apporter avec moi sur le canapé, avec Noah.

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 17:50


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


Jamais je n’aurais pu expliquer ce qui c’était passé, ce soir-là. Lorsque j’avais trouvé Aylin, effondrée dans ce parc. Nous ne nous étions pas parlés depuis des années, nous nous étions haïs…comment en étions-nous venu à ça.. ? J’avais beau retourner la question dans ma tête, encore, encore et encore, je ne trouvais jamais de réponse. C’était insensé, tellement insensé… Peut-être, était-ce le fait de l’avoir vu vulnérable, qui m’avait donné envie d’être gentil avec elle ? J’avais repensé à ce que mon père m’avait dit ce soir-là, comme quoi toutes les personnes méchantes avaient toujours quelque chose derrière, et que ça n’était qu’une carapace. Aujourd’hui, je savais que mon père avait raison : ça n’était qu’une carapace. Aylin était…une jeune femme sensible, beaucoup plus sensible que je ne l’aurais cru. Elle était assez drôle et, nous étions bien souvent, sur la même longueur d’onde, malgré toutes les choses qui faisaient de nous de parfaits opposés. N’y avait-il pas un dicton qui disait, que les opposés s’attirent ? Parce que j’avais l’impression, de tomber pile poil dans ce foutu dicton. Au point, que j’avais envisagé, le fait d’être avec Aylin. Au point, que j’avais envisagé, que je lui avais même garantit, que si elle quittait son petit ami, je serais là pour elle. Pour elle, et pour son bébé. Mais jamais je n’avais osé lui en reparler, ou même lui suggérer. Je ne savais pas trop de quoi j’avais peur…peut-être qu’elle ne ressente pas la même chose pour moi ? Peur, peut-être, qu’elle me jette et que je sois tellement gêné que j’aurais dû arrêter de la voir, et ce, définitivement ? Peut-être. Très probable, même. Et cette peur, avait tout dominé, au point que je n’avais jamais rien osé lui dire. Pourtant, j’avais eu plus d’une occasion de le faire, mais j’avais toujours fini par laisser tomber, par…fuir. Et si…si, j’étais fatigué, de fuir ? Je voyais, comment les gens étaient, dans la rue, les couples qui se tenaient la main. J’avais toujours été un peu seul, malgré le fait que j’eus quelques petites amies. Moi aussi, j’avais envie de connaître ça. J’avais envie de le connaître, avec elle.

flashback
« For never was a story of more woe, than this of Juliet and her Romeo. » Je fermais le livre, caressant la couverture avant de tourner la tête vers Aylin, qui avait la tête posée sur mon épaule, regardant droit devant elle, presque les larmes aux yeux. Avec sa grossesse, elle se mettait parfois à rire, ou même à fondre en larmes pour rien. La jeune femme caressait son ventre doucement, c’était elle qui m’avait demandée de lui lire Romeo et Juliet, et ça ne me dérangeais pas, étant un de mes livres préférés. « Ca va… ? », murmurais-je en lui lançant un léger sourire. La jeune femme haussa les épaules en gardant son regard figé sur la télévision éteinte devant elle. « Oui…j’trouve ça juste…triste… », murmura-t-elle avant de passer sa main sur sa joue. Je souris légèrement, « Triste ? Moi j’trouve ça beau… ils pouvaient pas vivre l’un sans l’autre et la seule solution pour qu’ils soient ensemble, c’était…de mourir ensemble… » Aylin se redressa un peu, se tournant vers moi pour mieux me regarder. « Ouais bah…le jour où tu seras prêt à mourir pour une fille, tu me feras signe okay ? » J’allais dire quelque chose, pour lui faire comprendre, mais je finis par abandonner, et ne rien dire…

« Au pire, on fera à l'ancienne : On jouera aux cartes à la lueur de bougies. J'ai fait le plein au cas ou, ça arrive tellement souvent à cette période, avec ce froid de canard ! » J’éclatais de rire, elle avait raison, depuis le temps où nous vivions ici, nous avions appris à vivre, sans l’électricité, sans…les nouvelles technologies. Il y avait tellement de neige, et parfois même des tempêtes de neiges, que l’électricité n’était qu’une option et nous savions forcément, comment nous occuper sans. Bien qu’en fait, l’idée de rester ici avec elle, sans lumière, m’intimidait un peu… « Ça va, ça va ... Comme d'habitude, hein, même si ce sale temps me met le moral à zéro. », dit-elle avant de se lever, afin d’aller mettre le sachet de pop-corn que j’avais amené dans le micro-onde. J’en profitais pour allumer la télé, et j’allais mettre le dvd dans le lecteur, puis je revins m’asseoir dans le canapé. « Et toi, ça va ...? Au fait, merci d'être venu, je sais que tu as pas que ça à faire de me supporter .. » J’haussais les épaules, la regardant renverser les pop-corn chauds et qui dégageaient une odeur excise dans l’appartement. Si j’allais bien ? Oui. Mais non aussi, parce qu’elle me manquait. Même si on continuait à se voir, c’était…différent, de quand elle était enceinte. Disons que nous nous voyons tout de même un peu moins, peut-être, par peur que les choses redeviennent bizarres, entre nous ? « Mh…je présume que ça va… », répondais-je à la jeune femme, qui était venue s’asseoir sur le canapé près de moi. Je lui souris et je piquais un pop-corn, qui était encore très chaud. Je ris légèrement, repensant à sa dernière remarque, « Te supporter ? Dis pas de bêtises…au contraire, ça me manque de plus avoir à te supporter plus souvent… » je lui lançais un petit sourire timide et je pris la télécommande pour sélectionner les menus du film, sans oser la regarder à nouveau…


_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 18:51


I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


Des petits amis, j'en avais collectionné, et à la pelle. Je n'ai jamais voulu me permettre d'être romantique, ou quoi que ce soit d'autre dans le genre. Je ne voulais pas laisser apparaître cette facette de ma personnalité devant les autres, sans doute par fierté, et pourtant, j'ai presque cru être amoureuse en rencontrant Christopher. Ce n'est que quelques semaines plus tard que je m'étais rendue compte de ma grossière et fatale erreur. J'ai voulu le quitter ... Mais ma grossesse avait brutalement tout changé dans mon point de vue. Je ne voulais pas que mon enfant grandisse sans la chaleur d'un père, sans être protégée par un homme. Car même si, de nos jours, il existe beaucoup de femmes au foyer, jamais on ne pourra me convaincre que c'est l'idéal pour un enfant. Jamais. Je ne voudrais jamais avoir connu une existence avec un seul de mes parents, puisque tous les deux m'avaient chacun apporté beaucoup. Ma mère m'avait apporté la féminité, le savoir vivre, la politesse et ma passion pour l'art. Mon père, lui s'était appliqué à m'apprendre à faire attention à moi même, et souvent, maman me dit que j'ai hérité de son sale caractère et de sa capacité à être une véritable tête de mule. Ce qui, dans le fond, n'est pas faux, puisque nous nous sommes déjà battu à de nombreuses reprises juste pour avoir le dernier mot, devant le regard désespéré de ma mère. J'aimais cette convivialité, cette chaleur familiale. Et si un jour je devais tomber à nouveau enceinte, cette fois ci deux choix s'imposeraient à moi : Soit j'aurais la certitude que je pourrais fonder une vraie famille, soit cette fois ci j'avorterais. Mais bon, célibataire et associable que j'étais devenue, ce n'était pas près d'arriver à nouveau, pas du tout même.

Je m'appuyais contre Noah doucement, alors qu'il avait allumé la télévision, et attirant le saladier contre moi avec une moue boudeuse alors qu'il venait de m'en voler un peu. « Mh…je présume que ça va… » Me répondit-il alors. Je levais vers lui un regard intrigué, et il poursuivit, alors que j'attrapais un pop corn pour le glisser entre mes lèvres après avoir rapproché la table basse de nous pour y poser le saladier : « Te supporter ? Dis pas de bêtises…au contraire, ça me manque de plus avoir à te supporter plus souvent… » Il m'adressa un léger sourire, timide, et je le regardait légèrement bouche bée. J'avais encore un peu de mal avec ce genre de confession venant de Noah. Bien que cela fasse près d'un an que nous avions repris contact plus ... Amicalement, pour ne pas dire intimement, j'avais encore en tête nos querelles d'enfant, idiotes mais pourtant bien réelles. Aujourd'hui cependant, c'était indéniable que ce passé tumultueux se trouvait bien derrière nous : Je n'avais plus la moindre animosité envers Noah, pour ne pas dire que je sentais de plus en plus de sentiments envers lui, puisque même maintenant, le simple fait qu'il me dise que ma présence lui manquait me fit monter le rose aux joues. Je baissais la tête pour attraper du pop corn pendant que lui faisait la sélection du chapitre pour le film. « Tu me manques aussi tu sais ... » Dis-je alors comme dans un murmure. Je ne savais pas si je le disais à son adresse, ou plus pour moi même. Ca m'était déjà arrivé une fois de ne pas réagir lors de ses moments d'affection. Je ne voulais pas me retenir d'avantage, et puis ... Lui dire qu'il me manque aussi, ça pouvait aussi passer comme tout à fait amical, non ? Bon, si on omet le fait que je viens de rougir et que je ne sais plus ou me mettre.

J'attrapais mon plaid pour nous recouvrir, Noah et moi-même, alors que le film commençait. J'éteignais la lumière, et me blottissais dans ses bras comme à mon habitude, la main posée sur mon ventre, vieux réflexe datant de six mois auparavant. Par la fenêtre, je vis le lampadaire le plus proche sauter un peu, et fronçais les sourcils. « Je crois que t'as raison quand tu nous dit de prier ... Vu comment le lampadaire s'affole dehors, c'est pas bon signe, pas du tout même.. » Je replaçais une de mes mèches brunes derrière mon oreille avant de poser ma tête sur Noah, en reportant mon attention vers l'écran de la télévision en silence.

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 20:45


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


Dans la littérature, une bonne partie des livres, des histoires, comportaient des histoires d’amour à l’intérieur. Qu’ils soient en premier plan, ou pas, la littérature en était remplie d’exemples. En fait, si j’avais toujours aimé être en retrait, c’était parce que je vivais, à travers tous les livres que je pouvais lire. Ça pourrait aussi paraitre bête à dire comme ça, mais c’était un peu les livres, qui m’avaient appris les choses de la vie, comme l’importance de le famille, de l’amitié et savoir faire la différence entre le bien et le mal. Ainsi, les histoires d’amour finissaient toujours soit très bien, soit très mal. Il n’y avait pas de juste milieu et c’était aussi peut-être ça, qui me faisait un peu peur dans ce que je pouvais ressentir pour Aylin. J’avais peur, que tout soit gâché, si les choses finiraient par aller mal : la boucle serait bouclée, nous nous serions rencontrés en nous détestant, et nous nous serions quitté de la même manière. Et je n’avais pas envie de ça. Je m’étais tellement habitué à me lever le matin, et à me dire qu’aujourd’hui, je pourrais la voir, voir son sourire et la manière qu’elle avait de m’appeler par mon nom de famille avec ce petit regard taquin figé sur moi. Moi qui avait espéré, plus que tout au monde, il y a quelques années, ne plus jamais avoir à croiser son chemin, aujourd’hui, je ne me voyais absolument pas continuer à vivre ma vie, sans qu’elle en fasse partie. C’était presque…inimaginable, pour moi.

Je la sentais se blottir contre moi, ce qui me fit légèrement sourire, bien que je sentais mon cœur tambouriner dans ma cage thoracique comme un fou. Combien de fois, avions-nous été comme ça il y a un an ? D’ailleurs, c’était frustrant d’être aussi proches d’un coup, moi qui, quand nous étions plus jeune, détestait rien que le fait qu’elle puisse me toucher. Bon, c’est vrai que quand on a dix ans, toutes les filles sont moches et bêtes, mais avec Aylin, c’était vraiment la guerre. Je regrettais de lui avoir dit qu’elle me manquait, à la seconde même où cette phrase sortit de ma bouche. J’observais du coin de l’œil sa réaction, n’importe quel trait sur son visage qui pourrait m’en dire plus sur ce qu’elle pourrait penser de ça. A nouveau, un petit sourire se dessina sur mon visage, en voyant ses joues virer un peu au rouge. Cherchant les menus pour régler la langue et tout le reste, la jeune femme pris du pop-corn, et murmura tellement bas, que j’avais presque cru avoir mal entendu, « Tu me manques aussi tu sais ... ». Je sélectionnais le film, m’installant correctement alors qu’elle nous couvrait de son plaid, posant sa tête sur mon épaule. Je passais mon bras dans son dos, pour la garder contre moi. En fait, ce qui était drôle, c’était qu’on agissait comme un couple, sans qu’on en soit un. Enfin…drôle, ou effrayant, car cela n’aidait pas à oublier les sentiments que j’avais pour elle, au contraire, même.

« Je crois que t'as raison quand tu nous dit de prier ... Vu comment le lampadaire s'affole dehors, c'est pas bon signe, pas du tout même.. » J’hochais la tête en regardant dehors. On ne percevait presque plus de lumières venant de la rue, tous les lampadaires avaient dû sauter. Je soupirais légèrement, c’était mauvais signe. Je tournais à nouveau mon attention vers la télévision, le film avait commencé et il jouait depuis déjà une petite demi-heure, lorsque tout à coup, plus rien. L’écran de télévision s’éteignit d’un coup, ainsi que la lumière du salon et de toutes les lumières et appareils électriques de l’appartement de la demoiselle. Je me redressais légèrement, soupirant, tournant mon visage pour vérifier si il y avait, ne serait-ce qu’une petite source de lumière quelque part, quand je me cognais contre Aylin. Je ris légèrement, passant ma main sur mon front, « Aoutch », lançais-je en souriant. « Excuse-moi », ajoutais-je doucement. Je clignais des yeux, tentant de voir quelque chose, mais rien à faire, seul la très faible lumière de la lune dehors éclairait le salon, mais c’était vraiment infime. « Bordel…on voit vraiment rien…t’es où exactement ? », demandais-je à Aylin en riant légèrement, avançant mes mains devant moi à l’aveugle pour essayer de la trouver…


_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 21:21


I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


On m'avait déjà dit qu'il était facile de passer de l'amour à la haine, et j'en avais fait l'expérience avec Christopher, mais ... De la haine à l'amour ? Je n'avais jamais expérimenté cette situation auparavant, et je la découvrais avec Noah. J'avais souvent repensé à la situation, me demandant longuement qu'est ce qu'on avait bien pu faire, pour au final s’apprécier. La seule et unique solution logique qui m'étais apparue ? Eh bien, tout simplement, nous avions grandi, ensemble, et étions restés campés sur notre haine mutuelle parce qu'aucun de nous deux ne voulait se résigner à perdre la bataille. Une fois l'âge adulte sur le point d'arriver, il y avait eu une véritable rupture lorsque nous avions chacun quitté le domicile familial, ne nous obligeant plus à nous supporter mutuellement presque toutes les semaines. Forcément, lorsque, à l'âge de dix neuf et vingt ans, nous nous étions tous les deux retrouvés, apprenant à devenir autonome chacun de notre côté, il devait y avoir eu une sorte de déclic, qui faisait que nous avions réussi à dialoguer sans nous entre tuer, nous tirer les cheveux ou nous faire tomber dans la neige après un coup de pied discret. Et depuis, plus une seule ombre de dispute, rien. Même si nous étions la plupart du temps très différent, j'apprenais à découvrir ses goûts, chose que je n'avais jamais faite auparavant, et lui découvrais les miens. Pendant ma grossesse, je m'étais même découvert une passion pour les après midi lecture. Je m'allongeais avec lui sois dans mon canapé, sois carrément dans mon lit, et il me lisait différents livres qu'il aimait. Avec les hormones, il m'arrivait de m'emporter d'un rien, ou alors tout simplement de fondre en larmes au moindre passage émouvant. Une chose qui, d'ailleurs, semblait pas mal avoir amusé Stevens.

Tranquillement posés dans le canapé, le regard rivé sur l'écran, le film suivait son cours, alors que nous vidions progressivement le saladier de pop corn sans même le regarder, trop absorbés par le film. Mais bien entendu, il fallait que l'on ne puisse pas terminer le film jusqu'au bout, puisque l'appartement fut brutalement plongé dans le noir le plus total, même les lampadaires dehors avaient lâché la ville. Bienvenue en Alaska ... Je me redressais d'un coup, heurtant Noah de plein fouet. « Aoutch» Je plaquais une main devant ma bouche, avec un petit rire. « Oh mon dieu, pardon ! » « Excuse-moi » Je devinais son sourire dans l'obscurité. Car même si ce genre de situation pouvait en agacer plus d'un, à force d'habitude, ça nous fait simplement rire. « Pas grave, t'en fais pas, c'est moi qui me suis levée un peu vite. »Dis-je en riant, cherchant à tâtons sur le canapé pour reposer le saladier sur la table basse. « Bordel…on voit vraiment rien…t’es où exactement ? » Nous n'y voyions absolument rien, et la seule lumière de la lune ne suffirait pas pour que nous trouvions notre chemin dans mon appartement. Je posais mes mains sur le canapé, me redressant sur mes genoux. Ma main toucha un tissu de vêtement. Le tee shirt de Noah. « Je suis là , attends ... » Je remontais mes mains jusqu'à son visage à l'aveuglette, et mes mains terminèrent sur sa joue et son épaule. Il était juste en face de moi, je pouvais sentir son souffle sur le haut de mon visage, étant plus petite que lui. A ce moment là, j'étais terriblement tentée de profiter de l'obscurité pour faire tout ce que je n'osais pas faire en pleine lumière. Mais je ne pouvais pas ... Pas décemment me permettre ce genre de geste. Oui, Noah est un ami, un ami d'enfance. Un précieux ami d'enfance... Je fis un léger rire. « T'as vu Stevens, même dans une soirée film, on trouve une activité sympa chez moi ... » Dis-je doucement, un fin sourire sur le visage.

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 22:05


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


La trouille. Oui, j’étais mort de trouille, à l’instant même où toutes les lumières s’étaient éteintes. C’est marrant, en général, les enfants ont peur du noir : j’avais vingt et un an, et j’étais mort de trouille ce soir, à l’idée d’être dans le noir avec elle. Parce que je savais, qu’ici, quand il y avait une panne d’électricité, ça n’était pas une petite panne. Ça pouvait durer des heures et surtout, c’était le noir complet. C’était également, une des raisons pour lesquelles les gens n’aimaient pas trop se promener dans les rues, pendant les trente jours de nuit : à tout instant, on risquait d’être plongé dans le noir, et croyez-moi, être dans le noir total, en plein milieu de la rue, ça n’était vraiment pas drôle et pas facile, aussi. Ca nous était déjà arrivé, en plus, d’être plongé dans le noir Aylin et moi, mais ça, c’était quelques années plus tôt, lorsque nous étions ravis de pouvoir se faire des coups bas dans le noir. C’était encore plus drôle, et encore plus mesquin, surtout.

flashback
« Bordel Noah, tu viens d’me marcher sur le pied ! », grogna Aylin en me donnant un coup sur l’épaule, qu’elle loupa à cause du noir, et du fait qu’elle ne voyait pas où j’étais. J’éclatais de rire et je sentais sa colère monter encore plus. Me reculant légèrement, et discrètement pour ne pas qu’elle m’entende, la petite fille s’avançait quant à elle, « J’te jure, j’vais te trouver et quand ça arrivera, j’vais te faire bouffer tes cheveux de mouton ! », cria-t-elle, agitant ses bras devant elle, me cherchant désespérément dans ma chambre plongée dans le noir. Je la sentais passer juste à côté de moi, sans qu’elle s’en rende compte et je lui tapotais l’épaule, en me retenant de rire avant de me baisser, pour ne pas qu’elle me touche lorsqu’elle se tourna vers moi, agitant toujours ses bras devant elle. Soupirant, la jeune fille abandonna très vite et elle cria une dernière fois, avant de quitter ma chambre en claquant la porte tellement fort, qu’elle avait fait vibrer ma fenêtre, « NOAH WILLIAM STEVENS, J’TE HAIS PLUS QUE TOUT AU MONDE ESPECE D’ABRUTIS ! »


Je la sentais bouger, et je n’osais pas bouger, pas d’un seul centimètre alors que je sentais ses doigts sur mon chandail. Je me pinçais la lèvre, il n’y avait absolument aucun bruit dehors, aucun bruit à l’intérieur. Je sentais uniquement le froissement de sa robe et le grincement du petit canapé sur lequel nous étions assis. « Je suis là , attends ... » Je ris légèrement, elle n’avait pas besoin de me dire d’attendre, j’étais complètement pétrifié et encore plus lorsque je sentais qu’elle remontait ses mains sur moi. Elle était tout près, vraiment, vraiment tout près de moi, et ça rendait les choses encore plus intimidantes. Je fermais les yeux, et frissonnais légèrement en sentant une de ses mains atterrir sur ma joue : elle avait les mains douces, vraiment très douces. Je n’avais jamais pu sentir ça, malgré le fait que nous nous soyons rapprochées, c’était la première fois que je sentais ses mains posées sur moi comme ça, et ça ne me laissais pas indifférent. « T'as vu Stevens, même dans une soirée film, on trouve une activité sympa chez moi ... » Je souris, essayant d’imaginer les traits de son visage à ce moment-là. Je l’imaginais bien, avec son petit sourire satisfait. J’haussais les épaules, me pinçant la lèvre. Je ne savais pas trop quoi dire, pas trop quoi faire…j’avais juste…envie de lui parler, dans le noir, c’était beaucoup plus facile, de parler à cœur ouvert. Je soupirais légèrement, baissant la tête. Je ne pouvais plus tenir comme ça… « Qu’est-ce qu’on est en train de faire, Aylin… ? », demandais-je calmement, murmurant presque cette question à laquelle, je ne m’attendais pas trop de réponse. Je me pinçais à nouveau la lèvre, et je passais ma main dans mes cheveux, nerveusement. C’était la première fois, que j’allais oser lui parler ouvertement, de notre rapprochement. Jamais nous n’en avions parlés, jamais. « A chaque fois qu’on se voit, on est tellement…proches…t’es là, dans mes bras comme si… » Je m’arrêtais, n’osant pas continuer. Comme si…comme si quoi, Noah ? Comme si tu m’aimais ? Comme si j’étais ton petit ami ? Je regrettais terriblement d’avoir parlé, j’allais tout gâcher. J’avais juste envie de me lever, et de partir en courant. J’avais envie de pouvoir remonter le temps, et faire comme si j’avais réussi à me taire. Quel con…



_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 22:29


I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


Paralysée, le coeur battant, je ne savais plus comment réagir. Si nous avions l'habitude d'être relativement proches, dans le noir, dans le silence, les choses apparaissaient différemment, plus tendues, plus propices aux explications. Alors quoi, maintenant que j'étais face à lui, que je sentais sa peau sous mes doigts, je faisais quoi ? Je ne m'étais jamais permis ce genre de rapprochement, et je ne sais toujours pas ce qui m'a poussé si naturellement à aller poser ma main sur sa joue. Mon autre main, sur son épaule, s'accrocha légèrement à son pull, et je me pinçais les lèvres. C'est dingue ce que j'étais la reine pour me fourrer dans des situations embarrassantes, et d'ailleurs, ça ne datait pas de récemment, ça avait toujours été de tel. Si je faisais la fière en pleine lumière, dans l'obscurité, il n'en était pas de même.


flashback

J'avais six ans, et j'étais dans le noir le plus total, au milieu de la chambre de Noah; Et pour couronner le tout, j'avais fait tomber ma poupée sur le sol. Penchée, je cherchais cette dernière à tâtons, tétanisée par le noir. « Maman ? Papa ? Noah ...? » Je les appelait tous, enracinée au sol, incapable de bouger de l'endroit ou je m'étais assise sur le sol. « J'ai peur ... Y a quelqu'un ! » Je finis par trouver ma poupée, et me redressais en regardant tout autour de moi, sans oser bouger. Bon, il fallait que je sorte de la chambre .. Mais où était la porte ? Encore apeurée, je me décidait à bouger lorsque la porte s'ouvrit brusquement : « BOUH ! » S'était écrié Noah, me faisant tomber à la renverse. Ca aurait pu être amusant, mais moi, je n'aimais pas ça. Immédiatement j'ai fondu en larmes. « MAMAAAAAN NOAH M'A FAIT PEUUUUR! »


Et aujourd'hui j'étais sur ce canapé, face à lui, me mordant la lèvre en attendant que Noah brise enfin ce silence pesant. Sa phrase me surpris. « Qu’est-ce qu’on est en train de faire, Aylin… ? » J'ouvris mes lèvres, complètement figée par ce qu'il venait de me dire. Je ne sut en comprendre le sens. Que voulait-il dire ? J'avais fait quelque chose de mal ? Je demeurais plongée dans mon mutisme. Je le sentis passer sa main dans ses cheveux, et je n'avais pas bougé d'un pouce. « A chaque fois qu’on se voit, on est tellement…proches…t’es là, dans mes bras comme si… » Il avait remarqué alors ....? Mon coeur se serra, comme si je venais d'arriver à un moment fatidique de mon existence, comme si, d'ici quelques minutes, ma vie allait être scellée. Je ne sut quoi dire, si ce n'est, doucement, timidement, dans un souffle « Noah ... J ... Je ... » J'avais réfléchi à ce que je pourrais lui dire des millions de fois, et pourtant, rien ne sortait maintenant. « Je ... voudrais tellement trouver les mots ... Pour t'expliquer comment je me sens à chaque fois que tu viens. A chaque fois que tu es venu, depuis un an ... » Trop tard, j'avais mis en route la machine infernale, plus moyen de faire demi tour. Mon coeur battait si fort que je crut qu'il allait s'arracher hors de ma poitrine. Au lieu de parler, je décidais d'attraper la main de Noah dans la mienne, rapprochant nos deux corps jusqu'à ce qu'ils soient presque collés, et je posais délicatement sa main contre mon coeur. Dans l'obscurité, je savais qu'il pouvait deviner mon expression confuse, celle que si peu de gens voient sur mon visage. « A toi de me dire, ce qu'on est en train de faire ... » Et là, deux options : Soit il se levait et partait en courant, et je venais de perdre tout ce que j'avais au monde, soit ... Soit quoi, en fait ?

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 22:59


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


J’entendais chacun de ses souffles, et je me sentais, de plus en plus nerveux. Le noir, l’obscurité…c’était dangereux, je le savais…nous aurions dû prendre des précautions, avant le film en voyant les lampadaires buger dehors, comme ça. Allumer des bougies, nous munir d’une lampe de poche, quelque chose, quelque chose pour ne pas nous mettre dans l’embarra de cette manière. Et même si nous n’avions jamais parlé, de notre relation, réellement, il avait fallu un élément perturbateur, pour que nous en soyons venu, à arrêter de se parler, arrêter de se voir, juste avant son accident. Je me demandais d’ailleurs, si cet accident aurait eu lieu, si les choses auraient été différentes. Si nous avions continué de nous voir, peut-être qu’au lieu de conduire, alors que son petit ami avait trouvé les échographies, elle serait venue chez moi, et jamais elle n’aurait perdu son bébé ? Il y avait tellement de scénarios différents, dans ma tête, ça me tuait. J’imaginais tout comme dans une histoire, que j’avais lu dans un livre. J’avais peut-être trop d’imagination, et imaginer ce qui aurait pu se passer, ça n’était pas bon. Pas bon du tout.

flashback
Nous étions revenue de chez le médecin. Aylin était à son cinquième mois, mais le médecin n’avait pas su voir le sexe du bébé, au plus grand désespoir de la jeune femme. La laissant devant chez elle, après l’avoir reconduit vers notre bâtiment, j’avais décidé de la reconduire directement : je commençais à me sentir mal, dans cette relation. J’avais des sentiments pour elle, et je n’étais qu’un ami…un ami, qui l’aidait à cacher sa grossesse à son petit ami : car j’étais redescendu de mon petit nuage : ce bébé n’était pas le mien et surtout, le cœur de la jeune femme, appartement à quelqu’un d’autre, pas à moi. « T’es sur que tu veux pas venir boire quelque chose… ? », m’avait-elle demandée, un petit sourire triste sur son visage, alors que nous étions devant la porte de son appartement. J’hochais la tête négativement, prétextant avoir du travail pour la fac et en me penchant vers elle pour l’embrasser et lui dire au revoir, je déposais mes lèvres, juste au coin de ses lèvres. A ce moment précis, je su que j’avais fait une boulette, et qu’il fallait qu’on arrête tout ça. Je repartis immédiatement chez moi, sans lui laisser un mot. Et c’est comme ça, que je pris mes distances avec Aylin Blackwood, pensant que mes sentiments, s’envoleraient en arrêtant de la voir.


« Noah ... J ... Je ... » je fronçais légèrement les sourcils, avant de fermer les yeux, calmement. Je m’en voulais , je m’en voulais beaucoup d’avoir fait ça. Mais dans un sens…c’était peut-être le seul moyen, d’avancer, non ? Aylin était célibataire, et nous étions relativement proches…après….et si je m’étais fait des idées ? J’avais peur, horriblement peur et je me sentais nerveux, comme jamais je ne m’étais senti nerveux de toute ma vie. Un léger sourire se dessina cependant sur mes lèvres, en entendant qu’elle m’avait appelée par mon prénom, et non pas par mon nom comme elle avait pris l’habitude de le faire. Je restais cependant silencieux, attendant une réponse bien que mon cœur battait à la chamade. « Je ... voudrais tellement trouver les mots ... Pour t'expliquer comment je me sens à chaque fois que tu viens. A chaque fois que tu es venu, depuis un an ... » J’ouvrais les yeux, me demandant comment je devais interpréter ça…Je n’étais tellement pas habitué, à ce genre de situation, que je ne savais même pas comment réagir, comment interpréter les choses…Je fus alors surpris, de sentir sa main soudainement, attraper la mienne. Je déglutis, silencieusement, décidant de la laisser faire, alors qu’elle posa ma main sur sa poitrine, au niveau de son cœur. J’avais l’impression de le sentir battre, très très fort, mais sur le coup, je me demandais si ça n’était que le fruit de mon imagination, si je ne sentais pas uniquement que ce que j’avais envie de sentir…J’allais devenir complètement dingue… Je la sentais se rapprocher un peu plus de moi, et mon cœur battait encore plus fort, malgré que je pensais qu’il ne pourrait pas battre encore plus fort que quelques secondes plus tôt. « A toi de me dire, ce qu'on est en train de faire ... » J’avais peur de faire une bêtise, mais…je n’étais pas dingue, est-ce que tout ça, c’était pour me dire que de son côté aussi, il y avait quelque chose ? Parano, j’avais l’impression, d’être complètement parano. Je retirais ma main de sa poitrine, pour la remonter sur sa joue, que je caressais doucement, descendant mon pouce au coin de ses lèvres et je me penchais légèrement, approchant doucement, et dangereusement mes lèvres des siennes, sans pour autant les toucher, sentant sa respiration se claquer contre mon visage. Je restais comme ça, totalement figé, imaginant son expression d’incompréhension, voulant voir la manière dont elle me regarderait. « J’arrive pas à croire, que j’ai pu te détester un jour… », murmurais-je calmement, me pinçant légèrement la lèvre, n’arrivant pas à m’avancer encore un peu, alors que j’en avais, terriblement envie. « Toi et moi…c’est juste…insensé, non.. ? », continuais-je, chuchotant presque ces dernières paroles..

_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 23:27


I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


Je ne savais pas ce qui me retenait, à cet instant, de me lever et de prendre mes jambes à mon cou. Très certainement ma curiosité, ma peur aussi ... Je ne savais absolument pas comment Noah allait réagir. La dernière fois que nous nous étions tellement rapprochés, nous avions fini par prendre nos distances, et j'en avais souffert comme jamais je n'avais souffert auparavant. Perdre comme ça, du jour au lendemain, mon seul soutient, et qui plus est, un soutient duquel j'étais tombée amoureuse ... J'avais été choquée, et je ne voulais même plus sortir de chez moi. Mais après une longue réflexion, ou plutôt, pour me convaincre que c'était la bonne chose à faire, j'avais réalisé que j'étais enceinte, et supposément en couple. Forcément, mes sentiments pour Noah n'étaient qu'un obstacle, c'était pour cela que je devais prendre mes distances, et lui aussi ...


flashback
« T’es sur que tu veux pas venir boire quelque chose… ? » J'avais posé cette question en posant doucement ma main sur mon ventre, clés en mains, prête à rentrer dans mon appartement. Je sentais que quelque chose n'allait pas, je le lisais dans l'expression de Noah. Mon expression laissait clairement apparaître ma tristesse vis-à-vis de la situation. Comme je m'y attendais, il trouva un prétexte pour ne pas rester. Il m'avait déjà trouvé une excuse quelques jours plus tôt. « J'ai des examens demain ... Et il faut que je bosse. Une prochaine fois ? » Je hochais la tête, me doutant néanmoins rien qu'en le voyant qu'il n'y aurait pas de prochaine fois de sitôt. Il se pencha vers moi et effleura ma joue dans un baiser léger, à la limite de mes lèvres. J'étais restée figée de stupéfaction, mais la réaction de Noah ne me laissa pas réfléchir d'avantage. Il prit la fuite au plus vite, s'en allant à grandes enjambées. Les larmes au coin des yeux, je l'appelais : « Noah ! » Mais c'était trop tard, il était déjà trop loin, parti, et je ne savais pas quand je le reverrais. J'ouvris la porte de mon appartement et entrait avant de la refermer en claquant, avant de me laisser tomber sur mon canapé, essuyant une larme au coin de mes yeux. Après tout, peut-être était-ce pour le mieux que les choses se passaient ainsi ...


Et si aujourd'hui ça devait recommencer ? Allait-il se lever, encore, et s'en aller en me laissant seule ? Noah n'avait toujours pas dit le moindre mot, et je le regardais, curieuse, attendant une réaction de sa part. Sa main quitta alors ma poitrine pour remonter doucement vers mon visage. Ses doigts se promenaient sur ma joue, je sentais son pouce si près de mes lèvres ... Et j'étais pétrifiée. Noah se pencha légèrement et mon corps suivit le mouvement, ma deuxième main se glissant dans son dos pour m'accrocher à lui. Je pouvais deviner ses lèvres, si proches et à la fois si lointaine. Confuse, je ne savais plus comment agir. « J’arrive pas à croire, que j’ai pu te détester un jour… » Je fis un rire léger, et je sentais mes joues s'enflammer. Je ne sais pas s'il s'agissait purement de mon imagination, mais je crut sentir à peine la peau de ses lèvres sur les miennes. Elles m'appelaient, synonyme de tentation, tout ce que je désirais était à portée de main ... Ou de lèvres plutôt. « Toi et moi…c’est juste…insensé, non.. ? » Je remontais de nouveau ma main sur sa joue, dérivant derrière sa nuque. Je voulais mettre fin à cette torture, une bonne fois pour toutes, que les choses deviennent claires entre lui et moi. « On dit que les opposés s'attirent... » Murmurais-je alors doucement à son intention. J'avançais d'avantage mon visage du sien, une bouffée de son parfum m'étourdis, j'étais à ma place, décidément. Sans pour autant l'embrasser, je caressais ses lèvres avec les miennes. « Insensé, mais pas impossible ... » Enfin, je reculais à peine mon visage, attendant sa réaction, me demandant si j'avais fait ce qu'il fallait. Je décidais alors, et je ne saurais dire si c'était le noir qui me poussais à parler si aisément, de dire à Noah d'une voix douce « Je voulais te courir après, ce jour là ... Ou je t'ai proposé un café. » Si je n'avais pas été enceinte et chargée de sacs, ou, j'aurais dévalé les escaliers, quitte à tomber, juste pour pouvoir lui dire ce que je ressens vraiment...

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Lun 5 Mar - 23:55


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


Je voyais bien le sourire de mes parents, si ils avaient été là. Tellement suspicieux quant au fait que quand je leur parlait d’Aylin, ça n’était plus pour leur dire du mal d’elle. Ils m’avaient même avoué, que les parents de la jeune fille, pensaient, qu’elle avait beaucoup de chance de m’avoir. En même temps, ceux-ci ne pouvaient que m’apprécier, car pendant longtemps, j’avais été l’intermédiaire encore eux, et leur fille, leur donnant des nouvelles, des mots ou des lettres de sa part. Je n’oublierais d’ailleurs jamais l’expression de la mère à Aylin, quand elle sut, que j’étais la seule, et unique personne au courant de sa grossesse, pendant tous ses mois. Que j’avais été le seul à devoir la soutenir, que j’étais le seul à l’accompagner pour ses examens médicaux. Mais en plus d’avoir un petit air surpris, j’avais bien vu, son léger sourire au coin des lèvres, le genre de sourire qui veut tout dire, comme par exemple « je le savais, que ça se passerait comme ça ». Ma mère aussi, m’avait déjà dit ça, qu’elle était sure, que ça se serait bien fini, entre la jeune femme et moi et que la famille Stevens était destinée à avoir un lien très particulier, avec la famille Blakwood. Et même si ça m’avait fait sourire, au fond, je commençais à croire, que nos parents, avaient peut-être raison, d’espérer plus que de l’amitié, venant de nous. Mais il y avait eu ce Christopher, qui fut un obstacle, dans l’évolution de notre relation, un an plus tôt…

flashback
J’avais cru entendre sa voix, raisonner dans le couloir alors que je dévalais les escaliers, pressé de partir avant de me souvenir, que dans ma grande confusion, je m’étais préparé à sortir du bâtiment, alors que je voulais juste rentrer chez moi. Je m’arrêtais, en pleins milieu de la cage d’escalier, le cœur battant par ce qui venait de se passer. J’étais parti, et dans mon esprit, je devais laisser Aylin Blackwood tranquille et vivre sa vie…elle n’avait plus besoin de moi, elle devait juste dire à son petit ami qu’ils allaient avoir un enfant… Mais un sentiment de panique me gagna, et dans mon esprit, l’idée de la perdre, définitivement, m’était insupportable… Je fis alors demi-tour, remontant les escaliers comme une furie pour remonter au quatrième étage. Arrivé dans le couloir, je tombais alors nez à nez avec Christopher, qui venait de sortir de l’ascenseur et qui allait, très certainement, voir sa petite amie. « Hey Noah », me lança-t-il en souriant, complètement inconscient de ce qui venait de se passer. Je le vis alors toquer chez la jeune femme, et je décida donc, de rentrer chez moi, et de ne rien faire…


J’entendais son rire, comme si il raisonnait dans le silence paisible de son appartement. En fait, je savais, pourquoi je m’étais autant attaché à elle. Depuis le début de notre « trêve », de notre relation amicale, elle m’avait directement, donné un rôle important dans sa vie : celle, du père de son enfant. Car c’était comme si, j’étais le père de son bébé, je me préoccupais d’elle, de sa grossesse, de ses envies, je l’accompagnais chez le médecin, pour les échographies et nous avions même regardés sur internet une liste des prénoms féminins et masculins. C’était certainement ça, qui m’avait fait flanché. Et aussi le fait, qu’elle soit si douce, si gentille avec moi…voir son sourire tous les matins, rire avec elle…tout ça, m’avait fait tomber, fou amoureux d’Aylin Blackwood. Au point que, si elle avait voulu quitter son petit ami, je n’aurais montré aucune objection, à élever son bébé, comme si c’était le mien. Je sentais sa main glisser à nouveau sur ma joue, glissant sur ma nuque et un frisson me parcourut à nouveau. « On dit que les opposés s'attirent... » Je souris légèrement, c’était totalement vrai, et je commençais à croire sérieusement à ce dicton… « Insensé, mais pas impossible ... » Je me pinçais la lèvre, la sentant s’éloigner à nouveau alors que j’aurais voulu la supplier de ne pas partir, de…rester, proche. Cela faisait un an, que j’en avais envie…une longue année… « Pas…pas impossible… ? », murmurais-je doucement, fronçant légèrement les sourcils, ne sachant encore une fois, pas comment interpréter ça. « Je voulais te courir après, ce jour-là ... Ou je t'ai proposé un café. » Je soupirais légèrement….et j’avais voulu, la rattraper…j’avais voulu, rattraper mon erreur de l’avoir laissée là, mais Christopher était arrivé… J’approchais à nouveau mon front contre le sien, gardant toujours ma main sur sa joue, que je caressais toujours doucement, et calmement. Cette fois, je ne devais pas paniquer…non…j’avais assez attendu…« J’avais fait demi-tour...mais j’ai croisé Christopher et…» Je m’arrêtais, repensant à ses lèvres, caressant les miennes encore quelques secondes plus tôt. J’avais tellement rêvé, de pouvoir goûter à ses lèvres rosées…« Ca fait un an, un an….que je j’pense sans arrêt à toi… », murmurais-je doucement, fermant les yeux en approchant mon visage un peu plus du sien, afin de déposer mes lèvres sur sa joue, plusieurs fois en déviant petit à petit jusqu’au coin de ses lèvres où je m’arrêtais, complètement figé, vraiment tétanisé à l’idée de passer à l’étage supérieure…

_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Mar 6 Mar - 0:24


I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


Inconsciemment, et durant toute ma grossesse, j'avais d'avantage vécu comme un couple aux côtés de Noah, qu'aux côtés de Christopher. Il me connaissait plus, avait appris à me dompter malgré mes crises de nerfs, mes nausées, mes envies soudaines et étranges ... Il m'avait accompagné pour tout, et ce jusqu'à l'hôpital lorsque j'ai eu cet accident. Bien qu'il faisait nuit noire, qu'il était trois heures du matin, il était venu pour me consoler, chasser mes idées noires. Noah a été le seul homme que j'ai jamais laissé m'embêter, certes, mais aussi le seul qui m'a vraiment découverte telle que je suis. Pas Aylin la petite fille parfaite et capricieuse, mais moi, Aylin, tout simplement. Les préjugés mis de côté, nous avions plus appris l'un de l'autre en un an qu'en seize ans passés l'un avec l'autre sous le toit de nos parents. Et aujourd'hui, si c'était à refaire ... Bon dieu, j'aurais quitté Christopher depuis tellement longtemps pour vivre une romance aux côtés de Noah ... J'aurais pris le risque de lui avouer mes sentiments, car je sais qu'il m'aime comme je suis. Qu'il aimait mes qualités, mes défauts, mon caractère ... Il aurait même accepté mon enfant, j'en étais sure.


flashback
« J'ai envie de fraises. Au chocolat. Des fraises trempées dans du chocolat chaud, miam. » Un de mes nombreux messages étranges matinaux à l'intention de Noah. Je n'avais jamais cru ces histoires d'envies pendant les grossesses, mais maintenant que j'étais enceinte, je devais me résigner à y croire. Tous les jours sans exception, j'avais une nouvelle lubie. Et celle d'aujourd'hui, je venais d'en parler à Noah. Je sortais de ma douche, et venais de terminer de m'habiller, lorsque quelqu'un sonna. Intriguée, je regardais l'heure, et je savais que je n'avais invité personne. Lorsque j'ouvris la porte, je me retrouvais face à Noah, une barquette de fraises et une casserole dans la main. « Je te connais tu vas te bruler, alors je trempe les fraises et tu les mange ! » Je n'en revenais pas, et restais plantée sur le pas de la porte, bouche bée. Noah me regarda, guettant une quelconque réaction. « Aylin ... » « Noah ...? » Avais-je répondu automatiquement sans bouger pour autant. « C'est chaud ! » En riant, et en comprenant que je lui bloquais le chemin, je me déplaçais, pour le laisser entrer avec mon fantasme dans une casserole.


« Pas…pas impossible… ? » Noah ne semblait pas comprendre, ou croire, ce que j'étais en train de dire. Pour confirmer ses dires, silencieusement, je hochais à peine la tête. Sa main était toujours logée sur ma joue, et je me délectais de ce contact pourtant si simple. Il colla son front contre le mien, et je me laissais faire, incapable de bouger. « J’avais fait demi-tour...mais j’ai croisé Christopher et…» Christopher. Encore et toujours lui. Si cet homme n'était pas venu sur le pas de ma porte, ce jour là, à cette heure ci, qui sait où nous serions aujourd'hui ? Peut-être que nous serions en train de vivre dans le même appartement, utilisant la chambre libre pour le bébé, qui aurait quelques mois à peine. Nous formerions une famille, et je n'aurais jamais eu à affronter cet accident, l'hôpital, ce vide en moi lorsque j'ai appris que j'avais perdu une partie de moi-même... « Il aura décidément tout gâché. » Murmurais-je alors en me pinçant les lèvres, sachant pertinemment que ma phrase sonnerais en quelque sorte comme un aveu. Mais de toutes manières, Noah devait déjà se douter de la nature de mes sentiments, étant donné la situation dans laquelle nous nous trouvions actuellement tous les deux .« Ca fait un an, un an….que je j’pense sans arrêt à toi… » Je prenais une profonde inspiration, mon coeur se mettant à battre plus fort à l'entente de ses paroles, prononcées dans un murmure. Je sentis son visage s'approcher du mien, ses lèvres qui se posèrent sur ma joue, me faisant frissonner de la tête aux pieds. Il tournait autour de mes lèvres avec hésitation, me rendant de plus en plus impatiente. « Alors on a perdu un an ... Je veux plus perdre de temps. » J'avais dit ces paroles dans un ultime souffle avant de capturer lentement les lèvres de Noah contre les miennes, un contact dont j'avais rêvé depuis des mois et des mois. Je me redressais d'avantage, mes genoux étaient devenus douloureux, et je nouais mes jambes autour de Noah en glissant ma main le long de son dos doucement. Je quittais ses lèvres, le souffle court, le coeur battant. Je venais d'embrasser Noah ou je rêvais ? Je demeurais un instant silencieuse, guettant sa réaction.

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Mar 6 Mar - 9:59


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


C’était incroyable, à quel point les femmes enceintes pouvaient être agaçantes. Tous les matins, Aylin avait pris l’habitude, pendant sa grossesse, de m’envoyer un sms pour n’annoncer son envie du jour. Et parfois, ses envies étaient totalement farfelues et invraisemblable. Mais je ne pouvais pas m’empêcher, de les réaliser, car si je ne le faisais pas, qui le ferait ? En fait, c’était ça, le truc. Si je n’étais pas là pour elle, si je ne la conduisait pas chez le médecin, qui le ferait ? Son petit ami n’était pas au courant, ses parents non plus, personne. Juste moi. Et si parfois, je lui disais d’en parler à Christopher, dans un sens, j’étais heureux qu’elle ne le fasse pas, car si elle le ferait, ça voudrait dire que ça n’aurait plus été mon rôle, de m’occuper d’elle, et aussi bizarre cela puisse paraitre, j’y avais pris goût. Mais c’était tellement difficile pour moi de penser, que je n’étais qu’un intermédiaire. Car son petit ami, aurait fini par être au courant, et là, qu’est-ce qui se passerait ? Elle me verrait beaucoup moins, et il m’aurait remplacé. C’était drôle, dépenser dans ce sens, qu’il m’aurait remplacé, alors qu’au fond, c’était moi, qui le remplaçait dans la vie d’Aylin, dans la vie du bébé même. Ca faisait mal, de me dire que quand je n’étais pas là, elle était avec lui, et que c’était à lui, qu’elle disait des mots doux, que c’était lui, qui avait le droit à des je t’aime.

flashback
14 Février, la Saint-Valentin. Une fête, que je n’aimais pas particulièrement : je m’étais toujours retrouvé seul, les jours de Saint-Valentin. Lisant un livre, quelqu’un toqua à ma porte. Au fond, j’espérais que ça soit Aylin qui m’annonce que son petit ami devait travailler tard et qu’elle se retrouver toute seule le soir de la Saint-Valentin, mais en fait, non : c’était Christopher, qui venait me demander… des conseils ? « J’ai vu que tu étais proche d’Aylin…j’aimerais que tu m’aides pour lui trouver un cadeau ». J’écarquillais les yeux, surpris, un cadeau ? Il ne connaissait pas assez sa petite amie pour lui offrir un truc, même si c’était qu’une rose ou une boite de chocolat ? Ne sachant pas trop quoi répondre, je lui proposais le premier truc qui me venait dans mon esprit littéraire : « Lis lui un poème, j’pense que ça pourrait lui plaire. » J’allais lui chercher un livre, remplis de recueils de poèmes, souvent adressés à des femmes et je lui tendais. « Page 26. Désolé, mais j’ai du travail, et…rend moi le bouquin quand t’aura fini, j’y tiens » Je n’avais jamais su si il lui avait bien lu le poème page 26 ou si ça avait plu à Aylin. En fait, elle n’avait pas du tout parlé de sa Saint-Valentin, cette année-là.


« Il aura décidément tout gâché. » J’hochais la tête, souriant doucement et timidement. Je ne pouvais pas la contredire là-dessus, car dans mon esprit, Christopher avait été, le seul et l’unique obstacle à notre relation. Si on met à part le fait que j’avais été mort de trouille – et que je l’étais toujours – à l’idée d’éprouver des sentiments pour la jeune femme. Pourtant, je ne pouvais plus m’en cacher, et sentir mon cœur s’écraser aussi rapidement contre ma poitrine ne faisait que confirmer mes sentiments. Mais pourtant, il m’était impossible d’aller plus loin, comme si la commissure de ses lèvres était une barrière infranchissable, que je n’arrivais à parcourir que dans mes rêves les plus fous. « Alors on a perdu un an ... Je veux plus perdre de temps. », dit-elle doucement. Je me demandais soudainement, si je ne rêvais pas. Mon dieu, et si je me réveillais d’un coup, et si tout ceci n’était qu’un rêve… ? Non… dans mes rêves, je me serais réveillé, au moment même où ses lèvres se posèrent sur les miennes. Mon cœur en loupa un mouvement et je descendais mes deux mains à sa taille alors qu’elle se redressais un peu plus, l’aidant à s’asseoir sur mes genoux puisqu’elle avait l’air de ne plus vouloir rester à genoux de cette manière. Je ne saurais pas dire combien de temps exactement ce contact délicieux avec ses lèvres dura, même si, lorsqu’elle les décolla doucement des miennes, j’eus l’impression que ça n’avait duré qu’une fraction de secondes à peine. Elle s’était reculée doucement, silencieuse quand soudainement, les lumières se mirent à clignoter autour de nous, avant de se rallumer. Le son de la télévision s’allumant également se fit entendre, mais je ne fis pas attention, ne la regardant qu’elle, son visage sortant du noir dans lequel nous étions plongé. Je n’attendis pas longtemps avant de passer une main dans le haut de son cou, pour attirer à nouveau son visage vers le mien, afin de l’embrasser à nouveau, avec un peu plus de fougue, plus de conviction comme si la lumière qui était rallumée m’avait redonné confiance en moi. Je ne voulais plus être le bon copain un peu timide, je voulais juste être le seul, juste qu’elle soit mienne. Goûter ses lèvres, était aussi plaisant que j’avais pu l’imaginer dans mes rêves les plus fous, et je me délectais de chaque mouvement de lèvres synchronisées avec les miennes, glissant ma main libre dans le bas de son dos pour la rapprocher encore un peu plus de moi, continuant le baiser, comme s’il m’était incapable de pouvoir décoller mes lèvres des siennes…


_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Mar 6 Mar - 12:49


I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


Depuis combien de temps exactement est-ce que la lumière s'était éteinte ? Depuis quand est ce que la pénombre s'était-elle installée ? Je ne savais pas, ou du moins, plus. Et très sincèrement, je n'en avais plus grand chose à faire maintenant que je savais que Noah ressentait la même chose que moi, et qui plus est depuis un an. Alors nous avions perdu un an à se tourner autour, à rester "amis", sans l'être véritablement ? Si j'avais écouté ma famille un peu plus tôt, si j'avais suivi mon coeur, peut-être que les choses se seraient passées différemment. Je me souvenais notamment d'une conversation téléphonique avec ma mère alors que j'étais encore enceinte. J'avais évoqué mes sorties fréquentes avec Noah, et la façon dont il prenait toujours soin de moi sans que je ne lui demande jamais rien, et sans qu'il m'en demande en retour. Elle m'avait évoqué, à demi mot, qu'il fallait peut-être que je remette en question la façon dont je voyais notre relation. Je lui avais répondu en riant qu'elle se faisait des idées, que Noah voyait des filles, et que moi, j'avais Christopher. Mais après avoir raccroché, j'avais longuement cogité sur ce qu'elle venait de me dire, totalement perdue. Toute mon enfance, j'avais cherché tous les défauts chez Noah, et aujourd'hui je ne voyais plus que l'incroyable personne qu'il était, et ses immenses qualités qui faisaient que j'en était tombé littéralement amoureuse. Bon dieu, j'avais perdu une année sans l'aimer librement ... A garder ces sentiments enfouis en moi, alors que j'aurais du tout lui dire dès le début, dès que j'ai réalisé que Christopher était incompatible à ma personne...

flashback
« Christopher ? Qu'est ce que tu fais là ? » Automatiquement j'avais tiré sur mon pull en ouvrant la porte pour l'y découvrir. Voilà quelques semaines déjà que je savais que j'étais enceinte, et j'avais ce stress qu'il le découvre, même si pour l'instant mon ventre était encore relativement plat. « On est le 14 février bébé ... Saint Valentin, tu te souviens ? » Je ne m'attendais absolument pas à ce qu'il débarque, et je m'écartais lentement, le laissant entrer dans la pièce avant de refermer la porte. Je n'étais pas vraiment d'humeur pour cette fête. « J'ai ... complètement oublié, je suis désolé, j'ai rien pour toi ... » Je grimaçais, et il masqua à peine sa mine déçue. Il attendait quelque chose, ça se lisait sur ses traits, et je ne savais plus ou me cacher. « Ah, d'accord ... Eh ben moi j'ai quelque chose. » Je le regardait sortir de sa poche une feuille froissée, qu'il me tendit. Je reconnut immédiatement les vers d'un des poèmes que j'avais parcouru dans un des recueils de Noah. Je forçais un sourire, pendant qu'il faisait le fier. « C'est gentil, je m'y attendais pas ... Pardon encore hein, je suis malade je crois aujourd'hui, je comptais aller me reposer. » Voyant qu'il n'obtiendrait rien de moi aujourd'hui, Christopher fila au bout d'un quart d'heure, alors que je faisais semblant de m'être endormie. J'ouvris les yeux, et attrapais mon téléphone pour envoyer un sms à Noah : « Tu fais quelque chose, demain ? » J'envoyais le message, attrapant délicatement entre mes mains la feuille froissée contenant le poème. Je savais déjà d'où il venait, mais je préférais garder le silence.


Les lumières revinrent dans l'appartement, nous sortant de la pénombre en un clin d’œil. J'esquissais un léger sourire, en regardant Noah timidement, qui était toujours en face de moi. J'aurais pu sursauter lorsque ma télévision se remit en route, mais en réalité je n'y accordais pas tellement d'importance. Noah avait son regard rivé dans le mien. Je voulu parler, je ne savais pas pour dire quoi mais au moins briser ce silence, quand soudain il glissa sa main derrière mon cou pour m'attirer à lui et m'embrasser. Je nouais mes mains dans son dos en approfondissant le baiser avec passion, me délectant de chaque instant comme si cela n'était qu'un rêve, comme si brutalement je pourrais me réveiller et me retrouver seule dans mon lit, ou assoupie sur ce canapé. Je resserrais mon étreinte autour de lui, reprenant mon souffle juste le temps de pouvoir l'embrasser de nouveau. « Je ... » Essoufflée, je quittais ses lèvres et remontait mes mains pour caresser sa joue doucement. J'avais l'impression d'être tellement collée à lui que je ne pourrais plus jamais m'en défaire, et c'était loin de me déplaire. Je me mordis la lèvre inférieure, le regardant longuement. Une phrase tournait dans ma tête depuis des semaines, des mois, et maintenant que j'en avais l'occasion, j'avais peur de la dire. Oh, au diable la peur, je venais d'embrasser l'homme que je me tuais à dire comme étant mon meilleur ami depuis un an, alors que je ne le pensais pas le moins du monde. « Je t'aime Noah ... Je n'ai toujours aimé que toi. J'aurais du le réaliser tellement plus tôt ... » Dis-je alors, faisant référence à tous ces mois de grossesse ou j'avais été partagée dans mes sentiments sans oser les dévoiler. Je fis redescendre mes mains dans le bas du dos de Noah, posant mon front contre le sien en me pinçant les lèvres, demeurant silencieuse. Sans le quitter du regard, je cherchais la télécommande sur la table basse, et appuyais sur le bouton pour éteindre la télévision devenue gênante. Le film était fini, une autre histoire commençait.

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Mar 6 Mar - 15:23


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott

Je n’étais jamais réellement tombé amoureux. Oui, j’avais eu quelques copines, mais elles n’avaient jamais été très importantes, à vrai dire. Et elles s’en rendaient très vite compte, c’est peut-être pour cela que je n’avais jamais gardé une fille plus d’un mois. Mais je m’en fichais. J’étais totalement indifférent. Et même si j’avais continué à voir des filles lorsque Aylin et moi étions officiellement amis, c’était certainement dans le seul but, d’arriver à l’oublier. Ça semble bête, mais aujourd’hui, quand j’y repensais, j’étais presque certains, que j’ai cru qu’en voyant d’autres personnes, mes sentiments s’envoleraient, comme ça, d’un coup. Stupide, n’est-ce pas ? Je m’en rendais compte aujourd’hui, car cela n’avait fait que creuser un fossé plus grand entre la jeune femme et moi : je fréquentais des filles, comment pouvait-elle alors penser que j’avais des sentiments pour elle ?

flashback
J’étais sous la douche depuis une dizaine de minutes lorsque j’entendais quelqu’un frapper à la porte de mon appartement. Je soupirais, tournant le robinet afin d’arrêter la pression de la douchette. Je n’avais pas prévu de voir quelqu’un aujourd’hui, qui est-ce que ça pouvait être ? « T’en occupe pas, j’y vais », annonça la blondinette qui avait enfilée une de mes chemises pour avoir un semblant d’habits pour pouvoir ouvrir. Je n’aimais pas trop cette idée, malheureusement là je n’avais pas tellement le choix. Mais lorsque je crus reconnaître la voix d’Aylin à la porte, je me sentis paniquer. J’attrapais rapidement de quoi me sécher et j’enroulais une serviette autour de ma taille avant d’accourir dans le salon, m’arrêtant en voyant Aylin complètement confuse. « Je…désolée je pensais pas que…j’repasserais plus tard… », dit-elle d’une petite voix. La jeune femme, devant la porte, sourit à Aylin en murmurant d’un ton sarcastique quelque chose comme « Plus tard je serais toujours là cocotte » et je me demandais soudainement pourquoi j’avais pris une conne pareille ? Je soupirais, faisant signe à la fille de partir et je m’approchais de la porte d’entrée, alors qu’Aylin fit un pas en arrière, les joues légèrement rosées. « Aylin… », commençais-je mais celle-ci hocha la tête, se préparant à partir et rentrer chez elle, ses clefs en main. « Je te rappellerais », me dit-elle avec un petit sourire timide et gêné sur son visage, avant de disparaître…


Je la sentais, contre moi, ses mains se resserrant dans mon dos alors qu’elle me laissait l’embrasser une seconde fois, comme pour me confirmer que je n’avais pas rêvé, que je n’avais pas mal compris. Elle m’avait embrassé…cette phrase se répétait encore et encore dans ma tête, comme un écho qui ne s’arrêtait jamais. « Je ... » Je la laissais quitter mes lèvres, je cœur battant alors que je gardais mes yeux bien fermés. Je frissonnais en sentant sa main, se balader à nouveau sur ma joue et je priais pour qu’elle ne la décolle pas. Même si je savais qu’elle ressentait la même chose pour moi, je demeurais craintif, craintif de ce qui pourrait se passer plus tard et des millions de questions fusèrent dans ma tête à la vitesse de la lumière, des questions comme…et si elle regrettait ? C’était peut-être un moment de faiblesse, alors qu’elle avait juste un peu besoin d’affection car elle se sentait seule, et que j’étais la seule personne qui était là à ce moment-là ? C’était assez pessimiste, comme façon de penser, mais je ne voulais pas me réjouir trop vite, pour être, par la suite, déçu. « Je t'aime Noah ... Je n'ai toujours aimé que toi. J'aurais dû le réaliser tellement plus tôt ... » je la regardais, et je me retenais de sourire jusqu’à mes oreilles. Mon cœur recommençait à battre à toute allure, je me pinçais la lèvre en ouvrant doucement les yeux, la regardant, alors qu’elle posait son front contre le sien. Je remontais à nouveau une main sur sa joue, pour la caresser doucement et je pris une grande inspiration… « J’t’aime aussi…tellement je….il te méritait pas… », murmurais-je doucement, le « il » faisait bien entendu référence à Christopher. Celui-ci avait été tellement peu présent pour elle, qu’il n’avait même pas été foutu de se rendre compte qu’elle était enceinte…c’était juste pitoyable. « J’suis…tellement désolé Aylin…j’aurais pas dû te laisser tomber…si j’l’avais pas fait, t’aurais peut-être pas eu cet accident et…» Je me pinçais la lèvre, et quoi Noah ? Elle serait peut-être encore avec Christopher, mais elle aurait eu son bébé, et elle n’aurait pas eu à subir tout ça…Mais j’étais sincèrement désolé, je m’en voulais de l’avoir laissée tomber…



_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Mar 6 Mar - 19:21


I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


C'est dingue ce que mes états d'âme pouvaient ne dépendre que de Noah. Quand il est près de moi, ma mère me l'a déjà répété, je rayonne : Je suis calme, sereine, douce, attentionnée. En revanche, s'il y a bien une période dont on m'a déjà parlé de nombreuses fois, c'était celle où nous avions tous les deux pris nos distances. Lorsque ma mère ou mon mère appelaient pour prendre de mes nouvelles, s'ils avaient le malheur de n'évoquer que le prénom "Noah", je devenais froide et aussi sèche qu'une vieille acariâtre. Je refusais de voir qui que ce soit, déjà qu'avec Noah j'avais des difficultés à sortir. Autant dire que mon monde tournait autour de lui, et que dès qu'il disparaissait de mon champ de vision, je redevenais cette fille constamment sur les nerfs et agressive. Cette petite fille frustrée, qui vivait avec un masque pour ne pas faire apparaître ses failles aux yeux du reste du monde.

flashback
Je surveillais mon téléphone, comme toujours, guettant un éventuel message, un quelconque appel. Le bébé bougeait de plus en plus, et j'avais des crampes terribles à l'estomac, à tel point que je dut arrêter de cuisiner pour aller m'assoir sur le canapé. Demain, j'avais rendez vous chez le médecin pour une énième tentative de reconnaissance du sexe du bébé, mais cette fois ci, j'irais seule. J'avais tellement mal, rien que de penser qu'il n'osait plus me regarder dans les yeux, et accélérais le pas si nous nous croisions pour récupérer le courrier... D'instinct j'avais fait de même, me forçant à ne plus passer devant sa porte, à ne plus l'appeler, rien, le néant, et ce depuis des semaines ... Brutalement, on tambourina à ma porte. J'enfilais un pull épais, et par dessus un gilet large, avant d'ouvrir. Tétanisée, je lu immédiatement dans les yeux de Christopher ce qui se passait : Il savait. « Un problème ? » Demandais-je le plus calmement possible, priant pour que je me trompe. Christopher me poussa à l'intérieur de l'appartement et referma la porte, avant de me plaquer contre le mur le plus proche. Alors que je me débattais pour qu'il me lâche, il souleva mon pull, dévoilant mon ventre arrondi. « Mais qu'est ce que c'est que ce bordel Aylin, c'est ça que tu me cachais depuis le début, c'est pour ça que tu voulais plus de moi dans ton lit ? T'as fais un gosse dans mon dos ? C'est avec cet enculé de Stevens, c'est ça ! » Je le giflais, les larmes aux yeux. Il recula et je tirais rapidement sur mon pull pour le remettre en place. « C'est ton enfant, idiot ! Je n'ai jamais rien fait avec Noah ! Mais lui au moins s'est rendu compte de ma grossesse contrairement à toi !» Il s'approcha de nouveau, menaçant. « Tu vas avorter ... » Je posais ma main sur la poignée de ma porte, une larme roula sur ma joue, et je murmurais entre mes dents, amère. « Espèce d'idiot, c'est trop tard..» J'ouvris la porte à la volée et m'élançais dehors, suivie par Christopher qui n'en avais pas fini avec moi...


Le regard de Noah était toujours rivé dans le mien, et je ne pouvais plus m'en défaire dès l'instant ou il ouvrit ses yeux sombres pour m'observer. Sa main vint se loger sur ma joue, et je me délectais de cette caresse. J'aurais voulu que le temps s'arrête à cet instant même où il répondit à mon "Je t'aime" ... Mon premier Je t'aime. « J’t’aime aussi…tellement je….il te méritait pas… » Je me pinçais les lèvres et baissais les yeux, haussant légèrement les épaules. La seule et unique responsable de cette relation tumultueuse, c'était moi-même. Jamais je n'aurais du rencontrer Christopher, sortir avec, tomber enceinte de lui... « J’suis…tellement désolé Aylin…j’aurais pas dû te laisser tomber…si j’l’avais pas fait, t’aurais peut-être pas eu cet accident et…» « Noah non ... » J'attrapais délicatement son visage entre mes mains, relevant la tête pour plonger mon regard dans le sien. Je ne voulais l'entendre se sentir coupable de quoi que ce soit. La seule qui avait fait des erreurs ici, c'était moi. Beaucoup, beaucoup d'erreurs. Je fronçais légèrement les sourcils, une expression typique lorsque je cherchais mes mots. « Tu m'as prévenue tellement de fois ... Que je devais lui dire ... Je crois que dans le fond je savais que jamais il réagirait comme toi tu l'as fait ... » Je me pinçais les lèvres, rougissant légèrement. Je m'étais toujours livrée si naturellement à Noah, comme si je savais que jamais il ne me jugerais. Je baissais les yeux, avant de dire plus bas, toujours en caressant sa joue du bout des doigts. « Ce dont je suis désolée, c'est que cet enfant n'ait pas été le tien, mais le sien... »

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Jeu 8 Mar - 16:40


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


Ça avait été vraiment dur, de prendre mes distances. C’était un peu, comme une rupture en fait, puisque nous agissions presque comme un couple. Je trouvais ça vraiment bizarre, que son petit ami ne lui ait jamais fait de scène, alors que nous étions aussi proches car il y avait de quoi se poser des questions parfois. Mais non, rien…en tout cas, pas face à moi et Aylin n’avait jamais fait une quelconque allusion à des crises de jalousie de la part de son petit ami. Quel con…il avait l’air d’en avoir rien à foutre d’elle, et plusieurs fois je lui avais fait comprendre, mais la jeune femme semblait amoureuse et comme on dit, l’amour rend aveugle, non ? Enfin, je n’étais pas totalement objectif à son sujet, j’étais amoureux d’Aylin, et Christopher n’était qu’un obstacle à une éventuelle relation avec elle, alors bien sûr, je ne pouvais que le détester, même si, visiblement et totalement objectivement, il avait l’air d’être assez indifférent pour ne même pas remarquer que sa propre petite amie était enceinte de lui.

flashback
Les murs avaient toujours été très fins dans cet immeuble, et cela faisait environ un quart d’heures que j’entendais un bouquant pas possible dans l’appartement d’Aylin. La voix de Christopher, étant de plus en plus audible et je finis par sortir de mon appartement, pour toquer à sa porte, un peu inquiet. Aylin était environ à cinq mois de sa grossesse et elle avait de plus en plus de mal à tenir Christopher éloigné d’elle. C’est d’ailleurs ce dernier qui ouvrit la porte, comme une furie, me lançant un regard noir avant de sortir de l’appartement en me bousculant au passage, disparaissant rapidement dans la cage d’escalier. J’entrais un peu dans l’appartement, trouvant Aylin recroquevillée sur le canapé, les joues rougies par les larmes qu’elle avait dû essuyer, encore et encore. Elle regardait devant elle, sans même me jeter un regard. « Laissez-moi tranquille bordel ! », hurla-t-elle, me faisant froncer les sourcils et faire tout de suite demi-tour. La jeune femme tourna son regard vers moi et elle se redressa immédiatement, « Noah…pardon c’est toi… ». Je m’arrêtais devant la porte d’entrée en tournant ma tête vers elle, « Me…nous laisse pas tout seuls… », murmura-t-elle en se remettant à pleurer. Je soupirais, et lui souris légèrement avant de venir la rejoindre dans le canapé, la laissant se blottir contre moi…


« Noah non ... », murmura-t-elle, me faisant relever mon visage vers elle, alors qu’elle déposait ses deux mains sur celui-ci. Je déglutis, elle aurait beau dire le contraire, je l’avais quand même laissé tomber, j’avais été égoïste dans un sens. Car même si c’était parce que j’avais des sentiments pour elle et qu’elle pourrait bousiller ses espoirs de fonder une vraie famille avec Christopher, c’était aussi parce que ça me faisait mal, de la voir avec lui, et pas avec moi alors que c’était moi, qui m’occupait d’elle. Moi, et pas cet autre connard… Elle fronça les sourcils doucement, avant de continuer, calmement, « Tu m'as prévenue tellement de fois ... Que je devais lui dire ... Je crois que dans le fond je savais que jamais il réagirait comme toi tu l'as fait ... » Je me pinçais la lèvre, j’avais beaucoup de mal à croire que nous étions là, à ce dire tout ça. J’avais imaginé cette scène, tellement de fois dans ma tête…mais dans mon esprit, ça serait arrivé il y a un an, quand j’étais là pour elle et qu’elle avait son bébé…Elle rougit un peu, et je ne pus m’empêcher de lui sourire profitant de ses doigts qui se baladaient sur ma joue, me faisant à nouveau fermer les yeux, « Ce dont je suis désolée, c'est que cet enfant n'ait pas été le tien, mais le sien... ». J’ouvrais immédiatement les yeux en entendant cette phrase, plongeant mon regard dans le sien. Pensait-elle vraiment ce qu’elle venait de dire… ? Je me penchais vers elle pour attraper ses lèvres doucement , glissant mes deux mains sur sa taille. « A quoi bon penser au passé…on s’est trouvés aujourd’hui, c’est le principal, non… ? » je ris légèrement, baissant mon regard rapidement, « J’imagine déjà le cri de victoire de nos parents…»

_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Jeu 8 Mar - 22:46


I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


Je m'étais attendue à tout ces dernières années, tout sauf tomber amoureuse de l'homme que je pensais haïr du plus profond de mon être. Quand je repensais à toutes les crasses que j'avais pu faire à Noah, je riais intérieurement de ma propre bêtise. Dès le début nous aurions du apprendre à nous apprivoiser l'un l'autre. Non seulement pour faire plaisir à nos parents, mais aussi pour nous deux, notre propre bien moral. Nous avions passé toute notre enfance, tous ces repas de famille et d'amis, à nous pourrir l'existence mutuellement, alors que nous aurions pu être les amis que nous sommes devenus aujourd'hui. Quoi qu'il en soit ... Je ne devais pas avoir de regret, puisque aujourd'hui, tout était arrangé, et en plus nous venions de nous avouer nos sentiments mutuels. Ma seule tristesse c'était de l'avoir fait après avoir perdu le bébé...

flashback
« La ferme, Chris, tu dérailles complètement ! » J'attrapais sa veste et lui jetais au visage, l'intimant de la même manière de partir. J'avais les larmes ruisselant de mes yeux, le long de mes joues, et je les essuyais d'un revers de la main. Mais bien rapidement d'autres vinrent en prendre la place. « C'est la seule explication logique, tout ces rendez vous, ces messages et ces appels ! Tu veux même plus de moi dans ton pieu ! Noah est plus baisable que moi, c'est ça ? » Je lui lançais ce coup ci son sac, qu'il avait prit en pensant pouvoir rester dormir chez moi ce week end. Monumentale erreur, je ne pouvais pas me risquer à ce qu'il voit mon ventre s'arrondissant de plus en plus. « Dégages, Christopher, avant que je n'appelle les flics pour harcèlement moral. » Il posa sa poignée sur la porte, puis se ravisa, me regardant d'un air menaçant. « T'oserais jamais. » Je lui hurlais dessus alors, mes larmes explosant de nouveau. « Tu oses bien m'accuser de te tromper, espèce de connard ! » Il s'approcha de moi, et je reculais, apeurée, jusqu'au moment ou on frappa à la porte, arrêtant mon petit ami dans son élan. Il ouvrit la porte à la volée, et quitta l'appartement en trombes, alors que je me recroquevillais au fond de mon canapé. J'entendis des pas dans la pièce, alors que je pleurais toutes les larmes de mon corps. « Laissez-moi tranquille bordel ! » Hurlais-je alors, en portant une main à mon ventre qui me faisait terriblement mal, sans que je sache pourquoi. Le bébé s'agitait. Lorsque je tournais la tête, j'aperçus Noah, près à partir. « Noah…pardon c’est toi… » Il tourna la tête vers moi, avec un air qui me fendit le coeur. J'éclatais en sanglots alors, levant un regard suppliant dans sa direction. « Me…nous laisse pas tout seuls… » Il revint dans ma direction, se posa dans le canapé et m'attira dans ses bras. J'avais l'impression de ne jamais autant avoir souffert. « Qu'est c'qui s'est passé, Aylin? » me demanda-t-il, inquiet. Sa voix était douce, je sentais sa peur pour moi, et mon coeur se serrait. Noah est toujours si gentil, si attentionné ... Je levais mon regard vers lui, puis le rebaissais, murmurant en enfouissant mon visage dans son cou. « Rien ... Christopher supporte pas que je le laisse pas dormir ici ... » Dis-je alors, ne dévoilant pas toute la vérité. Pour qu'il s'énerve tant, il y avait beaucoup plus ... Mais je ne voulais pas embêter Noah.


Je n'avais jamais été aussi sincère que lorsque j'avais dit que j'aurais souhaité que Noah soit le père de mon bébé à la place de Christopher. Une de mes plus grosses erreurs de jeunesse, décidément .. En voyant la façon dont il ouvrit les yeux en m'entendant prononcer ces mots, je me mordis la lèvre inférieure, gênée. Je crois que j'ai parlé un peu vite, je ne voulais pas le gêner ou dire quoi que ce soit de dérangeant. Mais les faits étaient là, je le pensais, vraiment. Il passa ses deux mains sur ma taille, et je levais mon regard vers le sien. « A quoi bon penser au passé…on s’est trouvés aujourd’hui, c’est le principal, non… ? » Je fis un sourire, et hochais doucement la tête. « T'as raison ... C'est le plus important. » Dis-je avec un petit sourire. Noah baissa la tête « J’imagine déjà le cri de victoire de nos parents…» J'éclatais de rire en l'entendant dire ça, et levais les yeux au ciel. « Oh mon dieu, ma mère va me sermonner pendant une heure avec ses "je te l'avais déjà dit l'an dernier!" » Je riais légèrement, avant d'aller, d'un coup, me blottir dans les bras de Noah, plongeant mon visage dans le creux de son cou.

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Dim 18 Mar - 10:48


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


flashback
« Ce soir, chez moi à 18 heures, soit pas en retard Stevens ! » Je souris en retirant le petit post-it collé sur la porte de mon appartement. Elle n’avait même pas eu besoin de signer ce petit mot, je reconnus tout de suite son écriture et sa manière d’écrire, aussi. « Tu ne m’avais pas dit que tu avais une petite amie », annonça mon père en me regardant chiffonner le papier rapidement avant de lui ouvrir la porte de mon apparemment. « Je…je ne fréquente personne », lançais-je en jetant le papier à la poubelle alors que mon père se mettait un peu plus à l’aise, posant ses achats sur la table de ma cuisine. « C’est juste Aylin », ajoutais-je, pendant que mon père me regardait d’un air curieux. Celui-ci éclata directement de rire, s’approchant de moi pendant que je pris deux verres propres du lave vaisselles, le regardant, étonné de le voir si hilare alors qu’il n’y avait rien de drôle. « Tu la vois pas mal en ce moment, non ? », demanda-t-il en s’asseyant sur un tabouret. J’haussais les épaules, ouvrant une bouteille de coca pour lui verser un verre. « Disons qu’on est…devenus ami », lançais-je en lui souriant timidement. Mon père afficha un grand sourire et haussa les épaules d’un air satisfait, « J’l’avais dit, que ça finirait par arriver, mais ta mère ne voulait pas m’croire ». Je préférais ignorer sa remarque, ne voulant pas m’éterniser sur le sujet, même si je me demandais : qu’est-ce qui finirait par arriver ?


J’aurais aimé pouvoir lui dire, à quel point ses semaines passées sans elle, pendant sa grossesse, avaient été difficiles. Je guettais chacun de ses mouvements, je passais rapidement chez elle, avec non seulement la peur qu’elle sorte de son appartement, mais également en espérant, la croiser. Même si nous accélérions le pas lorsqu’on se croisait, au moins, je pouvais la voir. Et même si son abrutit de copain n’était pas foutu de remarquer son ventre arrondis, je pouvais le voir malgré ses pulls larges. Combien de fois avais-je faillis craquer ? Juste…toquer chez elle, lui demander comment elle allait. Je l’avais laissée toute seule avec l’autre con, c’était un fait et si j’avais été là, elle n’aurait peut-être pas perdu son bébé. Au lieu de prendre le volant, elle aurait peut-être toquée chez moi, je l’aurais défendue, et aujourd’hui, elle serait maman. Une merveilleuse maman, j’en étais certains. Peut-être que j’aurais osé lui avouer mes sentiments plus tôt, même. J’aurais élevé cet enfant comme si c’était le mien.

C’était la vérité, j’imaginais déjà la tête de mes parents. Ma mère, me parlait souvent de moi et Aylin, lorsqu’on se voyait. Elle me demandait de ses nouvelles, toujours surprise de voir qu’aujourd’hui, nous pouvions nous supporter. Mais je voyais bien que pour elle, nous étions juste deux amis d’enfance. Pas comme mon père, dès que j’évoquais la jeune femme, son sourire se transformait en quelque chose du genre « J’sais qu’t’en pince pour elle fiston », et j’étais certains qu’il n’attendait qu’une chose : que je lui avoue ça. Je me demandais même comment mon père avait pu deviner que j’avais des sentiments pour Aylin, lorsque je leur en parlais, c’était uniquement brièvement, sans jamais trop m’attarder sur le sujet. « Oh mon dieu, ma mère va me sermonner pendant une heure avec ses "je te l'avais déjà dit l'an dernier!" » Je ris avec elle, la serrant un peu plus contre moi et fermant les yeux en sentant son visage d’approcher de mon cou. Combien de fois nous étions-nous blottis l’un contre l’autre dans ce canapé, en un an ? Combien de fois est-ce que j’avais espéré qu’elle me dise qu’elle quitterait Christopher pour moi, car c’était moi, et pas lui qu’elle aimait. J’avais peur que tout ceci ne soit qu’un rêve. Je caressais doucement son bras, glissant ma main libre dans ses cheveux doucement. « Ça m’a tellement manqué, tout ça… », murmurais-je doucement, fermant les yeux. « J’aurais dû te le dire, que j’t’aimais l’année dernière…et que t’aurais pas été toute seule pour élever le bébé… » Je me pinçais la lèvre, apprendre sa fausse couche m’avait quand même fait quelque chose : j’avais été présent à toutes les échographie, tous les examens, à chaque étape de sa grossesse, même quand le bébé bougeait. Au fond, moi aussi je m’y étais attaché…

_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Dim 18 Mar - 20:31


I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


J'avais tellement plus partagé de choses avec Noah durant l'année dernière qu'avec Christopher que je côtoyais depuis plus d'un an ... Aujourd'hui avec du recul, je me demande comment ais-je pu être assez stupide pour rester jusqu'à la fin avec ce type. Jusqu'à la fin ... C'est le cas de le dire. J'aurais pu fuir plus tôt, et même si je dois avouer que j'ai toujours eu peur qu'il ne me cherche et qu'il soit violent, je savais que j'aurais pu me cacher chez Noah ... Il m'aurait protégé. Encore et toujours Noah. Il est le seul en lequel j'ai toujours eu une confiance aveugle durant ma grossesse... Enfin, depuis que nous avions repris contact en gros. Ses encouragements lors de mes périodes de doutes, ses sourires à chaque fois que je lui annonçait quelque chose à propos du bébé... Il m'avait offert tout le réconfort et le courage dont j'avais besoin pour traverser cette épreuve. Et de plus, il avait continué à me soutenir, même après mon accident.

flashback
« Ouvre cette porte Aylin, s'il te plait .. » - « Non ! » Recroquevillée sur le sol de ma chambre, j'entendais Noah qui tambourinait une énième fois contre la porte. Ca faisait combien de temps qu'il s'acharnait à me faire sortir ..? Une heure, deux heures? J'avais perdu la notion du temps à partir du moment ou je m'étais enfermé dans la pièce, soit dès qu'il est rentré chez moi avec les clés que mes parents lui ont donné. Je ne voulais plus voir personne depuis une semaine, et mes parents avaient jugé bon de donner le double de clés qu'ils avaient à Noah. Ridicule, comme si j'allais le laisser me voir après ... Ça. « Je t'en supplie, ouvre moi. T'es pas toute seule ... » - « Si je le suis ! J'ai toujours été seule ! J'ai besoin de personne ! » Je m'étais mise à hurler, sanglotant comme une gamine de cinq ans. Je me redressais, face à la porte, sans pour autant l'ouvrir. Noah ne parlait plus depuis une trentaine de secondes. Aurais-je gagné la partie ? « Besoin de personne ... C'est pas ce que tu m'as répété tant de fois ces derniers mois ... Ni la semaine dernière quand tu as demandé à ce qu'on m'appelle .. » Touché coulé. Je collais mon front contre la paroi froide de la porte, la main sur la poignée. Enfin, je me décidais à ouvrir. Noah poussa rapidement la porte et me regarda en fronçant les sourcils : Je portais encore un de ces pulls larges que j'avais acheté lors de mes derniers mois de grossesse. Je m'effondrais dans ses bras en pleurant. « Je me sens tellement vide Noah ... Tellement seule ... » Le jeune homme m'étreint doucement, passant une main dans mes cheveux bruns. « Tu seras jamais seule Aylin ... Pas tant que je serais vivant. »


Le nez fourré dans le cou de Noah, je fermais les yeux, inspirant calmement son parfum. Il passa sa main dans mes cheveux, et je me laissais faire silencieusement. C'est drôle, j'avais l'impression que, en dehors du fait que nous venions de nous dire je t'aime, rien n'avait changé entre Noah et moi. Comme si, bien avant, nous nous étions toujours comporté comme un couple . « Ça m’a tellement manqué, tout ça… » Je me pinçais la lèvre en hochant lentement la tête pour signaler en quelques sortes, que moi aussi, ça m'avait manqué. Un léger frisson me parcouru en sentant ses doigts le long de mon bras, et je sentis le timbre de sa voix changer tout à coup, devenant rempli d'amertume. « J’aurais dû te le dire, que j’t’aimais l’année dernière…et que t’aurais pas été toute seule pour élever le bébé… » Je redressais tout à coup mon visage, sourcils froncés, me mordant la lèvre inférieure en baissant le regard. Je déglutis. « Dans le fond, je crois que je le savais déjà ... Que tu serais là. J'avais juste peur de me tromper. Stupide, n'est ce pas ? » Je fis un rire nerveux, le regard brillant. Je baissais d'avantage la tête avant de murmurer. « Mais bon ... Je suppose que c'est trop tard pour avoir des remords ... Il faut aller de l'avant. »

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Jeu 5 Avr - 7:12


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


Ça avait été difficile, d’aller de l’avant après cette fameuse après-midi où j’avais laissé Aylin sur le palier de son appartement, prétextant devoir faire mes devoirs pour la fac alors qu’en fait, j’évitais juste de passer un autre bon moment avec elle, moment qui serait gravé dans ma mémoire, et qui ajouterait en plus des raisons supplémentaires de l’aimer comme un dingue. A l’époque, la seule chose que j’avais en tête était qu’elle n’était pas libre. Elle était avec un autre, elle attendait l’enfant d’un autre, et même si cette dernière évidence ne me dérangeais pas plus que ça, le résultat, était exactement le même. Mais voir Aylin allongée dans ce lit d’hôpital, le fameux jour de l’accident…ça m’avait fait réfléchir, et ça m’avait fait énormément culpabiliser aussi. Même si elle ne niait, même si elle ne voulait pas qu’en porte la responsabilité, j’avais une part de responsabilité là-dedans. J’aurais pu empêcher ça. Je n’aurais pas dû, m’éloigner d’elle.

flashback
Tourner la page. Voilà ce que j’essayais de faire ce soir, en invitant au restaurant une fille qui était dans ma classe de littérature Française. Après tout, pourquoi ne pourrions-nous pas nous entendre ? Elle aimait la littérature autant que moi, assez pour en faire des études, elle était plutôt belle fille et elle semblait intelligente. Et j’avais l’air de lui plaire, vu que ça faisait au moins la cinquième fois qu’elle me faisait du pied depuis le début du repas. La conversation battait son plein quand je sentis mon portable vibrer dans ma poche. Une fois…deux fois…Au bout du troisième appel, je décidais de décrocher, m’excusant poliment auprès de la jeune femme. « Noah William ? », demanda une voix au bout du fil, voix qui m’étais, totalement inconnue. Je répondis positivement à cette question, et on m’expliqua alors que c’était l’hôpital et qu’il fallait que je vienne car Aylin avait eu un accident. Au début, j’ai hésité, pourquoi m’avait-on appelé moi ? Puis, je me suis dit que si elle avait voulu qu’on m’appelle, c’était que c’était grave. Je n’hésitais donc pas à planter mon rancard sans donner de vraie explications pour sauter dans ma voiture et conduire comme un malade jusque l’hôpital. Aylin était placée dans une chambre et quand j’entrais dans celle-ci, je sentais un pincement au cœur en la voyant allongée avec toutes ses blessures. Mais le pire, c’était son ventre, qui avait…bien « dégonflé » depuis la dernière fois que je l’avais vu. La jeune femme dormait, elle avait les joues rougies par très certainement les pleurs. Je restais auprès d’elle jusque son réveil, me promettant alors, de ne plus jamais, m’éloigner d’elle comme je l’avais fait..


« Dans le fond, je crois que je le savais déjà ... Que tu serais là. J'avais juste peur de me tromper. Stupide, n'est-ce pas ? » Je fronçais légèrement les sourcils et j’hochais la tête négativement. Bien sur que non, ça n’était pas stupide, c’était compréhensible. Et puis, comment réussir à admettre qu’on aime quelqu’un, qu’on a tellement haït pendant des années ? Encore aujourd’hui, quand j’y repense, je trouve ça fou et je n’arrive pas à expliquer quoi que ce soit. C’était comme ça. Elle m’avait montrée sa vulnérabilité, et dans un sens, ça l’avait rendue beaucoup plus vulnérable, beaucoup plus…aimable. « Mais bon ... Je suppose que c'est trop tard pour avoir des remords ... Il faut aller de l'avant. » J’approuvais et je glissais mes doigts sous ses yeux, elle avait les pupilles brillantes, et je n’avais aucune envie de la voir pleurer, pas maintenant. Je l’avais beaucoup trop vu pleurer ses derniers mois, cette année même. Je voulais la voir sourire, la voir rire maintenant. Et encore plus, si c’est grâce à moi. « Ouais…pas la peine de repenser à tout ça… », murmurais-je calmement avant de lui sourire le plus sincèrement possible. J’embrassais la commissure de ses lèvres et je continuais. « Maintenant que le courant est revenu…qu’est-ce qu’on fait… ? » Je ris légèrement et j’haussais les épaules, la seule réponse que j’avais à cette question, c’était que je ne voulais pas partir. Je voulais rester avec elle, le plus longtemps possible..

_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 20 ans
Situation : En couple
Occupation : Photographe
Mon secret : J'ai perdu mon bébé à cause du père auquel j'ai caché la grossesse.

▪ Messages : 189 ▪ Sociabilité : 273
▪ Pseudo : Dreamy
▪ Célébrité : Leighton Meester
▪ Crédits : Calvaries & Tumblr
▪ Quote : Please remind me who I really am. Everybody’s got a dark side. Do you love me? Can you love mine? Nobody’s all picture perfect, but we’re worth it. You know that we’re worth it. Will you love me? Even with my dark side?

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Jeu 5 Avr - 7:28


I will never stop trying. I will never stop watching as you leave. I will never stop losing my breath, every time I see you looking back at me. And I will never stop holding your hand. I will never stop opening your doors. I will never stop choosing you, babe. I will never get used to you.
“Never Stop” by SafetySuit


C'étaient mes mauvais choix qui m'avaient poussée à cet accident, et non pas la prise de distance de Noah vis-à-vis de moi. Même si certes, j'en avais souffert, je m'étais convaincue au bout d'un moment que c'était ce qu'il y avait de mieux pour tous les deux. Après tout, j'étais en couple, et enceinte. A l'époque, j'étais aveuglée par ça, je n'avais pas conscience du fait que je pouvais tout changer, juste en plaquant Christopher pour avouer à Noah mes sentiments. Je savais qu'il m'aurait acceptée, même enceinte d'un autre homme. Et puis c'était comme s'il avait été le père du bébé dès le début, à s'occuper de moi. J'avais encore en tête ce petit déjeuner ou, brusquement, il avait attrapé ma main en me disant qu'il serait là si je devais devenir mère célibataire. Je me demande encore comment j'ai pu ne pas avoir de déclic à ce moment là. Comment j'ai pu avoir peur jusqu'au bout, jusqu'à ce que cet accident me pousse enfin à ouvrir les yeux sur mes erreurs.


flashback
J'étais endolorie de partout. Mes jambes, je les bougeais difficilement. Je sentais mes bras transpercés par toutes ces perfusions. Mais pire, je ne sentais plus rien au niveau de mon ventre. Je sentis mes doigts se resserrer autour de quelque chose alors que je bougeais lentement. Une ... Main? Je dus rassembler toutes mes forces pour enfin ouvrir les yeux. Anxieux, Noah me regardait. Dans ses yeux brillaient toutes les questions qu'il voulait me poser. Mais je savais déjà qu'il en avait les réponses. Mes yeux me brulaient, mais je refusais qu'il me voie pleurer. Doucement je tournais la tête à l'opposé, je voulais arracher ces perfusions qui me transperçaient comme des milliers d'aiguilles. Brusquement, Noah se redressa, et saisit ma main, m'empêchant d'enlever les perfusions. Il attrapa mon menton pour tourner mon visage vers le sien. Je pleurais à chaudes larmes, silencieusement, avant de croiser son regard. J'y lisais des regrets, mais pas autant que les miens. Ma main toujours enlacée à la sienne se crispa au niveau de mon estomac. « Je l'ai perdu ... » Les larmes revenaient, et je portais mes mains à mon visage, étouffant un sanglot. Noah vint s'assoir près de moi, et m'attira contre lui. Je logeais mon visage dans son cou avant d'éclater en sanglots sans aucune retenue. Quelle sotte j'ai été de ne pas réagir avant.. Encore une fois il était là.


J'esquissais un sourire léger lorsque Noah glissa ses doigts sous mes yeux pour essuyer les légères larmes qui commençaient à arriver. Je me pinçais les lèvres et inspirais profondément. Allons, il fallait cesser de penser au passé, et aller de l'avant. « Ouais…pas la peine de repenser à tout ça… » Dit alors Noah en tentant un sourire, que j'imitais presque aussitôt en hochant faiblement la tête. Il embrassa le coin de mes lèvres, me faisant sourire à nouveau, et frissonner légèrement « Maintenant que le courant est revenu…qu’est-ce qu’on fait… ? » Je rejetais ma tête légèrement en arrière pour me débarrasser de quelques mèches brune encombrantes, et haussais les épaules. Qu'est ce qu'on pouvais faire ? Déjà, hors de question que je le laisse rentrer chez lui. Déjà parce que je voulais pas être séparée de lui, mais en plus parce que les coupures de courant ont le don de me tétaniser quand je suis seule, et il le sait bien. « On peut ... S'remettre un film ou ... J'sais pas, heu ... Jouer aux cartes? Manger un truc? Ecouter de la musique ? Dormir ? S'embrasser jusqu'à plus avoir d'oxygène dans les poumons ? » Je venais de caler trèèès subtilement cette dernière activité parmi nos habituelles. C'était sorti tout seul, plus fort que moi, et mes lèvres s'étirèrent en un grand sourire niais. Je me rendis compte de mon imbécilité et, rougissant, je me redressais. « Tu sais quoi, j'vais .. Nous prendre une bouteille d'eau » Et je fuyais jusqu'à la cuisine, m'appuyant sur le plan de travail en soupirant. J'avais beau penser ce que je venais de dire, j'avais toujours du mal à le sortir sans être gênée. Surtout maintenant que la lumière est revenue

_________________
“Our relationship is our world

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t459-aylin-love-makes-your-soul-crawl-out-from-its-hiding-place http://snow-falls.forumgratuit.org/t465-aylin-whatever-you-need-im-here-for-you
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow

Âge : 21 yo
Situation : En couple
Occupation : Etudiant en lettres modernes, dernière année
Mon secret : Est en train d'écrire un roman.

▪ Messages : 133 ▪ Sociabilité : 160
▪ Pseudo : lovebug
▪ Célébrité : Penn Badgley
▪ Crédits : lovebug, tumblr
▪ Quote : "To fear love is to fear life, and those who fear life are already three parts dead." - Bertrand Russell

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot] Jeu 5 Avr - 7:33


To love and be loved is to feel the sun from both sides.
David Viscott


Comment avais-je pu tenir un an, en étant amoureux d’une fille sans lui avouer mes sentiments ? Pire, en la voyant avec quelqu’un d’autre. Enfin quelqu’un d’autre…je n’avais jamais vu Christopher et elle très proche, mais à l’époque, cela n’avait aucune importance et le fait qu’elle ne soit pas libre était la seule chose importante à retenir dans cette équation. Si seulement j’avais su que ce connard lui ferait autant de mal…enfin, leur, ferait autant de mal, parce qu’il avait tué ce bébé. Et je ne pouvais pas m’empêcher une seule seconde en y repensant, d’avoir des remords.

flashback
« Je l’ai perdu… ». Je fronçais les sourcils en voyant les larmes couler sur ses joues et je ne pus m’empêcher de l’attirer vers moi pour la prendre dans mes bras, sans rien ajouter. C’est vrai, qu’est-ce que j’aurais pu dire de plus ? Que j’étais désolé… ? Je doutais que c’était ce qu’elle aurait eu envie d’entendre. Nous sommes restés comme ça quelques minutes, avant qu’elle ne me demande de la faire sortir de l’hôpital le plus vite possible. Ca n’avait pas été facile de convaincre les médecins, mais environ deux jours plus tard, Aylin était chez elle. Ne voulant pas la laisser toute seule, je restais avec la miss toute la soirée. Nous étions assis sur le canapé, Aylin contre moi était silencieuse. « Demain, je suis censé aller à la fac mais si tu veux, je peux rester ici avec toi… », je finis par lui murmurer calmement. Aucune réponse de sa part. La nuit tombée, je la portais dans sa chambre jusque son lit, pas assez délicatement pour ne pas la réveiller en tout cas, puisque je sentis aussitôt ses doigts s’enrouler autour de mon poignet, m’empêchant de partir et de m’éloigner. Je me tournais vers elle, elle était bien réveillée, les yeux brillants. « Ne pars pas… », souffla-t-elle sans lâcher mon poignet. « Je serais dans le canapé juste à côté… », répondis-je alors qu’elle montrait son désaccord en hochant la tête négativement. « Non…reste là… »


Je me demandais à quel point les choses allaient changer, maintenant. Et j’avais des millions de questions qui me trottaient dans la tête comme, la manière dont nous allons nous comporter en public, face à nos parents, qui étaient toujours de très bons amis d’ailleurs. Rencontrer ses amis, qu’elle rencontre les miens ? C’était vraiment nouveau, pour nous de devoir se comporter positivement l’un envers l’autre, et certainement encore plus en public, et je n’osais même pas imaginer avec nos parents. Mon Dieu…rien que d’y penser, j’en avais des frissons. « On peut ... S'remettre un film ou ... J'sais pas, heu ... Jouer aux cartes? Manger un truc? Ecouter de la musique ? Dormir ? S'embrasser jusqu'à plus avoir d'oxygène dans les poumons ? » Je ris légèrement alors que ses joues devinrent toutes rouges, certainement à cause de sa dernière proposition, qui ne m’était absolument pas déplaisante, au contraire. Si je le pouvais, je resterais comme ça, dans ce canapé avec elle sans bouger pendant des heures, à me contenter seulement de la regarder et de l’embrasser. J’allais rétorquer quelque chose, mais elle ne me laissa pas finir et se redressa d’un coup, sans même que je ne m’y attende. « Tu sais quoi, j'vais .. Nous prendre une bouteille d'eau » J’arquais un sourcil en la regardant se précipiter dans sa cuisine. Une…bouteille d’eau ? Alors là, je ne comprenais vraiment pas. J’attendais quelques secondes, avant de me décider à me lever, et aller vers la cuisine, où Aylin se tenait les deux mains sur le plan de travail, dos à moi. Je m’appuyais contre l’encadre de la porte, croisant les bras sur mon torse en la regardant avant de lancer, un peu gêné. « Ça va… ? J’ai dit un truc qui fallait pas ou… ? »

[

_________________
You have to decide what's important. Keeping your pride and getting nothing... or taking a risk and maybe, maybe have everything.
ϟ Dan Humphrey, Gossip Girl.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t458-noah-love-is-heavy-and-light-bright-and-dark-hot-and-cold-sick-and-healthy-asleep-and-awake-w-shakespeare

welcome on barrow
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot]

Revenir en haut Aller en bas

NOAH & AYLIN ϟ you still have me. [hot]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SNOW FALLS :: IT'S A BRAVE NEW WORLD. :: quartiers résidentiels. :: eben hopson.-