AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


Partagez|

[HOT] Blame Canada ★ feat. Charles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 28 ans
Situation : Veuf en vadrouille
Occupation : Professeur
Mon secret : Tu aimerais savoir, hein ?

▪ Messages : 55 ▪ Sociabilité : 91
▪ Pseudo : Lil
▪ Célébrité : joseph gordon levitt
▪ Crédits : peppery ash and tumblr

MessageSujet: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Ven 13 Avr - 20:48


“ you're so fucking special...


Je passai une nouvelle fois ma main sur mon visage comme pour effacer ce profond sentiment de culpabilité. Je venais de passer le hall d'entrée de l’aéroport, ma valise dans une main et ma veste dans une autre. Je marchai d'un pas décidé et j'avais comme cette sueur froide en roue libre qui continuait de harceler le bas de mon dos sous ma chemise. Mon cerveau n'arrêtait pas de me torturer : Je ne l'avais même pas appeler pour lui notifier mon absence. Charles n'allait trouver qu'un appartement vide s'il venait craquer à ma porte comme à son habitude pour quelques plaisirs fugaces. Je ne m'en plaignais pas, soyons clair. Faire l'amour avec Charles, c'était...so fucking special Car, cela serait mentir de dire qu'il était le meilleur amant de tout Barrow - après tout pour lui les hommes c'était encore une terre inconnue il y a encore quelques mois. Mais, quand il me regardait alors que les rayons de lune étaient les seuls témoins de nos ébats passionnés, j'avais l'impression qu'il me perçait de part en part. Je n'avais plus aucune protection, j'étais à nu de mon corps à mon âme. Il n'y avait qu'un Homme dans ma vie qui m'avait donné ce sentiment et c'était... « Monsieur Flickgins, vous nous accompagnez ? », interrompit mes rêveries un de mes élèves qui sauta littéralement devant moi. « Oui, oui, Paul, je suis du voyage. Donc, j'espère que vous allez laisser vos joins à la maison car sinon vous êtes bon pour le touché rectal, jeune homme. »

Il explosa de rire et je posai sur mon visage ce masque impeccable que je portai en toute circonstance. Le professeur jovial et blagueur, qui n'avait rien perdu, qui n'avait aucun passé tragique et qui n'avait pas besoin d'une tonne de médicaments pour s'endormir la nuit. Je passai mon bras sur les épaules de mon élève et je me fondai dans la masse. Je voyais que tout le monde attendait maintenant le passage obligé de l'enregistrement des bagages. C'était un grand jour pour eux, pour moi et pour l'université : Un jumelage avec une école au Canada. J'étais peut-être aussi excité qu'eux ? Cela piaffait dans tous les sens, rigolait et je continuai d'offrir ce sourire de circonstance tout en commençant lentement à faire l'appel. Je sortis la liste donner par notre recteur et je cochai chaque nom des élèves qui se présentèrent à moi. «  Oui, oui. Je t'ai vu, Samantha ! Comment ne pas te voir ? Un décolleté si plongeant, tu vas faire exploser les douaniers ? Si tu nous retardes, fais attention ? » Je passai une main affective sur l'épaule de la jeune fille qui se vexa un instant de mes paroles avant de rire avec ses camarades.

Je regardai ensuite ma montre, tout en réajustant mon nœud de cravate. Je m'inquiétai de ne pas voir l'autre professeur affecté avec moi pour ce premier voyage. J'avais en charge quinze élèves et lui aurait le même nombre à surveiller et à s'occuper. J'espérai soudainement de ne pas devoir partager les sept prochaines heures d'avion avec Madame Laupiewe. Une alcoolique de quarante-ans notoire et qui n'avait même plus la décence de se cacher. J'avais dans l'idée que cela serait un homme car on m'avait annoncé que je partagerais ma chambre là-bas avec mon collègue. Je commençai à faire la liste mentalement de tous les professeurs de l'Université. Mais, quand la voix d'une de mes élèves s’éleva pour annoncer : « Le voilà. Monsieur Hardwicke ! » J'en perdis ma liste qui chuta sous ma valise. Je restai quelques minutes à genoux à chercher ma liste, mais aussi pour retrouver ma contenance et mes esprits.

Je me relevai tout sourire pour venir saluer personnellement mon collègue avec une poignée de main franche et un regard vide de tous nos ébats passés. «  Charles ! Quelle surprise ? Cela fait plaisir. Une panne de réveil ? Je peux te voir un instant sur le côté ?  » Il était hors de question pour moi de faire une scène devant tous nos élèves et surtout pourquoi le faire ? Nous étions quoi après tout ? Des hommes qui s'amusaient ensemble ? Il était marié et je souhaitais rester célibataire ? J'attirai Charles gentiment – mais avec une poigne certaine avec ma main autour de sa nuque – et je le poussai derrière une grande panneau publicitaire qui vantait les bienfaits d'un gel douche quelconque. Je lançai un dernier regard vers nos brebis pour savoir si nous pourrions parler seul à seul. Puis, j'explosai soudainement dans des grands gestes tout en gardant ma voix basse. Ce qui devait être assez drôle pour tous ceux qui passaient à côté de nous à présent. «Tu m'expliques, Charles ? Je pensais que tu quittais jamais ta femme et ton fils ?  »

_________________

✖️ We can’t escape the basic facts How cold it can get. There’s nothing to protect ourselves. When the rain gets us wet. So I’ll just tell you now. This is our final bow. 'Cause only the horses can find us tonight.


Dernière édition par Matthew G. Flickgins le Lun 16 Avr - 8:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t581-matt-only-the-horses-can-bring-us-back-home http://snow-falls.forumgratuit.org/t585-matt-kill-me-or-leave-me
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 35 ans
Situation : Marié
Occupation : Professeur
Mon secret : Je ne vous connais pas assez pour ça

▪ Messages : 49 ▪ Sociabilité : 48
▪ Pseudo : Jane
▪ Célébrité : Tom Hiddleston
▪ Crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Ven 13 Avr - 22:23




Charles était entrain de préparer ses valises, filtrant les bruits autour de lui pour être sur de ne pas entendre Hayden lui reprocher de s’y être pris à la dernière minute, comme d’habitude. Et voilà maintenant il allait être en retard, s’il l’avait écouté depuis le début il aurait déjà été en route pour l’aéroport à l’heure qu’il était. Et le taxi qui attendait devant la maison, il n’allait pas l’attendre pendant très longtemps encore, il fallait qu’il se dépêche.

Le jeune homme fourra encore quelques vêtements - les premiers qui lui passèrent sous la main - dans sa valise et la ferma à l’arrache. « Ne t’inquiète pas, j’y serais à temps. » Il embrassa rapidement sa femme sur la bouche avant de porter sa valise dans les escaliers et de la poser devant la porte. Peter, leur fils, sortait à l’instant de la cuisine. « Oh Peter, tu viens pas dire au revoir à ton père? » Il tendit les bras après avoir enfilé rapidement son manteau et regarda son fils le fixer pendant quelques secondes avant de l’ignorer royalement et de monter pour aller dans sa chambre sans prononcer le moindre mot. Charles leva les yeux au ciel, se disant qu’il aurait du s’en douter. Peter n’avait jamais été du genre communiquant, mais sa relation avec son père ne faisait qu’empirer, surtout depuis quelques semaines. Charles nota dans un coin de sa tête d’essayer de lui parler dés qu’il reviendrait.

Mais pour l’instant, il était en retard. « J’y vais, à dans une semaine. » Il reprit sa valise, ferma la porte derrière lui et laissa échapper un petit soupir de soulagement. Il alla mettre sa valise dans le coffre du taxi - le chauffeur n’avait pas l’air de bonne humeur - et grimpa à l’arrière. Ils se mirent alors en route pour l’aéroport. Charles passa tout le trajet à regarder par la fenêtre, les yeux rivés sur le paysage sans pourtant en voir le moindre centimètre carré.

Il allait passer la prochaine semaine au Canada avec des élèves faisant partie d’un "programme d’échange". Les deux universités étaient jumelées et les étudiants qu’il emmenait allaient passer un petit moment dans une université de Vancouver. Il soupira et se frotta doucement le visage. Il se sentait coupable de partir avec tout ce qu’il se passait, mais il avait besoin de s’éloigner, besoin de penser à autre chose. Il ne se sentait plus chez lui dans sa propre maison, à chaque fois qu’il voyait sa femme il pensait à tout ce qu’il lui cachait. Quand il voyait son fils il avait conscience qu’il devait le décevoir. Il ne supportait plus de vivre dans une telle atmosphère, et le pire, c’était qu’il s’en voulait de trouver la situation difficile pour lui. Après tout, tout était de sa faute…

Il paya le chauffeur de taxi une fois arrivé à l’aéroport et récupéra sa valise. Il la traina en marchant à vive allure dans l’aéroport, vérifiant tous les panneaux pour s’assurer qu’il n’avait pas raté son vol et qu’il se dirigeait vers la bonne porte d’embarquement. Il commença à apercevoir ses élèves et en salua quelques-uns qu’il avait dans sa classe. Ce ne fut qu’une fois avec le groupe qu’il remarqua le professeur qui allait l’aider à s’occuper des élèves au Canada.

Il commençait vraiment à penser qu’il était maudit. Le premier réflexe de Charles fut de détourner le regard et d’essayer de lancer une conversation avec l’une de ses élèves. La jeune fille répondit poliment et retourna quasiment immédiatement après auprès de ses amies. Charles sentit Matthew se relever dans son dos et il essaya de s’écarter de lui. C’était sans compter sur la main de ce dernier sur sa nuque.

Il se laissa entrainer sans résister, de peur d’attirer encore plus les regards, mais tout en regardant autour d’eux pour vérifier qu’ils passaient inaperçus. Au moins auprès de leurs élèves. La dernière chose dont il avait besoin c’était que ses élèves lancent une rumeur sur lui et Matthew. Il fourra ses mains au fond de ses poches et essaya de se concentrer sur le jeune professeur au lieu de jeter des coups d’œil derrière lui toutes les deux secondes pour vérifier que personne ne les regardait.

« Est-ce que tu pourrais… » Chuchota-t-il quasiment en faisant des gestes avec ses mains pour essayer de l’inciter à être plus discret. Ce qui était ridicule étant donné qu’ils étaient très bien cachés de leurs élèves par le panneau publicitaire et que Matthew parlait assez bas pour n’être entendu que de Charles. Il soupira et passa l’une de ses mains dans ses cheveux. Pourquoi est-ce que ça lui tombait dessus? Il avait juste voulu s’éloigner un peu de toutes ces histoires pendant une semaine. Apparemment c’était trop demandé. Il laissa échapper un petit soupir et remit sa main dans sa poche, essayant de reprendre contenance.

La situation n’était, certes, pas idéale, mais ils allaient quand même pouvoir s’en sortir, il ne fallait pas exagérer. « J’avais juste besoin de m’éloigner de ma famille pour quelques jours. J’ai entendu parler de ce voyage et je me suis porté volontaire. » Il était venu pour essayer d’oublier et pour enfin arrêter de culpabiliser pour toutes les décisions qu’il prenait en ce moment. C’était mal parti, voilà qu’il était même obligé de se justifier auprès de Matthew. « Et toi qu’est-ce que tu fais ici? Si tu m’avais dit que tu partais cette semaine aussi… » Il ne termina pas sa phrase mais il savait que Matthew avait très bien compris ce qu’il voulait dire. S’il avait su, il se serait arrangé pour partir une autre semaine. Ils auraient été obligés de se séparer pendant plus longtemps mais ça n’aurait pas été la première fois, Charles n’était pas si accro que ça. En tout cas c’était ce qu’il aimait croire.

Quelques secondes plus tard, Charles entendit une hôtesse annoncer que l’embarquement pour leur vol venait de commencer.

_________________


    Down and down we go, never felt so low, can't hear you callin' so maybe we're already gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t556-i-m-just-tryin-to-do-the-right-thing
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 28 ans
Situation : Veuf en vadrouille
Occupation : Professeur
Mon secret : Tu aimerais savoir, hein ?

▪ Messages : 55 ▪ Sociabilité : 91
▪ Pseudo : Lil
▪ Célébrité : joseph gordon levitt
▪ Crédits : peppery ash and tumblr

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Sam 14 Avr - 7:45


Sa voix, son visage, son légèrement gêné, tout cela me calma aussitôt. Mon ton se voulait discret, mais mes gestes plus aérés s'estompèrent pour finir par retomber comme le blizzard si dur de Barrow. J'étais soudain comme lui, calme et quasiment impénétrable. Réalisant à mon insu que j'étais content de le voir, qu'il m'avait tout simplement manqué même si j'aurais préféré mourir plutôt que de le reconnaitre.

Alors, je fis retomber mes mains le long de mon corps toujours tendu comme un arc prêt à tirer et finalement, cherchant toujours la position idéale, je calai mes mains dans mes poches, chuchotant à mon tour comme mon voisin me l'avait suggéré. Mais, non pour lui obéir, mais tout simplement car je trouvais la situation grotesque et que j’étais bien prêt à lui souligner. Je le vis passer une main dans ses cheveux et je dois dire que son air de grand enfant coupable me faisait toujours autant fondre. Je passai alors sans m’en rendre compte ma langue sur ma lèvre supérieure tout en le dévisageant.

Je lui avais posé une question, mais je réalisai que je ne l’écoutai plus : tapotant mes billets contre ma bouche comme si j’invitai mon ami et collègue à se rappeler quelques moments passés. «Non, mais tu as le droit. Je suis tout simplement surpris, mais agréablement, je te rassure. » Charles connaissait ce regard, cette pointe d’excitation dans le fond de mes iris et pourquoi je le scrutai à présent du pied à la tête. Il connaissait ma soif et mon appétit du jeu. Quand il me souligna que je ne l’avais pas prévenu. Mon tempérament chafouin prit le dessus et j’explosai d’un rire lumineux.

«Et, quoi ? Je n’ai rien à te dire sur ma vie ou mes activités. Et, je te rassure, je ne t’embêterai pas cette semaine. Car, après tout… » Cet éclat qui tranchait mon visage se transforma en pointe légèrement acide et je m’approchai de Charles pour l’acculer contre le panneau publicitaire en posant mes mains sur ses épaules. Mon visage alla la rencontre du sien, mais non pour l’embrasser pour tout simplement pour lui glisser quelques mots à l’oreille. Ma main gauche profita pour descendre le long de son corps et pour frôler sa jambe. « On ne fait que coucher ensemble », terminai-je dans un chuchotement brulant. Alors, que ma main glissa inexorablement vers une partie de son anatomie que je connaissais bien à présent.

Cependant, la voix d'un hôtesse dans le haut-parleur m’arrêta dans mon élan irrévérencieux. Je me détachai de lui, avec cet air sur mon visage l'air de dire : " Dommage !" Et, je retournai vers nos éléves tout en tapant dans mes mains, ne pouvant m'empêcher de lacher une nouvelle pointe humoristique. « Allez ! On y go ! A nous les petits culs canadiens ! Sortez vos passeports et vos cartes d'embarquements. » Je fis bientôt comme eu et je passai assez rapidement les différents paliers pour pouvoir embarquer.

Je voguai d'un groupe d'éléve à un autre, ne pouvant m'empêcher de jeter des petits coups d'oeils en arrrière - non pour surveiller nos brebis, mais pour observer tout en discretion Charles. Ma bonne humeur était là et elle m'énervait: Je n'avais pas besoin de lui ! Je ne voulais pas de lui ! Mais, j'avais beau me le repeter, je n'arrivai pas à perdre mon sourire dés que je croisai son regard.

Une fois dans l'avion, je cherchai ma place tout en gardant un oeil sur mon billet. Je vis nos éléves s'installer un à un. Je vis que ma place était dans le fond, ce qui n'était pas plus mal pour moi. Je pourrai ainsi garder un oeil sur nos chers têtes blondes, mais aussi me reposer sans me faire embêter tous les cinq minutes. Je terminai d'enfoncer mon sac dans l'emplacement au-dessus de mon siége quand je vis Charles s'avancer jusqu'à moi. J'en baissai la tête amusé - à ce stade je pense qu'il n'avait plus qu'à en rire.« Je pense que si tu veux prendre ta place, tu vas devoir légérement me passer dessus, cher collégue. » Je le regardai à la limite du fou-rire, mais essayant vraiment de me contenir, mon corps effectivement dans le passage et très content de pouvoir l'embêter un peu plus.

_________________

✖️ We can’t escape the basic facts How cold it can get. There’s nothing to protect ourselves. When the rain gets us wet. So I’ll just tell you now. This is our final bow. 'Cause only the horses can find us tonight.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t581-matt-only-the-horses-can-bring-us-back-home http://snow-falls.forumgratuit.org/t585-matt-kill-me-or-leave-me
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 35 ans
Situation : Marié
Occupation : Professeur
Mon secret : Je ne vous connais pas assez pour ça

▪ Messages : 49 ▪ Sociabilité : 48
▪ Pseudo : Jane
▪ Célébrité : Tom Hiddleston
▪ Crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Sam 14 Avr - 16:15




Charles sentit Matthew se détendre après quelques secondes et en fit de même, rassuré sur le fait qu'ils attireraient moins l'attention que si le jeune homme continuait à gesticuler comme il le faisait. Le professeur essaya de se calmer lui-même et de dédramatiser un peu la situation. Après tout, même s'il était venu pour s'éloigner de toutes ces histoires, il ne pouvait pas nier qu'il était relativement content d'avoir l'occasion de passer un peu de temps avec Matt sans avoir besoin de vérifier constamment que sa femme ne le voyait pas. Il y avait certes les élèves dont il allait falloir se méfier, mais ce n'était pas si grave que ça. Charles pouvait imaginer de pires scénarios que de se retrouver coincé pendant une semaine dans un pays étranger avec son amant.

Charles mit quelques secondes à décrypter l'attitude de Matt. Il fronça tout d'abord les sourcils en le voyant passer sa langue sur ses lèvres et rougit violemment en apercevant une étincelle familière dans les yeux du jeune homme. « Sérieusement? Ça te prend maintenant? » Il essaya de formuler ça comme un reproche mais ne réussit pas à cacher son côté amusé.

Il rigola moins quand Matt le repoussa contre le panneau publicitaire. Leurs élèves ne pouvaient heureusement pas les voir mais ils n'en restaient pas moins très exposés aux yeux des passants. Charles fut soudainement envahi par la peur qu'une de ses connaissances ou bien qu'une amie de sa femme ne soit présente à l'aéroport à ce moment là. Peur qui disparut quasiment immédiatement quand Matt commença à rapprocher son visage du sien.

Il n'osa plus bouger, quasiment plus respirer. Ses yeux étaient fixés sur les lèvres du jeune homme et semblaient refuser de s'en détourner. Il avait l'impression d'avoir complètement perdu le contrôle de son corps, ce n'était pas une sensation très agréable. Ce qui l'était en revanche c'était de sentir le souffle chaud de Matt qui venait lui murmurer quelque chose à l'oreille.

Charles ne réussit pas à empêcher son corps de frissonner légèrement quand le jeune homme commença à descendre sa main le long de son corps. Il leva les yeux au ciel dans une prière silencieuse en comprenant quelle destination la main de son amant était entrain de prendre. Il semblait en effet soudainement se souvenir qu'ils étaient dans un endroit très public avec leurs élèves à moins de dix mètres d'eux.

Il n'osa pourtant pas demander à Matt d'arrêter, les mots restaient coincés dans sa gorge. Finalement, ce fut la voix d'une hôtesse qui vint le sauver. Le jeune homme s'éloigna enfin, semblant s'amuser grandement de la situation. Charles fit semblant de ne pas entendre la façon dont il s'adressait aux étudiants, prit une grande inspiration pour forcer son corps à se calmer, ramassa sa valise et se dirigea à son tour vers la porte d'embarquement, montant dans l'avion en dernier après avoir vérifié qu'ils n'oubliaient aucun élève derrière eux.

Il s'avança dans l'avion, se dirigeant vers son siège. Il ne tarda pas à comprendre qu'il allait se retrouver à côté de Matt, mais il ne réussissait plus à trouver tous ces concours de circonstances malchanceux. Ils allaient pouvoir discuter un peu au moins, et c'était toujours mieux que d'être assis à côté une étudiante qui allait passer le voyage à piailler avec ses amies. Il lança un petit sourire en coin au jeune homme avant de s'arrêter au niveau de leur rangée de sièges. « J'admire la maturité dont tu fais toujours preuve. » Répondis-je avec ce même sourire faussement désespéré et toujours ce sourire en coin. « Professeur Flickgins. »

Il ne put cependant s'empêcher de rougir légèrement à l'idée de devoir passer aussi près de Matt. Il aurait pensé que le comportement du jeune homme aurait pu avoir tendance à l'agacer étant donné qu'il faisait tout sauf lui faciliter la tâche, mais en vérité, c'était aussi l'une des choses qu'il adorait chez le jeune professeur. Sa malice. « Excuse-moi. » Ajouta-t-il plus par habitude qu'autre chose après avoir posé sa valise au-dessus de leurs sièges. Il avait envie de vérifier que personne ne les regardait mais il se rendit compte que ça ne ferait probablement qu'attirer encore plus les regards de leurs élèves. C'était généralement quand on essayait le plus de cacher quelque chose que ça devenait le plus évident aux yeux des autres.

Il posa donc ses mains sur les hanches du jeune homme et le força doucement à se décaler, juste assez pour qu'il ait la place de passer. Mais pas assez pour qu'il ait la place de le faire sans être obligé de se coller quasiment à lui. Certaines mauvaises langues auraient pu penser qu'il l'avait fait exprès, Charles préférait penser qu'il voulait juste éviter de le déranger en le poussant trop loin. Gardant ses mains sur les hanches du jeune homme, il se glissa doucement entre Matthew et le dossier du siège de devant. Pendant quelques secondes une bonne partie de leurs corps restèrent en contact, assez longtemps pour que Charles se rappelle vivement de tous ces moments qu'ils avaient passé ensemble et pendant lesquels ils avaient eut l'occasion de se retrouver aussi proche l'un de l'autre.

Il du se forcer à revenir à la réalité et finit par se glisser vers son siège. S'il s'était attardé un peu plus que nécessaire près de son collègue, personne ne donnait l'impression de l'avoir remarqué. Charles s'assit près de la fenêtre, jetant régulièrement des coups d’œil vers Matthew. Il n'arrivait pas à s'en empêcher et il ne préférait pas penser à ce que ça disait sur lui. Quand son jeune collègue se fut finalement assis, Charles se pencha vers lui et parla assez bas pour s'assurer que personne d'autre ne pouvait l'entendre. « Tu comptes me tripoter en public comme ça toute la semaine ou bien ? Juste histoire que je sois préparé. »

Parce que si Matt comptait jouer à ce jeu là souvent Charles allait effectivement avoir besoin de beaucoup de préparation morale. Il se rassit dans son siège normalement et tourna la tête vers le jeune homme. Il ne put s'empêcher de sourire. Même s'il était venu avec l'idée de s'éloigner de tout ça, il n'arrivait plus à trouver de raison d'être malheureux.

_________________


    Down and down we go, never felt so low, can't hear you callin' so maybe we're already gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t556-i-m-just-tryin-to-do-the-right-thing
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 28 ans
Situation : Veuf en vadrouille
Occupation : Professeur
Mon secret : Tu aimerais savoir, hein ?

▪ Messages : 55 ▪ Sociabilité : 91
▪ Pseudo : Lil
▪ Célébrité : joseph gordon levitt
▪ Crédits : peppery ash and tumblr

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Sam 14 Avr - 21:08


J'avais toujours aimé titiller Charles, même à nos premières approches. Il avait cette tête de premier de la classe qui semblait avoir toujours été trop sage à mon gout. Cet air penaud qui me donnait envie de le secouer dans tous les sens pour voir ce qui pourrait en tomber. Je ne l'avais jamais fait avec méchanceté, car ce n'était pas ma manière d'être et mon collègue ne me donnait pas le besoin d'en arriver à ses extrémités. Je n'avais en tête, ni le besoin de mettre en péril son mariage ou le mettre dans une situation qui l'oblige à s'exposer aux yeux des autres.

J'attendis donc dans ma position, l'observant placer son bagage dans la soute au-dessus de nos sièges. Je me demandais bien comment il allait gérer cette situation, je dois dire ? Heureusement, autour de nous, c'était encore la cohue: aller-retour des passagers et des hôtesses, les élèves se chamaillant pour telle ou telle place. Il était clair à présent que mon esprit et mes mains n'allaient pas rester sage très longtemps.

Je dissimulai mon sourire triomphant en baissant la tête quand Charles posa ses mains sur mes hanches. Le chaos avait beau rodé autour de nous, je ne voulais qu'aucun spectateur ne puisse avoir du grain à moudre sur des jeux qui ne regardaient que nous et nous seuls.« Mais, vous êtes tout excusés, monsieur Hardiwcke. » Je le sentis me frôler et bien malgré moi le feu de ce que nous partagions revint à ma mémoire. Le corps, les mains, l'odeur de Charles avaient un pouvoir sur moi. Je refusais toujours de le reconnaitre, mais il coulait en moi. Cette envie de lui, ici et maintenant. Dans un avion et avec la moitié de l'université, cela va être encore simple cette histoire ! Constatai-je pour moi-même.

Alors, que je sentis que nos corps se séparer, je ne pus m'empêcher de me cambrer en arrière pour lui glisser à son attention dans un chuchotement seulement audible pour nous.« Cela te rappelle rien cette position ? », persiflai-je en passant ma langue sur mes dents. Je le vis prendre place à côté du hublot et je pris place à ses côtés. Je profitai pour vérifier nos brebis et compter rapidement que personne ne manque à l'appel. Puis, j'attachai ma ceinture tout en penchant ma tête pour entendre les quelques mots chuchoter par mon voisin.

Sa question aurait du me faire rire, mais elle m'enfonça dans mes propres dissonances. Ma tête retomba comme une vieille pomme. J'observai mes chaussures alors que les derniers passages s'installaient. Il était hors de question pour moi que ce voyage se transforme dans une mascarade où nous jouerons à des rôles qui ne sont pas les nôtres.

Je tranchai donc le climat si joyeux du début de notre voyage en ramenant mes bras contre mon torse. Je penchai ma tête pour moi aussi lui murmurer à l'oreille.« Tu n'as rien à craindre. J'ai accepté ce voyage pour faire des rencontres. Donc, tu ne verras uniquement si je n'arrive à rien prendre dans mes filets. »

Je ne savais pas pourquoi j'étais si acerbe soudainement. Charles n'avait pas mérité une telle attaque et une franchise aussi implacable. Je regrettai déjà mes paroles en m'humectant les lèvres, mais il était trop tard. Je décidai même de m'enfoncer - peut-être que passer pour le dernier des salopards étaient moins douloureux que passer pour un homme entrant de tomber amoureux ? - Je pointai du doigt l'un des élèves aux cheveux blonds et j'ajoutai sans réserve à mon voisin. « Je pensais plus tripoter le jeune Maxime. Il me lance des regards en cours. Il est carrément indécent, tout ce que j'aime. Après tout, comme on dit, ce qui se passe à Vegas reste à Vegas, non ? »

Bien sûr, que ce Maxime ne m’intéressait pas. Il était hors de question en plus de risquer ma place en sortant avec un élève. Je n'avais pas ce goût du risque. La seule chose vraie dans ce que je venais de dire, c'était l'attirance qu'avait mon élève à mon égard. Une attirance que j'avais tué dans l’œuf dés le début en lui soulignant que rien n'arriverait jamais.

_________________

✖️ We can’t escape the basic facts How cold it can get. There’s nothing to protect ourselves. When the rain gets us wet. So I’ll just tell you now. This is our final bow. 'Cause only the horses can find us tonight.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t581-matt-only-the-horses-can-bring-us-back-home http://snow-falls.forumgratuit.org/t585-matt-kill-me-or-leave-me
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 35 ans
Situation : Marié
Occupation : Professeur
Mon secret : Je ne vous connais pas assez pour ça

▪ Messages : 49 ▪ Sociabilité : 48
▪ Pseudo : Jane
▪ Célébrité : Tom Hiddleston
▪ Crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Sam 14 Avr - 22:33




Charles avait toujours ce petit sourire coincé sur les lèvres quand il se tourna vers Matthew et remarqua que celui-ci avait à présent les bras croisés sur la poitrine. Le jeune homme savait dés lors que la situation était entrain de se renverser. Les moments où le professeur d'art scénique avait l'air sérieux étaient honnêtement rares, et le pire c'était que Charles ne comprenait pas ce qu'il avait bien pu dire. Il était sur le point de s'excuser – par précaution – en lui expliquant qu'il n'avait pas voulu dire ça de manière méchante ou autre, au contraire, mais Matthew lui coupa l'herbe sous le pied, se penchant vers lui avant que Charles n'ait eu le temps de faire le moindre mouvement.

Le jeune professeur resta immobile pendant quelques secondes, pas certain d'avoir bien entendu. Non pas qu'une réflexion du genre l'étonne particulièrement de la part de Matt, mais c'était tellement... Soudain. Il devait avouer qu'il avait comprit bien vite que le jeune homme ne cherchait rien de sérieux et ça ne l'avait jamais gêné, au contraire même. Il était marié, il avait un gosse, une vie bien rangée. Pour être honnête, il ne savait même pas ce qu'il faisait avec Matthew – et il n'avait certainement pas envie d'y penser maintenant – mais il était absolument certain de ne pas avoir envie de s'engager avec lui. Pas dans l'immédiat en tout cas.

Il écarquilla les yeux et fixa Matthew pendant quelques secondes, comme espérant que le jeune lui lance l'un de ses fameux sourires malicieux en lui expliquant qu'il avait simplement voulu lui faire une blague. Charles ne la trouvait, certes, pas tellement drôle, mais c'était la seule explication qu'il voyait pour la froideur dont Matt' avait soudainement fait preuve. « Excuse-moi ? » Demanda-t-il l'air totalement confus, plus pour exprimer ce qu'il ressentait que pour essayer de lui dire qu'il n'avait pas entendu.

Enfin il apparut clairement à Charles que Matt' n'était pas simplement entrain de lui faire une mauvaise blague quand il en rajouta encore une couche. Le jeune professeur laissa échapper un petit rire sans joie avant de croiser à son tour les bras sur sa poitrine. « Je ne t'avais pas imaginé comme le genre de professeur à se taper ses élèves. » Se rendant compte que son apparence trahissait son agacement il décroisa les bras et essaya de prendre une pose plus naturelle, sans arriver au résultat escompté. Il était trop crispé et ses pensées étaient envahies par des idées de défoulement sur le jeune étudiant qui apparemment draguait le jeune professeur. Il était entrain de s'imaginer à quel point ça lui ferait plaisir de lui coller un zéro sur son prochain essai quand il se rappela que ce n'était définitivement pas son style. Il n'était pas parfait, loin de là, et il le savait, mais il avait toujours été professionnel, à tous les égards, et il ne voulait pas perdre ça.

Enfin ses pensées avaient au moins eu le don de le faire réfléchir. C'était bête mais il s'était imaginé qu'ils avaient une relation spéciale tous les deux, pas une relation typique, certes, mais quand même. Il n'avait jamais pensé qu'il pouvait vouloir dire aussi peu aux yeux de Matthew. C'était ridicule, il était celui à être marié et dans l'impossibilité de s'engager, en plus il n'avait aucune envie de devenir sérieux avec Matt', mais le simple fait de l'imaginer courir après quelqu'un alors qu'il était là... Il avait du mal à le supporter.

Il essaya de se forcer à penser à autre chose et tourna la tête, fixant intensément la piste de décollage par le hublot. Spectacle passionnant. Il avait juste besoin de se concentrer sur autre chose. Le problème, c'était que son cerveau refusait d'obéir et continuait à travailler sur ce que Matt' venait de dire à Charles. Ce dernier attendit quelques minutes, essayant de se calmer et de penser à autre chose en tapotant nerveusement du doigt l'accoudoir de son siège. Il finit par abandonner, incapable de simplement laisser tomber. Le temps que Charles se décide, l'avion avait décollé.

« A quoi tu joues ? » Le ton de Charles n'était surprenamment pas agressif du tout. Il savait assez bien que s'il essayait de s'énerver contre Matt il n'obtiendrait strictement rien, il ne ferait que le braquer. Il savait aussi qu'il aurait mieux fait de simplement laisser tomber et de passer à autre chose, de recommencer à faire ce pourquoi il était venu à la base : se changer les idées et s'occuper de ses étudiants. Seulement voilà, il n'avait pas envie d'être raisonnable et il ne pouvait pas simplement arrêter d'en parler. Matthew avait ses défauts, il n'était pas toujours l'homme le plus sensible du monde, mais il ne s'était jamais montré volontairement cruel envers Charles, du moins jamais sans raison. « Si tu veux te taper tes élèves c'est ton problème, mais tu pourrais avoir la décence de ne pas m'en parler à moi. » Il laissa échapper un léger soupir avant d'ajouter doucement. « Si tu crois que ça m'intéresse... » Il savait qu'il n'aurait pas du dire ça, il risquait simplement d'envenimer encore plus les choses, mais c'était sorti tout seul.

_________________


    Down and down we go, never felt so low, can't hear you callin' so maybe we're already gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t556-i-m-just-tryin-to-do-the-right-thing
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 28 ans
Situation : Veuf en vadrouille
Occupation : Professeur
Mon secret : Tu aimerais savoir, hein ?

▪ Messages : 55 ▪ Sociabilité : 91
▪ Pseudo : Lil
▪ Célébrité : joseph gordon levitt
▪ Crédits : peppery ash and tumblr

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Dim 15 Avr - 8:33


Qu'est ce que je détestai ce genre de situation, la tension montait en moi comme la pression dans cette avion. Et, je ne pouvais fuir, me cacher ou tout simplement prendre la porte un instant pour calmer mes ardeurs. J'allai devoir subir le contre-coup de mes attaques qui n'étaient que le défouloir de mes peurs profondes. Je voulais le blesser en me faisant passer pour un professeur débauché. Maxime était majeur et vacciné, mais il aurait été hors de question pour moi d'avoir une relation avec lui.

Je me privai pas avec les autres hommes. J'étais devenu un coureur depuis la mort d'Eames. Je ne voulais pas m'attacher. Je ne voulais rien construire car je ne voulais pas que tout perdre à nouveau. Charles avait été l'amant idéal dans ma course pour fuir mes plus sombres démons.

Je le sais que je le surpris à ne pas rire aux éclats après ma légère pique comme je pouvais si souvent le faire. Mon collégue pouvait lire sur mon visage tout mon sérieux qui ne laissait entrevoir aucun sourire. Non, je n'étais pas du genre à coucher avec mes élèves, mais si Hardwicke le pensait peut-être qu'il déciderait de prendre ses distances ? « Il faut bien se taper quelque chose, non ? On a pas tous une femme comme toi qui nous attend chaque soir. Et, je suis un homme, j'ai des besoins. » Je laissai planer mes derniers mots tout en tournant ma tête pour planter mon regard dans celui de mon voisin. Ce regard si pénétrant qui était là pour lui souligner: " Et, tu les connais mes besoins, hein ?" sans prononcer un seul mot.

L'avion décolla et je m'enfonçai plus profondément dans mon siège. Je fermai les yeux un instant car je ne me demandai à présent comment j'allais tenir tout le vol à côté d'une personne que je désirais et que je détestais en même temps ? Car, même en ne voulant pas m'attacher, mon cœur n'en avait fait qu'à sa tête. Je le sentais bien battre plus vite en sa présence. Il était devenu quelque chose d’extrêmement agréable dans ma vie, quelque chose d'enfin positif. J’attendais ses visites dans ma couche avec cette impatience d'enfant et j'étais affecté quand il partait retrouver sa femme - même si je ne montrais jamais rien.

Les hôtesses soulignèrent bien vite que chacun pouvait détacher leurs ceintures et le commandant lui-même passa ses salutations. J'avais sorti ma musique, prêt à l'installer dans mes deux oreilles quand les questions de Charles me tirèrent de ma rêverie. Je tournai la tête, légèrement interdit par ses propos. A quoi je jouais ? Je le savais même pas moi-même. « Je ne fais que discuter, Charles. Mais, si cela te dérange, je tiendrais ma langue à présent. Tu m'entendras pas de tout le reste du voyage ! » Je me tournai pour me coucher la tête de l'autre côté de mon siège, comme un enfant qui ferrait la tête. J'avais l'air ridicule.

Je terminai de m'installer, en remontant une couverture offerte par les hôtesses et je lançai ma musique dans mes oreilles. Charles n'entendit plus parler de moi pendant une heure...une heure et demi...deux heures. Que des froissements de mon corps tournicotant dans ma position. Il était bien sûr impossible pour moi de trouver le sommeil, même en fermant les yeux. Car, je ne pensais qu'à lui, qu'à notre discussion houleuse. Je décidai de lever la tête pour regarder autour de nous. Je remarquai que tout était calme, les élèves concentraient dans le visionnage d'un film. Je décidai de rompre mon vœu de silence.

Après, deux-heures et quinze-minutes de silence, je me tournai vers Charles, enfoncé dans mon siège et bien emmitouflé dans ma couverture, juste mon nez et ma bouche arrivant à s'extirper de l'étoffe. Je tentai de trouver son regard, le mien à présent si apaisé. « Hey, Charles ? », ma voix comme un fin murmure cherchant la paix et rien d'autre. « Cela fait quoi d'être à côté d'un parfait jackass qui semble avoir ses règles une fois par jour ? », terminai-je par demander dans hochement de sourcils provocateurs. Je savais que j'arrivai à le faire rire avec mes bêtises. Peut-être que je le pouvais ici aussi ?

_________________

✖️ We can’t escape the basic facts How cold it can get. There’s nothing to protect ourselves. When the rain gets us wet. So I’ll just tell you now. This is our final bow. 'Cause only the horses can find us tonight.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t581-matt-only-the-horses-can-bring-us-back-home http://snow-falls.forumgratuit.org/t585-matt-kill-me-or-leave-me
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 35 ans
Situation : Marié
Occupation : Professeur
Mon secret : Je ne vous connais pas assez pour ça

▪ Messages : 49 ▪ Sociabilité : 48
▪ Pseudo : Jane
▪ Célébrité : Tom Hiddleston
▪ Crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Dim 15 Avr - 12:32




Charles avait encore du mal à digérer la réflexion que Matthew avait faite sur sa femme, il considérait que le jeune homme était tout bonnement allé trop loin. Au fond, il n'avait fait que la mentionner, mais c'était la façon dont il l'avait fait... Charles n'avait pas du tout apprécié le ton que Matt' avait utilisé et il fut plutôt soulagé quand le jeune homme finit par tourner la tête l'air boudeur et par mettre ses écouteurs. Il savait qu'il réagissait lui aussi comme un enfant mais c'était plus fort que lui : il avait besoin d'un peu de temps pour se calmer et il pensait que c'était également le cas pour Matthew.

Il passa une bonne demi-heure à regarder distraitement le paysage passer par le hublot avant de pouvoir enfin se considérer assez calme pour sortir son livre et commencer à le lire. Il n'arrivait pas à finir une seule page sans poser ses yeux sur Matthew, juste histoire de vérifier les réactions du jeune professeur. Il essayait de se concentrer sur sa lecture mais son cerveau refusait toujours de lui obéir, le forçant à repenser à la dispute qu'ils venaient d'avoir. Plus Charles y pensait et plus son incompréhension grandissait, il était incapable de comprendre comment ils en étaient arrivés là et au bout de quasiment deux heures, il finit par abandonner.

Il se rendit alors compte qu'il n'avait même pas lu les trente premières pages de son roman alors qu'il était dessus depuis plus de deux heures. Il aurait d'ailleurs été incapable de dire précisément de quoi ça parlait. Il soupira, referma le livre et le reposa près du hublot après avoir jeté un nouveau coup d'oeil à Matt. Il n'était pas habitué à se retrouver dans ce genre de situation avec le jeune homme, quand ils parlaient en tant qu'amis ils s'étaient toujours bien entendus, et quand ils étaient ensemble en tant qu'amants... Ils ne parlaient quasiment plus du tout.

Charles s'était de nouveau replongé dans la contemplation passionnante du paysage quand finalement Matt' vint rompre le silence. Charles n'osa pas bouger, c'était peut-être bête mais il n'avait pas envie de faire savoir au jeune homme qu'il était aussi pressé que ça de lui pardonner et de tout oublier. Question de fierté. « C'est particulièrement fatiguant. » Lâcha-t-il d'un ton neutre, gardant ses yeux fixés sur le hublot pendant encore quelques secondes. Il n'arrivait pourtant pas à s'empêcher de sourire et il abandonna bien vite son faux air nonchalant.

Il se tourna finalement vers Matthew, son éternel petit sourire aux lèvres. « Mais je pense pouvoir y survivre. » Il se redressa dans son siège, sentant l'ambiance se détendre au fil des secondes. Il était à présent quasiment assis sur le bord de son siège et tourné vers le jeune professeur. Il posa ses avants-bras sur ses cuisses et joignit ses mains au niveau de ses genoux. Il jeta un rapide coup d'oeil dans la rangée de sièges à côté et devant eux juste pour vérifier que personne ne les écoutait avant d'ajouter d'un ton neutre : « Quoique j'ai dit qui t'ai énervé, je le retire. »

Il glissa sa main sous la couverture qui recouvrait quasiment entièrement le corps du jeune homme et caressa doucement sa cuisse gauche. Ce qui avait commencé comme un geste de tendresse plutôt innocent – ce qui déjà en soi n'était pas si courant que ça entre les deux – ne tarda pas à évoquer des sentiments moins purs et moins gentillets au jeune professeur. Il croisa le regard du jeune homme et détourna quasiment immédiatement les yeux, il avait presque peur que Matt' comprenne ce à quoi il était entrain de penser. Il enleva sa main et la passa rapidement dans ses cheveux. « Je reviens. » Il évita soigneusement le regard de son collègue en se levant et en sortant précautionneusement de la rangée. Elle était plutôt étroite et il ne tenait pas à reproduire la scène de tout à l'heure, surtout pas maintenant.

Il entra dans la petite cabine qui faisait office de toilettes et se dirigea vers le lavabo. Il ouvrit le robinet et se passa un peu d'eau sur le visage, essayant de s'enlever certaines images de la tête. Ce n'était pas le moment pour penser à ça et il le savait, mais ça ne l'aidait pourtant pas à arrêter d'y penser, ce n'était pas le genre de choses qu'on contrôlait réellement. Il s'essuya le visage et passa à nouveau une main dans ses cheveux. Il avait parfois l'impression d'être un adolescent et il devait avouer que désirer autant quelqu'un ne lui était jamais arrivé, certainement pas avec sa femme. Et ça lui faisait plus peur que tout.

_________________


    Down and down we go, never felt so low, can't hear you callin' so maybe we're already gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t556-i-m-just-tryin-to-do-the-right-thing
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 28 ans
Situation : Veuf en vadrouille
Occupation : Professeur
Mon secret : Tu aimerais savoir, hein ?

▪ Messages : 55 ▪ Sociabilité : 91
▪ Pseudo : Lil
▪ Célébrité : joseph gordon levitt
▪ Crédits : peppery ash and tumblr

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Lun 16 Avr - 8:22


Je n'étais pas surpris de voir Charles m'en vouloir. J'avais dépassé ces limites - que nous n'avions jamais posé malheureusement. Je l'observai et la seule chose à laquelle j'ai pensé ce qu'il était peut-être temps de parler ? En tant qu'ami et collègue, nous n'avions aucun problème de communication. J'étais même toujours content d'être assez complémentaire avec lui lors de nos discussions enflammées avec le reste du corps professoral dans la salle des professeurs. Cependant, pour le reste...

J'avais beau cherché, je n'arrivai pas à mettre le doigt sur une discussion en tant qu'amant allant plus loin que: "Enlève tes vêtements ! Est-ce que tu as bien racheté des préservatif ? Ou tu préfères ici ou dans la chambre ?" A croire que nous étions des animaux ou plutôt que j'étais un animal. Un animal assoiffé de cette envie passionnée de lui peu importe le moment ou l'heure du jour.

Bien sûr, je savais que c'était temporaire, nous étions dans la phase " découverte et passionnel " J'avais lu assez de livre pour le savoir. Nous nous lasserons bientôt l'un de l'autre. J'étais curieux et légèrement anxieux de savoir comment ? Est-ce que Charles retournerait prêt de sa femme de lui-même pour m'oublier complétement ? Est-ce que c'est moi qui déciderait un soir de lui fermer ma porte car je ne trouverais plus aucun intérêt à nos jeux ? Est-ce que je serais jaloux s'il prenait un autre amant ?

Malgré mes pensées, il m'a souri et je lui ai souri. J'étais content de savoir qu'il pourrait y survivre. Je n'ajoutai rien, mais je rapprochai ma tête en la faisant glisser de mon dossier à l'espace entre nos deux sièges. Je n'avais pas quitté ses yeux. Je n'avais pas le courage de lui dire alors peut-être pouvais-je lui montrer ? Je l'ai donc fixé avec cet attachement que j'avais pour lui et que je n'avais pas peur de lui montrer. Je hochai sa tête à ses excuses et j'en faisais de même. « Moi aussi. J'aurais pas dû te parler comme ça. »

Sa main sur ma cuisse m'électrisa. Je toussai légèrement, l'air de rien et ma main - ainsi caché - alla à la rencontre de celle de Charles sur ma cuisse. Avec un sourire encore plus virulent, j'enserrai sa main et la força à remonter vers une certaine zone entre mes cuisses. Quand il enleva sa main, je ne pu m'empêcher de pouffer légèrement sous ma couverture. J'adorai le mettre mal à l'aise, est-ce que j'avais réussi ?

« Mais, je t'en prie. » J'aimais particulièrement à présent sa manière de fuir mon regard. Je me levai même cette fois pour le laisser sortir sans encombre. Je vous rassure, j'en avais pas terminé avec mon collègue. En dehors de notre rangée, j'attendis qu'il passe pour mettre une main sur son épaule et d'aller lui délivrer à l'oreille dans un souffle récréatif. « Si tu te fais plaisir ? Tu prends des photos pour moi, d'accord ? Cela m'occupera pour le reste du vol... » Je dissimulai mon fou-rire et je le laissai s'échapper.

Je ne pus m'empêcher de regarder Charles disparaitre au fond de la cabine, admirant son si jolies fessier. L'avion était toujours aussi calme et personne n'avait lever les yeux, trop concentrés dans leurs films ou à essayer de trouver le sommeil. Ce qui n'aida en rien mes pensées brulantes. Sans vraiment me contrôler ou y réfléchir - il fallait mieux pas...

Je lâchai ma couverture et j'allai m'enfoncer dans le fond de l'avion pour me mettre juste devant la petite cabine où c'était enfermé Charles. L'espace était vide et si silencieux. Je passai une main tout en rigolant devant ma grande bêtise, comme un adolescent qui ne pouvait se retenir quelques heures. Je m'écartai un instant quand la porte s'ouvrit et je m'enfonçai à l'intérieur ne laissant ni le temps à Charles de dire ou faire quelque chose. Je fermai la porte et je me collai à lui.

« En faite...J'ai réfléchi ! Je pense que je vais les prendre moi-même ses photos... » Je me jetai sur ses lèvres comme un cannibale en manque de chair fraiche. Mes mains explorant ses cheveux et le décoiffant. Je me fis passionné contre sa bouche, plus pressant encore et encore, le comprimant de mon corps brûlant dans l'espace si minuscule qui nous encerclait.

_________________

✖️ We can’t escape the basic facts How cold it can get. There’s nothing to protect ourselves. When the rain gets us wet. So I’ll just tell you now. This is our final bow. 'Cause only the horses can find us tonight.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t581-matt-only-the-horses-can-bring-us-back-home http://snow-falls.forumgratuit.org/t585-matt-kill-me-or-leave-me
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 35 ans
Situation : Marié
Occupation : Professeur
Mon secret : Je ne vous connais pas assez pour ça

▪ Messages : 49 ▪ Sociabilité : 48
▪ Pseudo : Jane
▪ Célébrité : Tom Hiddleston
▪ Crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Lun 16 Avr - 12:15




Charles se força à respirer profondément pendant quelques minutes encore. Il aurait du savoir comment ça allait finir avec Matthew aussi, non pas que ça l'ait déjà dérangé, mais vu les circonstances il savait que ce n'était pas une bonne idée. Il savait qu'il y avait toutes les chances qu'un de leurs élèves comprenne très bien ce qu'ils étaient entrain de faire mais il n'arrivait pas à s'empêcher d'espérer au fond de lui que Matt allait le rejoindre. Il passa à nouveau ses mains dans ses cheveux, se maudissant et maudissant son petit allumeur d'amant qui ne semblait pas être inquiété le moins du monde par le fait qu'ils soient dans un endroit public et remplis de leurs étudiants.

Il se tourna vers le lavabo et bu rapidement un peu d'eau. Il soupira et ouvrit la porte pour sortir, bien déterminé à oublier toute idée de s'amuser avec Matthew pendant le vol. La porte était à peine ouverte que Charles se retrouva poussé à nouveau à l'intérieur de la cabine. Il n'eut pas le temps de protester avant que Matthew ne s'empare de ses lèvres. Le premier réflexe de Charles, bien entendu, fut de répondre au baiser. Il savait se montrer raisonnable, probablement plus que la moyenne même, mais repousser Matt, surtout quand il le prenait par surprise comme ça? Charles en était tout bonnement incapable.

Le jeune professeur posa ses mains dans le dos de Matt' et le rapprocha encore un peu plus de lui, il ressentait encore ce besoin vital de pouvoir sentir chaque centimètre carré du corps de Matthew contre le sien. Il s'avança doucement, emportant le jeune homme avec lui, jusqu'à être assez proche de la porte de la cabine pour réussir à en tirer le verrou. Il ne tenait définitivement pas à ce qu'on les interrompe, pas maintenant. Il descendit ses mains, l'une s'arrêtant sur les fesses du jeune homme et l'autre remontant sous son haut et caressant doucement sa peau. Il pouvait sentir son sang battre dans ses veines et l'excitation monter rapidement en lui. Il avait bien vite oublié les résolutions qu'il venait juste de prendre, mais quand Matt s'y prenait comme ça, Charles était incapable de lui résister bien longtemps.

Il finit par écarter son visage de celui du jeune homme et vint déposer son front contre le sien, reprenant son souffle et prenant quelques secondes pour réfléchir. Charles se connaissait assez pour savoir qu'il était proche de dépasser le point de non-retour, s'il continuait il ne s'arrêterait pas de son propre chef. Le pouvoir que pouvait avoir Matt' sur lui lui faisait souvent peur et il se retrouvait un peu plus souvent qu'il ne l'aurait souhaité incapable de dire non. Il laissa échapper un léger grognement de frustration en constatant qu'une certaine partie de son anatomie n'était pas du tout d'accord avec les doutes qu'il s'efforçait de ressentir, et qu'elle appréciait d'ailleurs tout particulièrement le contact du corps du jeune homme.

Il abandonna alors complètement la lutte, reprenant d'assaut les lèvres de Matthew et commençant à défaire la chemise du jeune homme à l'aide de ses deux mains. Il n'y avait raisonnablement pas assez de place dans la petite cabine pour qu'il ait l'occasion de faire exactement tout ce qu'il avait envie de faire au professeur d'art scénique, mais il pouvait penser à deux trois façons de s'amuser un peu avec lui tout de même. Il descendit ses mains doucement le long du torse de Matthew, caressant chaque centimètre qu'il avait à portée de main. Il finit par arriver au niveau qui l'intéressait le plus et sans attendre il glissa sa main entre le pantalon et les sous-vêtements du professeur, laissant ensuite sa main se promener là où elle en avait le plus envie.

Il écarta à nouveau son visage de quelques centimètres, voulant juger de l'effet de son geste sur son amant. Il pouvait le sentir réagir sous ses caresses et c'était quelque chose dont il ne pourrait probablement jamais se lasser. Il retira sa main quelques secondes, le temps de déboutonner le pantalon du jeune homme pour se donner plus de marge de manœuvre. Quand il recommença ses caresses cette fois-ci ce fut sans la barrière des sous-vêtements.

Incapable de se contenter de regarder plus longtemps il commença à déposer des baisers passionnés dans le cou de Matthew. Il avait parfois l'impression d'être sous la coupe d'un enchantement et il était persuadé qu'à l'instant présent rien au monde n'aurait pu le convaincre de s'éloigner, ne serait-ce que pour quelques secondes, du jeune homme.

_________________


    Down and down we go, never felt so low, can't hear you callin' so maybe we're already gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t556-i-m-just-tryin-to-do-the-right-thing
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 28 ans
Situation : Veuf en vadrouille
Occupation : Professeur
Mon secret : Tu aimerais savoir, hein ?

▪ Messages : 55 ▪ Sociabilité : 91
▪ Pseudo : Lil
▪ Célébrité : joseph gordon levitt
▪ Crédits : peppery ash and tumblr

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Lun 16 Avr - 20:57


Je me collai à lui avec plus de fièvre, mon anatomie se réveillant pour partir à l'assaut de sa jambe. Palpitant et s'agitant. Je ne pouvais plus quitter sa bouche, ma langue plus aventurière que jamais dans celle de Charles. Je mélangeai nos effluves jusqu'à aspirer tout ce que mon voisin m'offrait. J'étais en pleine combustion, mon cœur s'accélérant et mes mains descendant peu à peu sur ses épaules. Mes doigts se perdirent sur son torse que je terminai par masser par des petits cercles concentriques. J'aimai son corps et il le savait. Combien d'heures j'avais peu passer à dévorer sa peau ?

On en avait même fait un jeu un soir. Un jeu terriblement érotique. J'avais passé une nuit entière à le manger – littéralement – de tête au pieds, à coup de langue et de soupir brulant, lui refusant tout autre moyen d'atteindre la jouissance. Je crois que cela avait la nuit la plus étrange, mais aussi la plus érotique que nous avions vécus jusqu'à présent.

Je me calmai un instant quand Charles brisa notre baiser pour poser son front contre le mien. Il était déjà légèrement humide comme le mien. J'en laissai échapper un rire alors que je passai un doigt sur cette couverture brillante qui couvrait son front. Je le voyais hésiter. Je savais qu'il était la tête de ce que nous pouvions à peine dire : «  un couple ». Il était hors de question que je laisse abandonner l'idée même de quitter cette cabine sans quelques plaisirs mutuels. J'apportai mon doigt à ma bouche tout en le dévisageant avec cet œil qui se voulait d'attiser ses pulsions les plus primaires. Mais, je ne m'arrêtai pas là, je voulais mettre toutes mes chances de mon côté pour le faire céder. De mon autre main je glissai le long de sa hanche et elle s'invita dans la poche de son pantalon.

Je n'y cherchai ni paquet de bonbons, ni clés, mais plutôt le même objet que celui entre mes jambes. Je le titillai du bout de mes doigts et soupirai satisfait de sentir à nouveau les lèvres de Charles contre les miennes, mais aussi son espièglerie soudaine de sa propre approche dans mon pantalon. J'ai rugi alors comme une mustang, étouffé par notre baiser passionné. Charles me rendait fou et j'avais bien l'intention de lui rendre la monnaie de sa pièce. Je sortis ma main et je dégrafai la fermeture éclair de son pantalon. J'enfonçai ma main dans son sous-vêtement et j'attrapai la bête. «  Elle a l'air contente de me voir...dis-moi ? » Je ne pu m'empêcher de lui murmurer entre deux baisers.

Je plongeai dans son regard tout en m'obligeant à me mordre mes lèvres pour ne pas pousser d'autres clameurs significatives face à sa main si gourmande de me prodiguer tout le plaisir souhaité. Charles savait que j'étais du type à gémir très facilement – souvent par sa faute et ses talents d'amants indéniables. Mes voisins à Barrow ne m'aimaient pas pour ça et je pouvais sentir leurs regards pleins de reproches chaque matin après le passage de Charles. Mais, ici, je me devais d'être sage. Alors, je décidai de me venger sur Charles. Je déboutonna sa chemise d'une main et de l'autre je fis tomber son sous-vêtement jusqu'à ses cuisses. S'il s'occupait de moi, je pouvais faire de même. Ma bouche se pencha jusqu'à son torse alors que j'avais l'impression de fondre sous les baisers de mon voisin sur ma nuque. Je commençai à faire tourner son mamelon sous les coups de ma langue et ma main plus bas commença un mouvement régulier sur la partie ardente de son anatomie.

C'était complétement fou. C'était complétement déraisonnable, mais c'était tout ce que je voulais à présent. J'avais passé un quart de ma vie à l'être et je ne voulais plus réfléchir. L'excitation qui palpitait jusqu'à mes tempes me donnait l'envie de me laisser aller à toujours plus. Je me moquai de l'espace réduit, de nos gestes saccadés sur nos anatomies - qui devaient être comme nous ? Je commençai alors à me laisser glisser sur Charles avec cette lueur dans les yeux. « J'ai envie de te... » Je pris même pas la peine de finir ma phrase, ma bouche engouffrant l'objet fiévreux que je désirai tant. Mon excitation était à son paroxysme et mon visage alla jusqu'à se coller à son bassin pour l'avaler tout entier.

_________________

✖️ We can’t escape the basic facts How cold it can get. There’s nothing to protect ourselves. When the rain gets us wet. So I’ll just tell you now. This is our final bow. 'Cause only the horses can find us tonight.


Dernière édition par Matthew G. Flickgins le Dim 22 Avr - 8:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t581-matt-only-the-horses-can-bring-us-back-home http://snow-falls.forumgratuit.org/t585-matt-kill-me-or-leave-me
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 35 ans
Situation : Marié
Occupation : Professeur
Mon secret : Je ne vous connais pas assez pour ça

▪ Messages : 49 ▪ Sociabilité : 48
▪ Pseudo : Jane
▪ Célébrité : Tom Hiddleston
▪ Crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Jeu 19 Avr - 7:26




(Désolée pour les éventuelles fautes de frappe, j'ai pas eu le temps de relire entièrement.)

Charles n'en revenait toujours pas d'être entrain de déshabiller à moitié son collègue dans les toilettes d'un avion dans lequel voyageaient également les étudiants qu'ils étaient censés surveiller. Malheureusement - ou heureusement suivant le point de vue que Charles adoptait - le jeune professeur était autant capable de s'arrêter de toucher son amant qu'il l'aurait été d'arrêter de respirer. Il n'arrivait toujours pas à mettre des mots où à comprendre exactement ce que Matthew lui faisait ressentir, il avait l'impression d'être revenu en arrière de vingt ans. Il se sentait renaître et il lui arrivait de s'en vouloir de ne pas avoir rencontré le jeune homme plus tôt dans sa vie, ou au moins de s'être montré aussi aveugle pendant tant d'années.

Charles sentit son corps frémir sous les caresses de Matt, comme au premier jour. Il avait longtemps pensé que son attirance pour le jeune homme n'était que temporaire, mais il constatait un peu plus à chaque fois que c'était bien loin d'être le cas. Chaque caresse éveillait encore en lui un désir insatiable, chaque baiser lui donnait envie d'en recevoir plus, toujours plus. Il connaissait désormais le corps de son amant par coeur, quasiment autant qu'il connaissait le sien, mais ça n'avait quasiment rien changé, il aimait toujours le redécouvrir encore et encore comme si c'était la première fois. Il ne se lasserait jamais par exemple de la façon dont le dos de Matthew s'arquait légèrement quand Charles le caressait entre les jambes, ou des bruits qu'il connaissait désormais par coeur et que le jeune professeur laissait toujours échapper quand il éprouvait du plaisir.

"Arrête de... Jouer." Répliqua Charles dans un souffle à la 'provocation' de Matthew, alors que celui-ci venait juste de glisser sa main dans son pantalon. Il laissa échapper un léger rire, bientôt étouffé par la langue du jeune homme, et se reconcentra sur ce qu'il se passait dans le pantalon de Matt plutôt que dans le sien. Il était déterminé à donner autant qu'à recevoir. Ses lèvres furent bientôt dans le cou de son collègue mais il arrêta bientôt quand il Matthew recommença à parler. Comprenant l'intention du jeune homme Charles voulu lui déconseiller de continuer mais les mots restèrent encore une fois coincés dans sa gorge. Quand Matt atteignit son but, Charles laissa retomber sa tête en arrière et laissa échapper un gémissement. Il s'en voulut aussitôt de ne pas s'être montré plus discret et commença à se mordre la lèvre inférieure assez pour se forcer à ne plus faire de bruit. Il baissa les yeux sur le jeune homme et faillit perdre le contrôle de son membre aussitôt. Il ne résistait jamais à la vue qu'offrait le jeune homme dans ces cas là...

Il passa l'une de ses mains dans les cheveux de Matthew, les caressant doucement. Il n'essaya pas de le forcer ou de lui imposer un rythme pour autant, le jeune homme se débrouillait de toute façon parfaitement tout seul. 

Tellement bien d'ailleurs que bientôt Charles faillit commencer à voir des étoiles défiler devant ses yeux. "Oh mon Dieu... Attends..." Murmura Charles à bout de souffle. Il était déterminé à ne pas craquer aussi facilement. Il força doucement Matthew à se reculer et l'aida à se relever. Il avança, faisant reculer le jeune homme avec lui jusqu'à ce sue celui-ci soit de nouveau plaqué contre la porte. Charles pouvait penser à des dizaines de raisons pour lesquelles ce qu'ils faisaient n'était pas une bonne idée mais il avait également une autre partie de lui qui dirigeait en ce moment ses moindres faits et gestes.

"Je veux..." Il décida d'agir plutôt que de parler et baissa les sous-vêtements de Matthew pour réussir à sortir la partie de son anatomie qui l'intéressait le plus. Il pressa son bassin contre celui du jeune et sentit un nouveau frisson quand leur corps se rencontrèrent, le contact était électrique et poussa Charles à les prendre en main tous les deux. Le contact aussi intime entre lui et Matthew avait le don de rendre Charles fou. Il commença relativement doucement mais le rythme qu'il avait instauré ne tarda pas à s'accélérer grandement. À partir de là les moments où Charles était obligé de reculer son visage et d'arrêter d'embrasser Matthew pour respirer n'étaient plus remplis que par des paroles et pensées incohérentes.

Finalement il atteint l'extase, étouffant son jouissement dans la bouche de son partenaire. Il continua sur le même rythme jusqu'à ce que Matthew ait lui-même finit et reposa son front contre celui de son collègue ensuite, prenant une ou deux minutes pour reprendre son souffle.

_________________


    Down and down we go, never felt so low, can't hear you callin' so maybe we're already gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t556-i-m-just-tryin-to-do-the-right-thing
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 28 ans
Situation : Veuf en vadrouille
Occupation : Professeur
Mon secret : Tu aimerais savoir, hein ?

▪ Messages : 55 ▪ Sociabilité : 91
▪ Pseudo : Lil
▪ Célébrité : joseph gordon levitt
▪ Crédits : peppery ash and tumblr

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Dim 22 Avr - 9:09


"Je croyais que tu aimais bien quand je jouais..." lâchais-je dans un murmure brulant qui alla s'écraser contre les lèvres de Charles. Ma seule réponse quand ma main s'invita dans son pantalon et qu'il m'en fit la douce critique. Ce qui me fit sourire, de ce sourire diaboliquement sensuel. Parfois, et surtout dans ces moments purement coupable, je me reconnaissais plus. J'avais toujours été gourmand, mais avec Charles c'était comme si toute ma vie, toutes mes peines avaient été balayés par une vague chaude et revigorante. Quand je fermais les yeux et que je ne pensais plus à rien. J'avais l'impression de me retrouver dans mes jeunes années. Cette passion dévorante dévorant mes viscères, l'envie de lui comme si il n'y avait rien d'autre dans mon univers pour me satisfaire.

C'était comme cette envie de couler sur son amant et de l'engouffrer entièrement dans toute sa virilité. C'était point un acte réfléchi, simplement l'envie de lui donner du plaisir et de l'entendre gémir sous ses fluctuations. S'il avait des choses que je pouvais trouver belle dans ce monde: un levé de soleil, un enfant sourire, l'odeur de la première tarte lors des fêtes familiales sortant du four, et bien d'autres. J'affectionnai entendre Charles atteindre la petite mort. J'aimai son souffle court, ses hanches s'arquant, ce frémissement au coin de ses lèvres. C'était pour moi le moment le plus excitant parfois lors de nos rencontres.

J’émis un rire étouffé quand Charles fit un peu plus de bruit face à mon attaque sur sa virilité. Malgré ma position, je n'en oubliai rien de donner beaucoup de plaisir au professeur, ma tête cherchant son propre rythme: entre mouvement lent et poussé, comme des mouvements plus secs et plus intrusifs. Je me comblai à présent de ses mains dans mes cheveux. Ma main allant chercher la sienne, c'était comme lui tenir la main, sentir notre excitation commune à travers ses soubresauts. Ma main serrant plus fort la sienne quand j'entamai de lui donner un plaisir plus intense. Me moquant bien à présent des bruits que je pouvais émettre, entre succion et déglutition avec ma langue toujours plus taquine à flatter sa virilité mais aussi ses attributs.

"Heu...Un problème ? Je t'ai fait mal ?", étouffai-je dans un rire certain alors que je remontai vers lui tout en passant mon pouce sur mes lèvres qui portaient encore le goût de mon amant. C'était idiot, mais c'était ma gimique depuis quand se connaissait. Ma manière à moi de le taquiner sur ma façon parfois si passionné de m'attaquer à lui. Je me collai à lui tout allant chercher ses lèvres car elles m'avaient déjà manqués. Je le laissai me plaquer contre la porte qui fit un nouveau bruit qui ne laisserait personne indifférent si nous avions quelqu'un qui attendait peut-être juste derrière ? Je commençai à en rire tout en l'embrassant,

"Oui, tu veux ?" Je savais ce qu'il voulait car je voulais la même chose, mais je voulais l'entendre le dire, me le murmurer. Cela m'excitait particulièrement. Charles m'excitait particulièrement. Sa main que j'avais connu si hésitante à me toucher. Et, voilà mon guerrier, nos armes en main prêt à nous donner l'ultime plaisir. Je me plongeai dans ses yeux, une explosion comme un 4th of July à chaque nouvelle saccade. La jouissance s'insinuant en moi, au point que je ne fus pas loin de suivre celle de mon amant. J'allai lui mordre la lèvre inférieure pour étouffer un éclat de voix, tout mon corps chancelant alors que tout retombait à présent.

Je posai mon front brulant contre celui de Charles, ma main glissant sur sa nuque. Et, malgré notre état peu glorieux en contre-bas qui mériterait une ablution poussée. Je le gardai contre moi, mon cœur essayant de retrouver un peu de paix, comme mon souffle déclinant sur les lèvres voisines. "C'était très...intéressant Monsieur Hardwicke.". Ma main allant chercher celle de mon adjacent pour la porter à mes lèvres. Celle qui nous avait donné tant de plaisir. Je léchai alors avec appétit ses doigts, sans dégout, ni honte. Puis, j'explosai de rire en repoussant tendrement l'homme plus âgé.

"Allez ! Viens là ! Qu'on te lave tout cela. Sinon, nos élèves vont se demander c'est quoi ses traces suspectes." Je le repoussai jusqu'au lavabo de fortune et je commençai à faire couler de l'eau. J'aimai m'occuper de Charles, même si c'était surement rien pour lui. Comme j'aimai m'occuper de lui quand nous prenions nos douches ensemble avant qu'il rentre retrouver sa femme.

_________________

✖️ We can’t escape the basic facts How cold it can get. There’s nothing to protect ourselves. When the rain gets us wet. So I’ll just tell you now. This is our final bow. 'Cause only the horses can find us tonight.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t581-matt-only-the-horses-can-bring-us-back-home http://snow-falls.forumgratuit.org/t585-matt-kill-me-or-leave-me
MEMBRE ADORÉ nothing else matters
avatar
welcome on barrow
Âge : 35 ans
Situation : Marié
Occupation : Professeur
Mon secret : Je ne vous connais pas assez pour ça

▪ Messages : 49 ▪ Sociabilité : 48
▪ Pseudo : Jane
▪ Célébrité : Tom Hiddleston
▪ Crédits : Hollow Bastion

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles Sam 5 Mai - 12:50



(Encore désolée pour le temps que j'ai mis à répondre... Embarassed)

Charles eut besoin de quelques minutes pour retrouver entièrement son souffle, c'était toujours un peu vexant pour lui de constater que les années qui étaient passées avaient eu de l'effet sur son corps. Il pouvait au moins se rassurer en se disant qu'il n'en avait pas eut tant que ça sur ses performances en général, enfin c'était ce qu'il extrapolait des réactions de Matthew dés qu'ils faisaient l'amour. Il baissa les yeux et profita pendant ces quelques minutes des caresses du jeune homme sur sa nuque, leur front de nouveau l'un contre l'autre et leur respiration toutes deux trop fortes et trop rapides. Charles était le genre d'homme à aimer la propreté mais il devait bien avouer que l'état dans lequel il se retrouvait à chaque fois qu'il laissait le jeune professeur s'emparer de son corps était assez excitant.

Les lèvres de Charles retrouvèrent souvent celles de Matthew, les embrassant rapidement avant de se reculer légèrement pour permettre au jeune homme de reprendre son souffle et répétant ces actions en boucle. Il laissa Matthew enlacer ses doigts dans les siens sans chercher même à l’en empêcher, il aimait ces gestes de tendresse de la part du jeune professeur. Charles n’avait jamais été totalement sur de la façon dont Matthew voyait leur… Relation, et même s’il avait du mal à l’avouer, il était rassuré de voir que le jeune homme tenait un minimum à lui. Il savait que ce n’était probablement pas raisonnable et que c’était assez égoïste de sa part sachant qu’il n’était, de son côté, pas du tout prêt à s’engager. Mais ça restait quand même rassurant.

Charles sourit en entendant encore les provocations de Matthew. Le jeune homme aimait le taquiner ça Charles ne pouvait pas le nier, mais il adorait ça au fond. L’espièglerie du jeune homme était l’une de ses plus belles qualités selon le professeur de littérature. Il laissa sa tête retomber en arrière lorsque Matthew commença à lécher ses doigts, laissant échapper un léger soupir de satisfaction. Il se souvenait encore de ses premières fois avec le jeune homme. Il s’était montré tellement retenu et tellement… timide. Il n’avait pas osé profiter à fond de ces premières fois, à la fois parce qu’il s’aventurait en terrain totalement inconnu et également parce qu’il avait eu peur de prendre trop son pied… Comme tout lui paraissait désormais différent. Il n’avait plus aucune honte à profiter pleinement du corps de Matthew et à le laisser lui-même maître du sien. Il avait l’impression d’être autorisé à se laisser aller, à jouer avec le jeune homme exactement de la façon dont il le désirait, et c’était particulièrement libérateur pour Charles.

Le jeune professeur laissa son collègue s’occuper de le nettoyer, profitant du contact de ses doigts sur son corps pendant encore quelques minutes. Il aida ensuite Matthew à se rhabiller. Ils s’étaient montrés franchement déraisonnable mais ce n’était pas une raison pour sortir dans cet état. « On n’aurait pas du faire ça. » Il se mordilla légèrement la lèvre inférieure, sans pouvoir pour autant s’empêcher de sourire. Un peu. Non, ils n’auraient pas du faire ça, mais Charles n’arrivait pas non plus à regretter entièrement leur petite indiscrétion. Il déposa un dernier baiser sur les lèvres du jeune homme avant de vérifier qu’il était bien à nouveau normalement habillé et qu’il ne donnait pas trop l’impression d’avoir tout juste fait l’amour avec son collègue.

« Je vais sortir en premier. Tu peux attendre un peu avant de me suivre ? » Il respira un grand coup et hésita pendant quelques secondes avant d’ouvrir la porte. Il sembla enfin se rendre compte qu’ils n’avaient pas été des plus discrets et il fut soudainement envahi par la peur que tous ses élèves se tournent vers lui quand il sortirait, un grand sourire aux lèvres. Il secoua doucement la tête et ouvrit finalement la porte. Dans tous les cas de figure il allait bien devoir finir par sortir, autant en finir au plus vite. Il referma la porte derrière lui et se dirigea vers son siège, les yeux baissés. Il ne les releva qu’après quelques secondes, pour vérifier que tout le monde ne le regardait pas de travers.

Heureusement pour lui, les élèves étaient encore trop concentrés sur leur musique ou sur leur discussion pour se donner la peine de se demander ce que leurs professeurs faisaient. Il n’y avait guère qu’une hôtesse qui semblait le fixer, un air amusé au visage. Charles se contenta d’éviter soigneusement son regard tout en regagnant finalement sa place. Il soupira et laissa son regard se promener sur le paysage à travers le hublot. Quelques minutes plus tard le capitaine annonça qu’ils allaient atterrir d’ici vingt minutes et Matthew retrouva sa place à côté de Charles.

Le professeur de littérature se tourna vers son voisin et ne put réprimer un petit sourire. La semaine commençait mieux qu'il n'aurait jamais pu l'espérer.

_________________


    Down and down we go, never felt so low, can't hear you callin' so maybe we're already gone.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://snow-falls.forumgratuit.org/t556-i-m-just-tryin-to-do-the-right-thing

welcome on barrow
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [HOT] Blame Canada ★ feat. Charles

Revenir en haut Aller en bas

[HOT] Blame Canada ★ feat. Charles

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
SNOW FALLS :: IT'S A BRAVE NEW WORLD. :: au delà des plaines. :: l'aéroport.-